Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 15 juillet 2015

Eloge de la vacuité.

Pour en revenir à cette histoire de note vide et de souvenirs, comme Henri Calet, j’ai parfois l’impression que « les souvenirs tombent en poussière dès qu’on les touche ».
Pire, pour continuer avec ce type qui aimait –peut-être- Paris plus que moi, quoique ça me semble peu plausible, il remarquait déjà en 1947 « Où qu’on aille dans cette ville, on finit par se prendre les pieds dans les souvenirs. »
Alors voilà, pour changer, après le défilé que je n’ai même pas regardé entièrement, je me suis chamaillé avec Heure-Bleue et je suis parti finir mon bouquin sur un banc de la Coulée Verte.
Puis je l’ai rejointe à la terrasse du café de l’Iranien.
On est passé par le Monop’.
Et là, je dois avouer que je n’ai pas plus de choses à écrire que Mab.
Vous savez que Mab est extrêmement laconique et concise ?
Si vous voulez savoir quelque chose sur Mab, à part faire appel à la DCRI ou mieux, à ses voisins et voisines…
Je dis ça… D’abord parce que je suis mauvaise langue, bien sûr, mais surtout parce que je connais le coin.
Bon, tout ça pour annoncer à mes lectrices chéries qu’au Monop’ on a acheté des filets de harengs doux fumés.
Heure-Bleu traverse une période « harengs en salade ».
J’ai de la chance car elle veut bien ne pas tomber dans le « rollmops » qu’elle préfère.
Je hais le « rollmops », je n’ai pas de ces goûts dépravés qui sont, j’en suis sûr, la cause réelle des pogromes et qui sont la marque de la lumière de mes jours.
Bref, tout ce vide pour vous dire que le filet de hareng fumé n’est pas propice aux envolées lyriques qui vous font fondre, lectrices chéries.
Sauf, bien sûr si vous aimez les harengs pommes à l’huile…
Essayez donc de faire quelque chose de plus ennuyeux !
Allez ! Essayez, au lieu de vous moquer !
Vous verrez, il n’est pas si facile d’écrire ce qui vient si facilement à la bouche quand on parle pour ne rien dire.

Commentaires

Mab sait nous faire partager ses petits "pas riens" du quotidien, elle est pudique, ne se met pas en avant ni en valeur, pourtant elle en a beaucoup de valeur, comme HB, ecrit a merveille, est ponctuelle dans ses écrits et sait nous faire vivre des petits instants plein de chaleur. J'aime beaucoup Mab.

Écrit par : Ckan | mercredi, 15 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Laconique, hein?

Écrit par : Livfourmi | mercredi, 15 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Bref, il fait beau ...

Écrit par : lakevio | mercredi, 15 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

tu aurais pu faire nettement plus court.

Écrit par : mab | mercredi, 15 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Je résiste véhémentement (c'est possible ça?), bon bravement alors mais ce n'est pas beaucoup mieux à cette tentative de manipulation pour obtenir un écrit qui n'a aucun intérêt et n'arrive pas à la cheville du tien...
CQFD : je n'ai aucune volonté, rien à dire et je ne suis qu'une vile flatteuse...
Et comme le disait, soi disant, Coluche : "De tous ceux qui n'ont rien à dire, les plus agréables sont ceux qui se taisent."... Peux pas être agréable tous les jours non plus...

Bon, j'arrête...

Écrit par : Lumières&papiers | mercredi, 15 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

heureusement que tu n'as rien à dire! Qu'est-ce que ce serait sinon ! Imagine un peu que vous n'auriez même pas acheté de harengs !!!

Écrit par : emiliacelina | mercredi, 15 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

les harengs c'est très bon pour la santé, vous faites une provision d'oméga 3

Écrit par : liliplume | mercredi, 15 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Bon ben voilà.... nous avons ici la version masculine de l'incident deu 14 juillet où ils se sont engueulés !

Écrit par : Gwen | jeudi, 16 juillet 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire