Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 04 septembre 2015

C’est bon la honte, pourtant on ne peut pas dire que c’est noble…

De rien, Mab...
Il y a un moment que je me demande, rien qu’à écouter la radio et regarder la télévision, si nous ne serions pas tous peu ou prou des incarnations de Tartuffe.
J’ai entendu ce matin sortir de mon outil de bourrage de crâne, la voix d’un type Président du Conseil Général et Départemental des Alpes-Maritimes de son état.
Il m’a prévenu d’entrée
« Attention à la générosité !!! Ne nous laissons pas etc. »

Il était évidemment question de ce petit garçon de trois ans à qui un débile quelconque à voulu apprendre à nager en le jetant à la mer sans bouée.
Bon d’accord, ce n’était qu’un petit garçon.
Un Syrien en plus, autant dire un Arabe, un futur grugeur aux allocs.
Peut-être même a-t-on échappé à un futur dealer de hall de cité, allez savoir...
Bref, un étranger, mais quand même !
La vue de ce gamin mort, le nez dans le sable d’une plage touristique était particulièrement photogénique.
Ça sent le prix Pulitzer…
Je suis sûr que la photo aura le même succès que celle de Kim Phuc.
Mais si, lectrices chéries, cette petite vietnamienne brûlée au napalm qui court, nue et en larmes sur une route un jour de 1972.
Tout comme vous vous rappelez l’engloutissement en direct à la télé de cette petite Colombienne dans son lac de boue.
« C’est bon ça, coco… »
Si la Turque qui a pris la photo se démerde bien, elle finira lauréate de la World Press Photo Contest.
Évidemment, nozélites ont déversé d’un coup des torrents de larmes au risque de noyer des journalistes alors qu’il n’y a même pas de plage pour faire beau sur la photo.
On n’est même pas bon à faire semblant d’être choqué par le fait en soi.
Je sais bien qu’on ne fait pas de la politique avec de bons sentiments.
Mais de là à en déduire que ça ne doit être fait qu’avec cynisme...
L’excuse avancée pour expliquer l’absence de la photo dans la seul presse française a été « c’est pour pas que ça choque (sic) et par respect pour ce petit enfant ».
« Petit enfant » qui n’en a rien à foutre puisqu’il est mort.
On nous répète à l’envi pour excuser notre indifférence « La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde. »
On oublie soigneusement que la phrase prononcée par Michel Rocard en 1990 était
« La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde mais elle doit en prendre fidèlement sa part.  »
Quand je serai chef du monde, j’interdirai la honte.
C’est un sentiment inutile et qui a raté son but.
Au lieu de nous rappeler ce que notre comportement a de minable il ne réveille que les blessures d’amour-propre.

Commentaires

Ton texte ressemble à une deuxième claque après la première reçue en regardant l'image ! Merci....mais honnêtement que peux t 'on faire de concret chacun dans son coin ou tous ensemble ???? c'est con comme question mais bon....

Écrit par : manoudanslaforet | vendredi, 04 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

demande a ta Mairie si elle a prévu des capacités d'accueil pour les familles des réfugiés !

Écrit par : maevina | vendredi, 04 septembre 2015

sniff !!! (interdiction de la honte)

Ben voilà, on a la télé qui nous déverse des tonnes d'infos, en plus des tonnes d'images,
Et la radio fait le reste.

On a oublié quand même que depuis la nuit des temps la France a été une terre de migration.
Moi qui suis née dans l'Est de la France, dans le bassin des mines de fer et des usines métallurgiques, j'étais la seule au collège avec un patronyme français. Italiens, polonais, russes, ukrainiens...
Au village même, certains se débrouillaient (mal quelquefois) pour communiquer. Les autres reserraient leurs rangs avec une petite ouverture au fil du temps quand la méfiance était partie.

Dans le sud, plus d'Italiens, d'Espagnols, de Portugais.

Une photo douloureuse ne peut effacer toutes celles que l'on a pas vues et qu'on a peur d'imaginer.

Nos dirigeants (de tous pays) ne s'entendent sur rien. Et à force de directives contradictoires ou additionnelles nous tourneboulent le ciboulot.

Écrit par : Sophie | vendredi, 04 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

Misère ! Misère !

Écrit par : Berthoise | vendredi, 04 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

comme je l'ai dit à HB, à Castres mais aussi en Cevennes les listes d'accueil sont ouvertes en mairie, les capacités ne sont pas bien grandes mais au moins sans parler il y en a qui agissent !!

Écrit par : maevina | vendredi, 04 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

Honte, non. Amère, oui. Information aujourd'hui qui sera remplacée par une autre image demain et les indignations reprendront de plus belle. Accueillir, c'est bien, c'est évident. Mais accueillir dignement et pour longtemps, c'est à nos gouvernants de le prévoir. Pas de belles paroles en l'air, des propositions qui ne tiendront pas la route. Ma belle-fille est bien placée pour savoir que le provisoire est fortement durable dans des conditions innommables. C'est déjà le cas pour les hébergés en urgence déjà ici. Quid des nouveaux ?... On a de quoi cogiter.

Écrit par : lakevio | vendredi, 04 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

Vous avez raison de voir les choses sous cet angle. le plus terrible c'est qu'il a suffit au monde entier de voir cette terrible photos pour que les gens réagissent enfin au sort des migrants. Tant que nous n'avions pas vu de corps morts sous les flashs des photographes , personne n’imaginait vraiment ...ainsi sont les humains nourris par les mass-médias : ils leur faut du sensationnel !

je ne reproche pas au photographe d'avoir shooté ce pauvre gosse victime de ces conflits aussi abjects que vils . Une image peut faire bouger les choses mais tout de même ...c'est bien tardif !

Il faut espérer, le Gout, que nos dirigeants fassent le maximum pour accueillir au mieux les migrants qui fuient leurs pays en guerre et leur procurer un meilleur avenir ,qu'ils cessent d'avoir à n'importe quel prix cette logique marchande et guerrière , que chacun se respecte pour ce qu'il est .Ce sera déjà faire un grand pas . Et dire que c'est tout simple à réaliser ...

Écrit par : Jerry OX | vendredi, 04 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

La France a accueillie la misère de mes parents mais la France ne peut plus... C'est comme ça on n'y peut rien...
Et ce n'est pas une photo d'enfant mort ou pas qui y changera quelque chose...

Écrit par : Allye | samedi, 05 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

Et combien d'autres que la mer n'a pas rejeté.

Écrit par : mab | samedi, 05 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire