Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 19 septembre 2015

Tout ce bordel me Eris…

De rien, Mab...
J’ai arrêté la radio car le samedi matin elle ne me branche pas trop. C’est aussi palpitant que les programmes d’été sauf que c’est parsemé de mauvaises nouvelles.
Alors je suis venu vous lire.
J’ai regardé s’il y avait du nouveau sur la blog de Lakevio.
Elle est impatiente, on dirait qu’elle attend, un heureux évènement.
Enfin pas elle.
C’est vrai, sur le coup c’est un heureux évènement.
C’est aussi généralement le prélude à quelques décennies de tracas divers, d’écorchures, de consolations.
Il y a tous ces moments où l’heureux évènement ne connaissant que vous vous dit encore « je t’aime ».
C’est peu après que ça se gâte avec des séquences « claquage de portes » et quelques années pleines de lamentations du genre « tu ne peux pas comprendre, de toute façon tu ne sais pas » sans oublier bien sûr les « D’ailleurs je n’ai pas demandé à naître » et les passages par les périodes « je suis adopté, c’est sûr, vous êtes même pas mes vrais parents », etc.
Bref, la routine…
Alors j’ai un peu remonté le temps sur le blog de Lakevio jusqu’à à y relire cette petite note sur les chansons des enfants.
Là, j’ai siffloté, me rappelant une chanson d’Éclaireur, une histoire de « vent frais, vent du matin,  vent qui souffle au sommet des grands pins » qui permettait de crapahuter des heures sous le cagnard.
Heure-Bleue, qui ne sait pas siffler, a dit :
- Minou, tu te rappelles ?
« Avec toi j'ai marché sur les routes qui montent
Avec toi j'ai aimé… » ?
- Hou là oui ! En colo on avait appris ça aussi.
Et nous voilà, deux pov’tits vieux, partis à chanter :
« J'ai aimé la fraîcheur de la source qui chante,
Au long des prés
Sur la route d'amitié. »
On n’a pas réussi à le faire « en canon », Heure-Bleue n’a pas subi de cours de chant à coups de règle.
Nous nous sommes regardés.
Puis nous avons secoué la tête, désespérés.
L’une a dit « Allez, viens Minou, on va se jeter dans une poubelle… »
L’autre a répondu « Tu as raison, on va faire ça avant que les enfants ne nous fassent piquer… »
On est parti à rire.
On s’est quand même dit que les petites nous auraient sûrement jeté des cailloux si elles nous avaient entendus…

Commentaires

Moi aussi je chantais ces chansons là et aussi : Montagne Pyrénées é E vous êtes mes aaaamours, cabanes fortunées vous me plairez tou-oujours....et aussi Chante dans la montagne pour mieux grimper la haut, chante les monts suprêmes que Dieu a fait si beau.... Et bien d'autre : chut plus de bruit, c'est la ronde de nui...

Écrit par : Ckan | samedi, 19 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

Vous me réjouissez!

Écrit par : Brin de broc | samedi, 19 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

mais ..... qu'est-ce que j'aurais voulu vous entendre!!!!!!!!!!!!!!!

En promenade dans les bois derrière chez moi, j'ai appris à tous mes petits enfants à marcher au pas en chantant:
Dans la troupe, y a pas d'jambes de bois!
Ya des nouilles, mais ça n'se voit pas !
Gauch! Gauch! ........

Écrit par : emiliacelina | samedi, 19 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

Sur la route d'amitié, je chantais ça avec ma mère. Bon souvenir.

Écrit par : Berthoise | dimanche, 20 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

Je suis passée hier, mais j'avais comme un blocage pour écrire... ça m'arrive quelquefois !

Il n'empêche ; j'espère que vous n'avez pas oublié :

Monte flamme légère
Feu de camp si chaud si bon
Dans la plaine ou la clairière
Monte encore et monte donc bis

Feu de camp si chaud si bon

-
ni "Là-haut sur la montaaaagne, l'était un vieux chalet,mur blanc, toit de bardeaux....."
Bon dimanche...

Écrit par : Sophie | dimanche, 20 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

franchement plus agréable que les info qui ressassent et se délectent des mêmes problèmes depuis des semaines comme si nous n'avions pas compris

Écrit par : maevina | dimanche, 20 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

Je ne suis plus jeune et mes réactions deviennent TRES lentes !
Néanmoins, je tiens à vous féliciter pour votre note...d'hier. Et vous dire que j'ai beaucoup pensé à vous en lisant (sans l'avoir cherché, hein ?...) ces lignes de ou à propos du GRAND Jean Marc Sylvestre.
Il suffit de se rendre là pour constater que les pensées de cet individu n'ont fait que croître et embellir :
http://www.jeanmarc-sylvestre.com/2015/09/08/impots-sur-le-revenu-les-paradis-fiscaux-destines-aux-classes-moyennes-font-le-plein
ET : http://www.jeanmarc-sylvestre.com/
Difficile de ne pas s'échauffer la bile, hein ?

Écrit par : mia610 | dimanche, 20 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

Heureusement que l'évasion fiscale en grand est arrivée une fois qu'il n'avait plus besoin de la Sécurité Sociale.
Je crains bien que si la même chose lui arrivait aujourd'hui, vu la façon dont la Sécurité Sociale commence à pratiquer ses recommandations sur la protection sociale, on l'eût laissé partir ad patres sans état d'âme...

Écrit par : le-gout-des-autres | dimanche, 20 septembre 2015

Je suis bien contente d'avoir fait chanter tout le monde ! Hihihi ! Quelques minutes de bonheur dans un monde si rude !
A bientôt.

Écrit par : lakevio | dimanche, 20 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

Même les filles ? Nooooon !?

Écrit par : Livfourmi | dimanche, 20 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

je vous imagine bien chanter "vent frais vent du matin" et les autres...comment ne pas éclater de rire en te lisant? c'est pas facile!!!!

Écrit par : esthériane, mialjo | lundi, 21 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire