Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 21 septembre 2015

L’effet maire est bref…

Vous avez remarqué, lectrices chéries, comme certains lieux ne changent jamais ?
Heure-Bleue et moi discutions à bâtons rompus de notre promenade de vendredi dans Paris.
Comme nous étions dans le XVIIème, la lumière de mes jours, me parlait de certaines boutiques et cafés de son quartier d’enfance.
Notamment d’un bistrot qui n’était pas « un café fréquentable » où sa mère, ses sœurs et elles n’avaient donc jamais mis les pieds.
Elle m’a rappelé alors un bistrot mal famé de mon enfance, le « Saïgon Bar ».
Un oncle mien, le petit frère de mon père, était venu passer quelque temps à la maison pour trouver un travail à Paris.
L’appartement, de surpeuplé qu’il était, devint avec l’arrivée d’un jeune homme de vingt-quatre ans, bondé…
Il y eut des accrochages, évidemment. Mon oncle, qui jouait à « être Hercule » avec nous et il en avait la carrure et les muscles, s’était déjà disputé avec mon père.
Mon père avait trente-trois ans et ne trouvait pas l’idée de tonton d’aller faire la guerre en Indochine au moment de Dien-Bien-Phu si géniale…
Un soir tonton il revint chez nous, avec « des semelles sphériques », le truc instable par excellence et ça se gâta.
C’est à cause de cet épisode que je me rappelle le « Saïgon Bar ». Tonton, donc, était tombé dans une sorte d’embuscade, de celles qui laissent un homme normalement constitué à plat ventre dans le caniveau de la rue Championnet.
Mon père, peu sérieux mais bien élevé et assez collet monté disputa son petit frère.
« Caco ! Quand on est garçon « bien », on ne va pas au Saïgon Bar ! »
Petit frère râla mais s’écrasa quand mon père lui dit « Tu veux que je le dise à maman ? »
Le souvenir de ce bar mal famé m’a conduit à aller voir sur « Google Maps » ce qu’il était devenu depuis le milieu des années cinquante puisque ce quartier m’est interdit de visite par Heure-Bleue.
Elle doit avoir peur qu’on lui pique son sac à main…
Eh bien lectrices chéries, ce bar qui a dû changer cent fois de propriétaire depuis 1954 est resté ce qu’il était.
C’est toujours un bar de voyous, il a gardé l’air mal famé qu’il avait déjà quand je suis entré chez mes fondus du bon dieu !
Plus de soixante ans ont passé et le lieu n’a pas changé d’allure.
Heure-Bleue et moi avons continué à papoter sur ces lieux que les ans n’arrivent jamais à changer. De la boucherie qui n’a « jamais marché » au « bistrot mal famé » en passant par la boutique de vêtements dont on se demande ce qu’on peut tirer comme subsistance d’une échoppe perpétuellement vide…
Vendredi, déjà nous avions constaté pour la millième fois que la « bobotisation » de certains quartiers n’était qu’un vernis qui ne demandait qu’à s’écailler au premier soubresaut du marché de l’immobilier.
Le coin du XVIIème où nous étions hier ne demande qu’à redevenir le Paris des « fortifs » grâce à une technique éprouvée.
Oui, lectrices chéries, malgré la preuve évidente que « l’architecture clapier », ce genre  typique des « sixties » est un échec, eh bien  l’immense terrain, préempté par la Ville à la SNCF en 2012 et prévu pour y créer le village olympique, est en train de se couvrir d’une cité du style « banlieue 60’s »
La création de ghetto ayant toujours les mêmes effets, Heure-Bleue et moi sentons la « bobotitude » du coin s’évanouir rapidement…

Commentaires

La menace de le dire à maman est toujours imparable

Écrit par : mab | lundi, 21 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

Je disais qu'une photo peut faire surgir un souvenir, mais les mots aussi finalement..
Mais qu'est-ce que signifie "semelles sphériques" ?

Il n'y a pas de juste milieu entre ghetto et bobotitude ?

Écrit par : Sophie | lundi, 21 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

Ça veut dire que tu ne tiens pas debout...

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 21 septembre 2015

Ou "chaussures a bascule "!!!

Écrit par : Francelyne | lundi, 21 septembre 2015

Je suis trop loin pour aller vérifier de visu les lieux d'enfance mais je remercie le "street view" qui m'a permis de retrouver deux bâtiments ayant servi de pensionnats au début du XXe siècle à Clermont !

Écrit par : lakevio | lundi, 21 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

mais où vont ils aller ces pauvres bobos vont finir par s'exiler en banlieue !

Écrit par : maevina | lundi, 21 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

je suis vraiment triste pour tout ces bobos, lol... j'en connais qui on déjà quitté le 17ème...pour partir en banlieue Ouest...la classe...c'est sûr que si on pouvait repartir à l'envers...ce serait l'extase totale pour moi!!!!!!bisous.

Écrit par : esthériane, mialjo | lundi, 21 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

tu veux dire qu'ils sont en train de construire encore dans le style "architecture clapiers"? Je ne connais pas l coin évidemment , mais ce style de construction si ! Et on appelle ça évoluer!

Écrit par : emiliacelina | lundi, 21 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

Moi aussi ça me fascine ces boutiques qui auront toujours plus de caractère que les différents propriétaires qui s'y succéderont. Eux passeront mais la boutique restera ce qu'elle était avant eux. Et elle le restera après eux. Elles sont hantées par un passé indélébile... :)

Écrit par : Rosalie | lundi, 21 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

Ben moi, j'aimerais bien aller au Saigon bar. Juste une fois dis HB, tu voudrais bien?

Écrit par : Marie-Madeleine | lundi, 21 septembre 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire