Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 22 octobre 2015

Legato à l'amante...

J’ai lu ça hier matin chez Berthoise :

« J’ai vu un Apollon. Enfin, un homme beau. Très beau. Vraiment beau. Grand. Très grand. Brun. Très brun. Qu’on aurait dit un arabe ? ( private joke ). Peut-être. Je l’ai juste croisé. Je ne crois pas m’être retournée. Mais là en y repensant, je souris.  Ça vous fait ça aussi ? Est-que vous souriez quand vous repensez à quelque chose qui vous a ravi ? »

Je me suis dit que oui, je souris en repensant à certaines choses vues, entendues ou senties.
Mais, alors que Berthoise voit sans problème un Apollon, quand je croise une Aphrodite, je m’écrase.
Et mollement en plus…
J’ai d’abord l’attention attirée par un reflet, dans une vitrine ou celui d’une chevelure.
Alors je commence par voir puis je regarde, puis j’apprécie et enfin je soupire.
J’ai beau faire tout ça très discrètement.
Je fais semblant de rien, de n’avoir rien remarqué ni même seulement vu.
Toutes ces précautions d’esthète discret ne servent hélas à rien.
Quelques pas plus tard, la lumière de mes jours, qui ne voit plus très clair mais à l’œil perçant pour certaines choses, me jette :
- Tu l’as vue cette fille ?
Imbécile que je suis, je saute à pieds joints dans un piège que pourtant je connais depuis des lustres.
- La rousse avec la jupe verte, le « col claudine »  et de chouettes jambes ?
- Je savais bien, je me disais aussi…
« En même temps » comme disent les djeuns, ça a quelque chose de rassurant de vivre avec quelqu’un qui vous connaît si bien et qu’on connaît si peu.
On est ravi de savoir que si quelque chose ne va pas, elle va s’en apercevoir tout de suite et, tout en même temps, on est heureux de savoir qu’il y a toujours quelque chose de neuf à découvrir chez  elle.
Bon, on n’est pas toujours heureux quand même, les moments où, d’un geste un poil trop ample, je renverse mon verre et qu’elle me le reproche comme si j’avais fait plonger l’action Total de 40%.
Par chance, je peux me contenter d’un sourire moqueur quand elle envoie la sauce de sa salade sur ce pull bleu layette qu’elle affectionne et je déteste, celui que j’appelle « le pull à taches ».
En fait j’adore ça car ce sourire la fait plus « chauffer » que la tache qu’elle vient de faire.
Mais bon, tout ça ne m’empêchera pas de regarder les femmes dans la rue même si faire semblant de rien ne marche jamais…

Commentaires

Bizarrement, je te vois mal t écraser mollement, en revanche, je t'imagine très bien ricaner devant le pull à tâches.
Heure-Bleue repère les jolies femmes aussi sûrement que toi. Je me demande même si elle ne les voit pas avant toi.

Écrit par : Berthoise | jeudi, 22 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

"Je me demande même si elle ne les voit pas avant toi."
Tu vois que j'arrive à être discret...

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 22 octobre 2015

Ta discrétion t'honore !
(Reçu mon mail ?)

Écrit par : Anita | jeudi, 22 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

tous pareils ! Le mien en perd l'ouïe, la parole, il est hypnotisé

Écrit par : liliplume | jeudi, 22 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

Le mien repère les poumons en premiers !

Écrit par : Brigitte | jeudi, 22 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

C'est joliment dit en tout cas.

Écrit par : Livfourmi | jeudi, 22 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

Je me souviens encore du jour où mon père a mollement écrasé le pare-chocs de la deudeuch sur celui de la voiture de devant parce qu'il regardait des jambes non dissimulées par un très mini-jupe sur le trottoir que nous longions au lieu de se préoccuper de ce qui se passait sur la route devant lui...
Je ne crois pas que ma mère ait été particulièrement choquée, moi oui, outrée !...mon père quand même !
À ma décharge, il était assez pétri de principes dont il me rabattait un peu trop les oreilles à mon goût...alors zut !

Écrit par : Brin de broc | jeudi, 22 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

J'ai surpris Maky en train de regarder une jeunette qui passait devant lui, son oeil est aussi vif qu'à 20 ans.

Écrit par : mab | vendredi, 23 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

En résumé, tu remarques les belles jeunes (et un peu moins jeunes ?) femmes dans la rue.
Et HB ne manque pas de remarquer ce coup d'oeil.

Berthoise remarque les beaux jeunes hommes (j'ai remarque que nos goûts pour le type grand brun était commun) et en sourit encore.
Question HB les remarque aussi ?

Autrement dit, tu es axé sur le sexe opposé, tandis que HB est plus éclectique ???

Écrit par : Sophie | vendredi, 23 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

« En même temps » comme disent les djeuns, ça a quelque chose de rassurant de vivre avec quelqu’un qui vous connaît si bien et qu’on connaît si peu.
tu ne vas pas me faire croire ça après tout ce temps?
Si j'en croise un qui me fait un wahouuuuuuuuuuu (c'est bien rare) je le regarde et je lui souris. Pi je n'ai personne pour me faire une remarque... et quand c'était le cas, il en avait tellement rien à foutre qu'il n'aurait même pas vu. Super tableau mouarf

Écrit par : pucca | vendredi, 23 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

Pffff j'en ai marre qu'on ne regarde que les belles pépettes, moi qui suis si belle... de l'intérieur :)

Écrit par : Praline | vendredi, 23 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

tu parles! tu parles ! Mais je suis sûre que tu es bie content que HB t'ai à l'œil! Quelle tête ferais-tu si tu lorgnais les nénettes et que ta dulcinée ne s'e rendait même pas compte? Tu sais bien que l'o est jaloux que de ceux que l'on aime!

Écrit par : emiliacelina | vendredi, 23 octobre 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire