Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 20 décembre 2015

Mon petit bandit né roux.

Je sais Berthoise, ne dis rien, j’ai déjà honte…
Ce matin, lectrices chéries, je me suis réveillé tard.
Plus exactement j’ai été tiré des bras de Morphée, celui des rêves, pas d’Hypnos, celui du sommeil, par le téléphone d’Heure-Bleue.
Et pourquoi ça ?
Parce que ce téléphone sonne deux fois par jour, à neuf heures et à dix-neuf-heures.
C’est resté comme ça bien que la lumière de mes jours et moi ne prenions plus de ces médicaments qui évitent la mort dans 10% des cas et pourrissent la vie de celui qui les prend dans 100% des cas.
Ça nous sert surtout à nous dire le soir « Tiens, c’est « tutu time », il est sept heures ! »
Le matin, ça nous sert surtout à nous dire « mais où est ce foutu téléphone ? Ah… Encore dans la chambre… »
Il est rare, lectrices chéries, que je dorme aussi tard.
Mais c’est parce que je me suis levé plus tôt que d’habitude et qu’une de ces douleurs censées me démontrer que passé cinquante ans, je suis encore vivant, m’a empêché de me rendormir rapidement.
Comme toujours dans ces cas là, je tâtonne autour de moi pour toucher la peau de « ma rouquine aux cheveux gris ».
Comme toujours on achève de me réveiller en m’envoyant bouler d’un « dodo, Minou » et d’un coup de pied.
Du coup, je pense.
Ma douleur d’un coup s’aggrave.
J’en étais sûr, j’ai un de ces cancers monstrueux qui vont me rendre épouvantable à regarder et va m’achever dans d’atroces souffrances.
Je me tourne en soupirant.
Ma douleur disparaît.
J’avais mal au poignet.
Je me dis que le cancer du poignet est plus rare alors je me rendors sur une pensée leste à propos de l’usage du poignet…
Et je suis sorti du sommeil par ce foutu téléphone.
Mais je suis super content, Heure-Bleue s’est levée une minute avant moi, c’est exceptionnel.
J’allume le chauffage et prépare son petit déjeuner.
Un regard par la fenêtre me convainc que j’ai raison d’être heureux.
Le ciel est bleu.
Je suppose que la mer est verte…
Mais je ne laisse pas la fenêtre ouverte.
Non, non, non...
En attendant, il fait quasiment beau, seules quelques écharpes de brume tentent vainement de faire croire que ce n’est pas le printemps.
Elles n’y arrivent pas.
J’aime bien.
Dès ce soir, les jours allongent.
Le printemps approche, le vrai, je le sens.
Vous ne trouvez pas ça bien, lectrices chéries ?
Bon, il va falloir que je change le lit et l’enveloppe de couette.
J’aimerais bien voir mon petit bandit né roux se battre avec la couette mais je vais devoir m’y coller…

Commentaires

Gris ici mais je vais aller couper un peu au jardin, j'ai pris du retard, la faute à Sister!

Écrit par : mab | dimanche, 20 décembre 2015

Répondre à ce commentaire

J'ai coupé aussi ... Mais il faut tondre le gazon en plus ...et ramasser les feuilles mortes . Du travail d'automne, d'hiver et de printemps en même temps, triple travail ! Et préparer noël ... C'est dingue !!! J'ai très peur pour janvier comme en 85 (-26 dans le nord), et hiver 86/87 ( + 18 à Noel et - 18 en janvier en Charente maritime ) ! Mais pour le moment profitons en !

Écrit par : Francelyne | dimanche, 20 décembre 2015

Pour être lestes, elles sont lestes tes pensées...et réjouissantes ce matin ! Mais le cancer du poignet...n'importe quoi !

Écrit par : Brin de broc | dimanche, 20 décembre 2015

Répondre à ce commentaire

tu n'espères tout de même pas échapper à un hiver , passer directement au printemps ?

Écrit par : liliplume | dimanche, 20 décembre 2015

Répondre à ce commentaire

Cancer du poignet ! Tu n'y vas pas de main morte ! Mais tes pensées sont bien mâles !

Écrit par : Brigitte | dimanche, 20 décembre 2015

Répondre à ce commentaire

En tous cas, dans mon jardin, c'est déjà le printemps. Quand les bourgeons et les petits zoizeaux vont se prendre l'hiver dans la tronche, ça va leur faire drôle !
Chez moi, le thermomètre ne décolle pas du 14°, c'est dingue.
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | dimanche, 20 décembre 2015

Répondre à ce commentaire

Et changer une housse de couette avec un cancer du poignet, c'est pas humain !

Écrit par : celestine | dimanche, 20 décembre 2015

Les douleurs qui vous réveillent et vous font craindre le pire ! moi, je vérifie que mon téléphone fonctionne pour le cazou, j'essaie de me changer les idées en lisant quelques pages qui me disent que je ferais aussi bien de me rendormir...

Il me reste quand même une interrogation : pourquoi tu avais mal au poignet ?

J'attendais avec impatience l'allongement des jours, mais il paraît que c'est une fausse impression : si le soleil se couche plus tard, il se lève plus tard aussi, le gredin !!!

Écrit par : Sophie | dimanche, 20 décembre 2015

Répondre à ce commentaire

Veinard ! Ici le brouillard est définitivement plus fort que le soleil....

Écrit par : Livfourmi | dimanche, 20 décembre 2015

Répondre à ce commentaire

Excuse-moi , à 19 h ,tu dois te mettre en tutu, c,est çà ?

Écrit par : epalobe | dimanche, 20 décembre 2015

Répondre à ce commentaire

Ha ! Parce-que les jours doivent déjà subir une petite rallonge de soleil ? Moi, je me méfie de janvier et février !
Tu parles Il a bon dos le mal au poignet qui te tient éveillé !!!! Si tu arrêtais de rêver tout éveillé....

Écrit par : emiliacelina | dimanche, 20 décembre 2015

Répondre à ce commentaire

Il paraît que le ciel est bleu ? Pfffffffff, je ne vois que du rose ! Ah les filles et la couture ! Je cherche homme de ménage pour changer les couettes et nettoyer les vitres, puisque tu n'as pas de cancer du poignet, ça te dit ?...

Écrit par : lakevio | lundi, 21 décembre 2015

Répondre à ce commentaire

et c'est toi qui a préparé le petit déj ?? t'as pas dit !!!

Écrit par : maevina | lundi, 21 décembre 2015

Répondre à ce commentaire

J’allume le chauffage et prépare son petit déjeuner." merdoum j'avais sauté la phrase !!!!!!!

Écrit par : maevina | lundi, 21 décembre 2015

Ça fait deux jours que je m'arrache les cheveux à essayer de comprendre ton titre. Ça y est, j'ai pigé. Oui, je suis longue à la détente, mais c'était tellement tiré par les cheveux, que Nehru doit se retourner dans son urne. ( si il y en a une )

Écrit par : Berthoise | lundi, 21 décembre 2015

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire