Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 06 janvier 2016

Cache peau…

Demain je vous parlerai d'autre chose, lectrices chéries.
En attendant, hier j’ai accompagné Heure-Bleue chez le dentiste.
Ergo, ça a conduit chez l’Ours.
Nous en sommes ressortis avec P’tite Sœur pour aller chercher Merveille à l’école.
La dernière fois, Merveille nous avait expliqué en quoi consistait la grossesse chez la mammifère de l’espèce homo sapiens.
Cette fois ci, elle a élargi son vocabulaire.
La remplaçante de la future maman serait « une psychopathe »…
Ce qui est ressorti du discours de Merveille, c’est qu’on doit dire « vous » ou « maîtresse ».
Merveille disait depuis la maternelle « maîtresse » donc tout allait bien.
Il n’en va pas hélas de même pour tous et « ça fait des histoires ».
Nous avons ramené tout ce petit monde à sa maison en faisant un détour par le « distribanque » et le boulanger.
L’Ours a mangé la moitié des meringues de Merveille qui avait déjà abandonné la moitié de son croissant et de son pain au chocolat à la voracité de P’tite Sœur.
Elle a râlé après moi qui n’avait pourtant rien volé et après son père.
Genre « Pfff… Papa il me vole tout… »
Elle n’a pas entièrement tort.
Ce gamin, connu honorablement sous le nom de « l’Ours », m’avait déjà dépouillé de tout, jusqu’au dernier disque dur.
Il en a déjà une collection mais le fait que je tienne à garder une clef USB que je lui avais prêtée semble le déranger.
Je la lui avais prêtée mais chez lui, « prêter » et « donner » c’est pareil.
Enfin, quand je lui prête, sinon…
Bref, c’est un rejeton assez courant .
Déjà, il y a quelque temps, un bon moment même puisqu’il avait une quinzaine d’années, il m’avait dit, avec ce tact qui l’avait déjà rendu célèbre,  « Papa, t’es démodé, il te faut un Levi’s, un vrai, un 501 quoi ! »
Je savais bien quant à moi que pour être à la mode, il suffit de porter les mêmes affaires assez longtemps.
Tous les dix ans à peu près, on est à la mode pendant près d’un an…
Mais bon, il fallait bien faire plaisir à mon Ours préféré.
Alors j’ai claqué un blé monstre dans un « 501 ».
La semaine suivante, mon Ours m’a dit « Papa, tu me passes ton 501 ? »
Nous étions (encore) minces tous les deux, il n’y eut donc pas de problème.
J’ai donc « passé » le « 501 ».
Une ou deux semaines plus tard, l’Ours préféré de sa mère, comme n’importe quel gouvernement, faisait face à une dèche sévère.
Malgré les avances diverses, la dèche persistait.
On aurait dit le « 9-3 »…
La chair de la chair de la lumière de mes jours tenta un grand coup, pensant que son père avait une mémoire de mouche et une cervelle d’huître.
Mon Ours, arriva donc vers son père, lui tint un discours plutôt vague sur les besoins réels de l’adolescence et, confiant dans l’idiotie des parents, ces pauvres vieux qui ne connaissent rien de la vraie vie, inséra à voix un peu plus forte mais gentiment :
« Papa, si tu veux, je te vends mon 501… »
Papa, se rappelant que les parents sont là pour se faire gruger par les enfants et avaler des histoires fumeuses, demanda :
- Tu en veux combien ? 
- Ben... Euh… Sept cents, ça va ?
Je me rappelais parfaitement que ce 501, portés maintes fois par mon fils et moi, m’avait coûté, neuf, un peu moins de cinq cents francs…
J’ai donné sept cents francs et ce « 501 » que je venais d’acheter plus cher d’occasion que neuf est redevenu « mon 501 ».
Je l’ai rangé dans la penderie avec l’idée de l’y laisser le plus longtemps possible.
La lumière de mes jours m’apprit, quelque temps plus tard, qu’il avait revendu ce qui était redevenu par magie « son 501 » au lycée pour acheter une monstruosité terriblement « à tomber ».
Il acquit donc, avec « son » argent me dit-il, une salopette « Marithé et François G. », accessoire absolument indispensable du lycéen « in » pour ne pas dire « hype ».
Heure-Bleue et moi l’avons regardé, un peu ébahis tout de même.
Et c’est là que le terme « fashion victim » a pris tout son sens…

Commentaires

Ils sont adorables, ces gamins, non?

Écrit par : Livfourmi | mercredi, 06 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Et joyeux anniversaire!

Écrit par : Livfourmi | mercredi, 06 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Il aurait fait fortune dans le Sentier !!!!
Est-ce que vous lui avez déjà rappelé ces épisodes désopilants (enfin pour une lectrice) ?

Ta mémoire vivace ne doit pas te faire craindre des zans l'irréparable outrage : bon anniv.

Écrit par : Sophie | mercredi, 06 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

C'est l'annjversaire de l'Ours ?... En tous cas, c'est sa fête, on dirait !

Écrit par : lakevio | mercredi, 06 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Au fait, moi je trouve assez faramineux que les rois mages se soient déplacés juste pour te célébrer.
Tu aimes la galette à la frangipane ??

Écrit par : Sophie | mercredi, 06 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Joyeux anniversaire

Écrit par : Françoise | mercredi, 06 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Tiens ! ...il a de mon fils l'Ours ! Ils ont le sens des affaires !
Bon anniversaire !

Écrit par : Sdl | mercredi, 06 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Allez, une fois n'est pas coutume, je te fais la bise pour ton anniv' :-) Tous mes souhaits.

Écrit par : Praline | mercredi, 06 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Nous, on dit une mémoire de poisson rouge, l'idée est la même.
Donc avec ton jean, ton fils s'est fait les 700 balles que tu tu as donnés et ce qu'un de ses potes lui a refilé. C'est un champion !
Bon anniversaire, le Goût.

Écrit par : Berthoise | mercredi, 06 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

C'est ton anniv ? (chuis nouvelle ici...pas encore au courant de tout)
J'aime bien l'interprétation "ado" du verbe passer...
Tu me passer c'est donner, reprendre c'est voler...
Bises célestes
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | mercredi, 06 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Ah oui, concernant la psychopathe, je ne supporte plus que les élèves me tutoient ni qu'ils m'appellent par mon prénom. Je dois passer pour rigide, mais j'en ai marre que des parents que je ne connais ni d'Eve, ni d'Adam, ne m'appellent Berthoise en me tutoyant et me donnant une claque dans le dos. Car c'est souvent comme ça, les enfants tutoient alors les parents aussi et ça m'agace. Des fois, en tant qu'instit, on est obligé de dire des choses que les parents n'ont pas envie d'entendre, c'est plus facile s'il y a un peu de distance.
Et pour une remplaçante c'est encore plus important de montrer aux enfants qu'on n'est pas copains. Voilà-voilà, une petite explication.
Ceci dit, elle est peut-être un brin barrée, la remplaçante de la future maman. Y'en a aussi dans la profession. ;)

Écrit par : Berthoise | mercredi, 06 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Tu "peux" me passer

Écrit par : celestine | mercredi, 06 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Bon anniversaire Mr le goût. Pas encore une nouvelle dizaine ? Ca va commencer à peser..
En tout cas, chapeau à l'Ours d'avoir su gruger son père (qui n'était pas dupe. Quand même, des enfants, ça ose tout, ils n'ont peur de rien). Vendre un jean déjà porté, emprunté à son père, fallait y penser. Même dans le film Taxi, ils n'auraient jamais pensé à ça.
Un vêtement porté, ça ne vaut plus rien ou alors, quelques euros. Me parle plus des francs, je n'arrive plus à faire la conversion en euros...700 francs, ça fait combien d'euros ?
Notre fils faisait aussi ça à son père, mais sur des vêtements neufs. Mon mari prenait un costume dans le magasin pour lui et ensuite le refilait à son fils qui en avait besoin à l'époque à Paris.

Écrit par : julie | mercredi, 06 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

c'est bien vrai ça qu'ils considèrent comme donné ce qui est seulement prêté !! (pour l'argent aussi !!). Bon anniversaire !

Écrit par : liliplume | mercredi, 06 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Bon anniversaire. Tous mes vœux pour 2016 et surtout surtout bonne santé, on devient de petites choses à notre âge

Écrit par : gadgette | mercredi, 06 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Bon anniversaire !

La fête se fêterait la veille parait-il...
J'inaugure l'anniversaire qui se fête le lendemain.

Écrit par : Brin de broc | jeudi, 07 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Ben ! Mince alors! Je me rend compte que je n'ai pas mis de commentaire sur cette note! Pourtant je pensais bien l'avoir fait! En plus ton jour anniversaire !!!!!!!!! Que je te souhaite de bon cœur et pour l'occasion te fais la bise! J'ai bien ri et je me rend compte que ces chameaux de gosses nous roulent dans la farine (ou du mois le croit-il!) .... et que l'on joue le jeu ! Pourtant ils devraient bien savoir que ce n'est pas aux vieux singes que l'on apprend à faire la grimace!! Mais là! Je reconnais qu'il avait fait fort le fiston !

Écrit par : emiliacelina | jeudi, 07 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Avec un jour de retard je te souhaite un bon anniversaire...

Écrit par : lanabc | jeudi, 07 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

j'ai éclaté de rire deux fois pendant ma lecture...l'Ours à un sens très poussé de la négoce...pas besoin de faire une école de commerce...MDR...en fait...tu étais un très très gentil papa...

Écrit par : esthériane, mialjo | vendredi, 08 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire