Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 22 avril 2016

La dame de piques.

Hier j’ai écouté Noémie Delattre défendre avec conviction la condition de la femme et combattre avec sa pugnacité coutumière toute forme de sexisme.
Je suis généralement totalement d’accord avec elle, notamment quand elle se demande « Si les femmes sont concernées par les droits de l’Homme, à quoi bon une journée du droit des femmes ? »
Hélas, ce matin là, elle avait enfourché son destrier avec tant d’élan qu’elle a vidé les étriers avant même que d’être en selle.
Il était question de « Babycook » ce petit engin cher et remarquablement pratique pour nourrir les bébés.
Elle s’est illico élevée avec véhémence contre la publicité de l’engin dont elle a probablement fait l’acquisition pour mettre le petit à l’engrais.
Oui, les mamans, croyantes ou athées, sont toutes des mères juives en la matière.
Ça se résume grossièrement quand c’est un garçon à :
« Il a bien mangé, c’est bien, regardez comme il est beau, ah la la, les filles elles vont tomber raides ! Comme sa maman, hein mon bébé chéri !  »
Bref, elle entame d’entrée l’éducation qui en fera un macho accompli…
Noémie n’a pas saisi l’ironie de la situation.
Elle n’a remarqué qu’une chose :
« Avec Babycook, les mamans vont découvrir le plaisir de, etc. »
Outre que j’espère que les mamans auront découvert le plaisir avant d’acheter un Babycook, je dois dire qu’elle s’est plus attachée à la façon maladroite de présenter l’outil qu’à son utilité.
C’est à ce moment que me revient qu’à près de trente-huit ans elle a donné naissance à un bébé il y a peu.
Et, j’ai repensé à la façon dont la lumière de mes jours a usé de moi.
Pour fabriquer la chair de sa chair, d’abord.
Pour s’en occuper ensuite.
Je me suis alors aperçu que j’avais trente ans de plus que Noémie Delattre et sans aucun doute changé des bébés bien plus souvent qu’elle.
Et pendant bien plus longtemps, vu l’âge du sien…
Même mon père né en 1921 a plus souvent changé des bébés que Noémie Delattre.
Aaah… Lectrices chéries ! Si vous saviez !
Si vous saviez tout de cet arrangement conclu entre Heure-Bleue et moi.
Aaaahhh... Le coup du « Mon Minou, la nuit un biberon sur deux c’est moi, un sur deux c’est toi »
Oui, à cette époque aussi lointaine que bénie, j’étais « Mon Minouuuuu… », pas « Minou ! »
Le genre d’arrangement qui démarre dès la première nuit par « Mon Minou, c’est ton tour ! »
Le suivant, ça se gâte et j’ai droit à « Mon Minou, tu veux pas prendre mon tour ? Minou… »
Avec yeux qui papillotent et moue qui donne illico envie d’entamer la fabrication du suivant.
Envie réfrénée aussitôt par un regard qui dit « n’y songe même pas ! Si tu t’approches je t’émascule d’un coup de dents ! »
Donc, lectrices chéries, n’allez pas prendre au premier degré et pour argent comptant ce que dit Noémie Delattre avec un talent d’escroc de haut vol.
Elle vous défend avec conviction.
Comme si vous ne le faisiez pas depuis longtemps.

Commentaires

Je ne peux qu'être d'accord le premier alinéa de ton billet..

Pour le reste , aucun avis, je ne connais pas le Babycook ni même Noémie Delattre sauf en qualité d'actrice (et encore !!!).

Mais je lis, et pas seulement aujourd'hui, que tu as partagé équitablement les tâches . J'en connais peu, même dans la jeune génération.

Écrit par : Sophie | vendredi, 22 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Equitablement, équitablement...
Honnêtement c'est vite dit.
Si nous sommes toujours ensemble aujourd'hui c'est beaucoup dû au fait que j'ai passé beaucoup de temps à l'étranger.

Écrit par : le-gout-des-autres | vendredi, 22 avril 2016

va me falloir deux jours de mise à niveau au moins avant de comprendre ce dont tu parles !!!!!!!!!!!!

Écrit par : maevina | vendredi, 22 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Babycook, génial, j'en avais acheté un d'occas bien sûr pour les petits-enfants.
Le chacun son tour pour les changes biberon je n'ai pas connu et de toutes façons j'ai horreur de déléguer.

Écrit par : mab | vendredi, 22 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Ayant allaité mes rejetons pendant de nombreux mois ( 9 pour le Grand, 13 pour Poulette ), leur père n'a jamais eu à se lever la nuit pour donner le moindre biberon.
Mais, je ne regrette rien et ne lui en veux absolument pas, j'ai adoré cette période et les têtées de nuit ont été de grands moments de bonheur.
Un peu mère juive ? c'est possible, mais je n'en ai aucune honte.

Écrit par : Berthoise | vendredi, 22 avril 2016

Répondre à ce commentaire

tu auraiq dû mettre une photo, je sais pas ce que c'est que ce truc, babycook

Écrit par : tarrah | vendredi, 22 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Il n'y a que pour la troisième que M.L. a un peu (rien qu'un peu) été mis à contribution, et encore ce n'était que pendant ses vacances. Donc un mois. En effet j'avais allaité les deux premiers et avait été obligée de sevrer PJF à 20 jours pour un sérieux problème de santé. C'était les vacances et j'étais complêtement HS (à cause du problème de santé), j'avais obtenu le biberon de 3 heures du matin. Ca n'a pas duré longtemps

Écrit par : liliplume | vendredi, 22 avril 2016

Répondre à ce commentaire

mes trois loustics ot été nourris au biberon. Ils étaient trop faibles les premiers temps pour avoir la force de téter au sein. J'ai donc du user du tire lait,car je m'entêtais et cela m'a valu pas mal de problèmes très douloureux! (genre abcès) ! Aïe! Aïe !
Pour le coup, Robert ne pouvait m'être d'aucune aide! D'ailleurs il travaillait trop dur physiquement, il fallait qu'il dorme la nuit ! Et puis, moi no plus, je n'aime pas déléguer !

Écrit par : emiliacelina | vendredi, 22 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire