Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 23 avril 2016

Mai moire ma mémoire

Un jour je repasserai rue Turgot.
C’est obligé.
Je suis sûr que j’ai raté quelque chose.
A priori il n’y a rien d’extraordinaire dans cette rue plutôt courte qui relie l’avenue Trudaine à la rue Condorcet et la rue de Rochechouart.
Elle part du square d’Anvers et va jusqu’à la petite place triangulaire formée par la conjonction de ces trois rues.
Je l’empruntais souvent pour aller prendre le 85 qui me ramènerait chez moi.
Je repense à cette rue dès que le mois de mai approche.
J’ai failli écrire « le moi de mai », vous vous rendez compte lectrices chéries ?
Cette rue donc, a quelque chose, j’en suis sûr.
Je ne sais quoi.
Tout ce que je sais c’est que je l’ai raté.
J’ai dû apercevoir ou entendre quelque chose qui m’a profondément marqué.
Ou quelqu’un…
Cette rue n’a pourtant rien de particulier, elle descend en pente douce le flanc de la colline de Montmartre et, pour ce que je me rappelle, à part un grand bureau des PTT et un d’EDF, il n’y avait rien d’autre qu’une école primaire et quelques jolis immeubles.
Ah si ! Il y avait aussi une « maison de ville », je frémis aujourd’hui au prix qu’il faudrait payer pour l’habiter.
Mais non, ce n’est pas ça.
J’ai peut-être croisé quelqu’un que je connais, ou connaissais, et qui m’a marqué.
Quelqu’un que je n’ai pas revu depuis très longtemps.
On croise tant de gens dans une vie.
Une chose est sûre, pour que ça ressurgisse en un souvenir flou dès que le mois de mai approche, ça m’a marqué.
C’est peut-être une nouvelle triste, allez savoir.
Peut-être que quelqu’un que je connaissais vivait dans ce coin et est mort au mois de mai.
Ça doit être ça parce qu’habituellement, ce sont plutôt des souvenirs agréables qui me viennent quand je pense à ce coin.
J’y retournerai.
Je descendrai à Pont Cardinet, je remonterai la rue Cardinet jusqu’à l’avenue de Clichy, je m’arrêterai peut-être chez Ladess pour manger un döner.
Puis je prendrai le 54 qui s’arrête un peu plus loin après le restaurant et j’irai jusqu’à Anvers.
Je traverserai le square d’Anvers et, à la sortie de l’autre bout, je n’aurai qu’à traverser l’avenue pour être rue Turgot.
Je l’arpenterai plusieurs fois, de haut en bas, puis de bas en haut.
J’examinerai chaque immeuble, la maison, pas l’école ni la Poste ni EDF.
J’examinerai presque tout.
Je m’arrêterai au café où j’attendais le 85 et qui a changé de nom.
Oui, celui qui est sur la photo.
Maintenant, sans doute à cause de l’école toute proche, il s'appelle « Jolis mômes ».
Puis je remonterai la rue.
Je finirai pas me rappeler.
Il est impossible qu’il en aille autrement.
Je ne peux pas laisser cette griffure sur ma mémoire se réveiller chaque approche du mois de mai.

 

40131517.jpg

 

Commentaires

Monsieur le goût ... Un GPS vivant, poète et sensible ... Qui nous conduit dans les rues de Paris comme personne... Merci .

Écrit par : Francelyne 17 | samedi, 23 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Ah ah joli!

Écrit par : mab | samedi, 23 avril 2016

Répondre à ce commentaire

allez hop un petit saut de plus sur Paris pour le mois de Mai !! c'est bien d'avoir un but à chaque fois !

Écrit par : maevina | samedi, 23 avril 2016

Répondre à ce commentaire

C'est lancinant ces souvenirs qui ne veulent pas resurgir quand on les sollicite.

N'attends pas le mois de mai pour faire ce trajet, t'arrêter autant de fois qu'il faudra... et nous raconter !

Écrit par : Sophie | samedi, 23 avril 2016

Répondre à ce commentaire

C'est un très beau texte.

Écrit par : Berthoise | samedi, 23 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Nous sortons du cinéma. Vu un joli film dont le personnage principal, André Dussolier habite rue Turgot. Il y a plein de plans de la rue, et de la rue Condorcet

Écrit par : Imaginer | samedi, 23 avril 2016

Répondre à ce commentaire

J'adore quand tu fais ton Modiano ! Tu sais que nous voulons bien partager tes promenades. Même si mes souvenirs sont ailleurs, ceux du Maître feront écho.

Écrit par : lakevio | dimanche, 24 avril 2016

Répondre à ce commentaire

Jolie cette balade virtuelle. Bon dimanche à vous.

Écrit par : Anita | dimanche, 24 avril 2016

Répondre à ce commentaire

je me demande....... finalement fais attention... on ne sait jamais ... je ne peux m'empêcher de penser que "l'assassin" reviens toujours sur les lieux de son crime ! Quand la mémoire va te revenir tu risques d'être surpris!

Écrit par : emiliacelina | dimanche, 24 avril 2016

Répondre à ce commentaire

J'aime bien le "toi de Mai"
Le Gontey m'appelle, je te juin bientôt.
Des bises à vous deux, plein !

Écrit par : Brin de broc | lundi, 30 mai 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire