Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 23 juillet 2016

Aujourd’hui, si je ne suis pas Breton je prends quand même Duchamp…

De rien, Mab
Il me vient parfois des idées curieuses avant d’ouvrir les yeux.
Mais non, pas que ça…
Assez bizarrement,ce matin, quand le sommeil a commencé à me quitter, j’ai pensé « c’est quand même une sorte de prescience qu’elle soit née l’année de l’expo internationale du surréalisme. »
Il est vrai que parfois, quand elle me parle, je me demande si elle ne me dit pas un poème d’André Breton jusqu’à ce que je me rappelle qu’elle n’aime pas la poésie…
J’ai ouvert les yeux vers six heures et demie.
Bon, en fait il était six heures trente-quatre.
Oui, comme mon fils j’ai ce tic, depuis que l’heure est donnée à la maison par le décodeur de la télévision, de donner l’heure de cette façon idiote.
Il était donc six heures-trente-quatre.
J’attendis sept heures moins cinq, au feeling seulement, pour me lever.
J’ai voulu dire « bon anniversaire » à la lumière de mes jours mais à peine j’ai posé la main sur son épaule que son mouvement agacé pour se dégager a tué dans l’œuf mon idée.
Alors j’ai fait comme d’habitude.
Je me suis levé et ai fermé la porte pour écouter tranquillement la radio en l’attendant.
Ça ne dure jamais bien longtemps.
Je sais, depuis des années maintenant, que mon absence à son côté la réveille plus sûrement qu’un bruit.
Le calme fut bref.
La porte s’est ouverte.
- Il est quelle heure, Minou ?
- Sept heures et quelques, ma Mine.
- Tu n’a rien oublié ?
- Non, comme tu n’as pas vieilli, je n’ai rien oublié.
Mal réveillée elle m’a dit :
- Mais si Minou, il plus de sept heures moins cinq !
- Bon anniversaire ma Mine…
Oui, Heure-Bleue est ainsi faite qu’elle prend un an dans la microseconde qui suit six heures cinquante-cinq du matin le vingt-trois juillet.
Ça doit bien faire au moins… tout ça, que je l’agace en lui disant que savoir à une demi-heure près sa date de naissance est une farce.
Ce qui la chagrine le plus, c’est savoir que chaque minute on vieillit.
Pour arranger ça, elle vieillit par à-coups...
Je ne sais pas ce qui la console le plus de cet aspect catastrophique du temps.
Un bisou ?
Un livre ?
Un clafoutis ?
Non, le dernier l’aurais poussée à me jeter la balance à la figure.
Alors exit le clafoutis.
Je trouverai sûrement quelque chose de gentil à lui dire ou à lui…
Offrir…

Commentaires

Tu n'as rien prévu pour son réveil?

Écrit par : mab | samedi, 23 juillet 2016

Répondre à ce commentaire

Je suis sûre qu'elle a savouré son petit déjeuner gentiment préparé... Bonne journée à vous deux.

Écrit par : lakevio | samedi, 23 juillet 2016

Répondre à ce commentaire

Attention, le goût ! Veuillez préciser la "seconde" exposition.

Écrit par : Nina | samedi, 23 juillet 2016

Répondre à ce commentaire

Et le sac que tu lui offris il y a quelques jours, ça ne compte pas ?

En plus, je suis certaine qu'elle apprécie chaque jour son Rico, vos balades et même vos chamailleries...

Tu te réveilles toujours sensiblement à la même heure ? ce fut le cas pendant de longues années, même après ma cessation d'activité (j'ai évité les subjonctifs que j'eusse cessé, ou que j'aie cessé ou même autrement hi hi hi). Maintenant c'est anarchique, en sursaut la plupart du temps, et sans que j'ai décelé le moindre bruit...

Écrit par : Sophie | samedi, 23 juillet 2016

Répondre à ce commentaire

Je sens que cette journée va être torride ! :-)
En tout cas, passez une belle journée tous les deux, tu nous diras pour le cadeau ? ;-)

Écrit par : Praline | samedi, 23 juillet 2016

Répondre à ce commentaire

elle ne pouvait être née que cette année là...tu lui as dit?

Écrit par : sylvie | samedi, 23 juillet 2016

Répondre à ce commentaire

comment ça ? Tu n'avais pas le cadeau pour le jour-dit ???

Écrit par : liliplume | samedi, 23 juillet 2016

Répondre à ce commentaire

déjà , ta réponse : "comme tu n'as pas vieilli, je n'ai rien oublié" est déjà un cadeau !!!

Écrit par : emiliacelina | samedi, 23 juillet 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire