Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 11 octobre 2016

Le perturbateur « endoctrinien ».

images_téléphone_2 009.jpg

De rien Mab.
Je vais aujourd’hui me faire un « devoir de Lakevio de moi tout seul ».
Et je ne vais même pas fouiner sur le Web pour y trouver une toile.
Je vais me contenter d’une photo que j’ai prise il y a peu en traînant avec Heure-Bleue.
Vous verrez, lectrices chéries, il n’est pas indispensable d’avoir un soleil éclatant pour se sentir soulevé par l’allégresse.
Pas du tout.
Je le savais bien, en prenant ce bus qu’on allait passer devant ces endroits magiques.
Je savais aussi que la magie en a été galvaudée au hasard des cartes postales.
Néanmoins, quand on n’a que ses yeux et sa vie pour les voir, la magie reste là.
Pile poil là.
Dis-je, le doigt pointé sur la tempe.
Non, le soleil n’était pas là.
On ne pouvait voir que la beauté d’un ciel qui eût pu être peint par Turner ou Boudin.
On pouvait aussi voir la Tour Eiffel, telle sur un prospectus vantant Paris.
Mais là n’est pas la vraie magie.
Non, elle est dans ces flots, admirés depuis le parapet du quai qui mène au pont de l’Alma.
Rappelez vous, lectrices aussi parisiennes que chéries, vos promenades le long de la Seine.
Ces temps où nous regardions le fleuve et le monde avec un autre regard.
On a eu beau nous dire et nous redire que non, le monde n’est pas si beau qu’on pense, qu’il y a plein de choses qui ne vont pas.
Et alors ?.
Ces tentatives d’endoctrinement, ça n’a pas marché.
Nous l’avons vu beau et plein de promesses, ce monde.
Il est toujours beau et plein de promesses.
Les promesses sont certes plus nuageuses mais c’est beau les nuages.
Surtout ceux là.
Ceux qui peinent à cacher que le ciel est bleu.
Oui lectrices chéries, même quand il ne fait pas très beau, le ciel de l’ouest de Paris n’arrive pas à être triste ou laid.
Jamais.
Vous ne vous revoyez pas, accoudées à ce parapet qui mène au pont de l’Alma?
Échangeant des impressions avec celui qui vous accompagne ?
Je suis sûr que parfois, en y pensant vous avez cette vague joie qui vous dilate la poitrine.
Ou cette vague sensation de temps passé qui vous serre le cœur et dont vous avez bien du mal à décider si c’est une sensation de bonheur ou de regret.
Puis je suis sûr que vous finissez par vous dire que, non, ce n’est pas perdu, c’est simplement réimprimé dans vos souvenirs chaque fois que vous passez par là.
Mieux, c’est un nouveau souvenir heureux sur une couche déjà épaisse de souvenirs heureux.
Je suis sûr que c’est pour ça qu’on a inventé les quais de la Seine et le réseau de bus de la RATP.
C’est seulement pour vous remplir les yeux et la mémoire de beauté.
« Rien que pour vos yeux », comme dit Bond, James Bond…

Commentaires

Un nouveau souvenir heureux sur une couche déjà épaisse de souvenirs heureux, c'est une bien jolie façon de revivre le passé.

Écrit par : livfourmi | mardi, 11 octobre 2016

Répondre à ce commentaire

Bravo des deux mains.
Bon, je vais pas te refaire le coup de la lumière de Paris, hein ?

Écrit par : Sophie | mardi, 11 octobre 2016

Répondre à ce commentaire

comme toujours tes souvenirs illuminent ta note ! Bien sûr, reconnais que tu es bien aidé par Paris (que je ne connais pas vraiment mais commence à aimer à travers vous deux !) !!!!!!!
Tu racontes si bien tout ce qui remue le cœur au gré des souvenirs!

Écrit par : emiliacelina | mardi, 11 octobre 2016

Répondre à ce commentaire

J'adore ton titre ^^
merci pour ce billet plein de joie intérieure et de beauté.
C'est pourtant simple le bonheur.
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | mardi, 11 octobre 2016

Répondre à ce commentaire

Incorrigible optimiste et ça fait un bien fou.

Écrit par : mab | mercredi, 12 octobre 2016

Répondre à ce commentaire

j' aime ton allégresse

Écrit par : epalobe | mercredi, 12 octobre 2016

Répondre à ce commentaire

merci ça fait du bien, bises

Écrit par : sylvie | mercredi, 12 octobre 2016

Répondre à ce commentaire

Les souvenirs heureux, comme de petites parenthèses hors du temps! Pour moi aussi Paris est truffé de petits et grands morceaux de paradis qui me font la nostalgie heureuse...

Écrit par : la baladine | mercredi, 12 octobre 2016

Répondre à ce commentaire

j'adore traîner le long de la Seine.. Tous ces ponts, tous différents...

Écrit par : liliplume | mercredi, 12 octobre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire