Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 22 décembre 2016

Faire tourner l’étable...

Je suis passé devant la ferme.
Tout était éteint.
C’est un peu plus loin, devant une des dépendances, peut-être bien une étable, que j’ai entrevu une lumière vacillante.
Je me suis approché, craignant qu’un incendie ne se soit déclaré.
J’ai jeté un regard à l’intérieur, entre les planches disjointes de la porte.
Et non, ce n’était pas un incendie mais compte tenu de la société, probablement une longue vie d’emmerdements débutait là.
Un môme, vaguement enroulé dans un chiffon, était posé sur la paille.
Un bœuf, se penchait sur lui, soufflant.
Ça commençait bien, j’étais sûr que le môme allait débuter directement par la fièvre aphteuse.
Ou il allait finir piétiné par le bœuf.
A moins que ce ne soit par l’âne qui attendait que le bœuf ait fini de lui souffler ses miasmes pour en faire autant…
Pour ne rien arranger, sa mère était voilée et le mec à côté, probablement son père, portait une djellaba et avait l’air très emmerdé.
C’était mal barré pour ce gosse, à tous les coups, encore un petit rebeu…
Ça sentait le couple « d’étrangers en situation irrégulière ».
Des migrants moyen-orientaux.
En plus, ça avait beau être silencieux, ça faisait quand même un peu nouba, dans l’étable.
Et puis il y a ces trois autres types bizarres.
Déjà il y a un black, ça détonne parce que dans ce bled, si t’es pas blanc, tu te fais salement regarder de travers.
Déjà rien que si t’es basané t’es mal vu.
A tous les coups, demain on va lancer un avis de ratonnade…
En plus, il y a un « noich », le troisième, c’est un Gaulois, comme vous et moi.
Ils sont fringués zarbi mais bon, aujourd’hui tout le monde s’en fout.
Quand même, je ne peux pas laisser ce môme comme ça.
Maté par des types bizarres et mal surveillé par des parents complètement paumés.
Je sors mon portable et j’appelle Emmaüs avant qu’il y ait un drame.
Sinon ce gamin va mal finir, c’est sûr et on va encore en parler pfff… des siècles...

Commentaires

Ah quelle jouissance (intellectuelle) absolue que de lire cette réécriture !
Tu te surpasses dans cet art où tu excelles déjà.
Comment ça, j'exagère ? ;-) Comment ça je fayote ?
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | jeudi, 22 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Le monde est plein de gens bizarres qui font l'histoire.

Écrit par : Livfourmi | jeudi, 22 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Ha, ha, l'histoire du petit Jésus revu et corrigé par Mr le Goût ! J'adore..
Au début, j'ai vraiment cru, que toi et ta moitié étiez tombés sur un squat...

Mais, tu sais qu'il n'y a pas mieux qu'une étable pour y dormir ? Si tous les SDF avaient une étable et des vaches pour leur tenir compagnie, ils seraient au chaud et on aurait pas 450 morts chaque année dans la rue...
Je me souviens, l'hiver, enfants, nous allions nous amuser dans l'étable, l'haleine des vaches ruminant toute la journée remplaçait le chauffage....et, quand ma mère nous y enfermait dans le noir, pour nous punir de je ne sais quoi, je parlais aux vaches... Pour ça, je suppose que j'ai de la tendresse pour elles. Bon, au bout d'un moment, la terreur me saisissant, je me mettais à hurler parce que j'avais une peur folle des rats et des souris. Ma mère était bien obligée de nous sortir de là...
Lui, le petit Jésus, il est pas seul, il a du monde autour de lui, il est bien au chaud sur son lit de paille. L'âne qui lui souffle son haleine, en fait, est en train de le réchauffer...
Ah, on est bien loin de notre monde actuel, avec ses 3 rois mages de différentes couleurs. (t'as vu les méchancetés qu'on dit sur notre nouvelle miss France, j'ai été outrée. Le soir de l'élection, je me suis saisie de mon téléphone (que je ne faisais plus depuis longtemps) pour voter pour elle...car, c'était serré..
J'ai envoyé hier une carte avec ce tableau idyllique à une chère blogueuse malade. J'adore les symboles, les cartes avec le petit Jésus.
Merci pour ce moment.. Tiens, moi, c'est du papa Noel que j'ai envie de parler...Si j'ai le temps (mais surtout l'envie) j'en ferai un article pour dimanche..
Joyeux Noël avec vos adorables merveilles...Nous verrons aussi Gaby....
L'année dernière, suite à la dispute avec ma fille, nous nous étions retrouvés seuls avec mon mari. Mais, nous ne nous étions pas laissés abattre...Nous en avions profité pour aller à la messe de minuit à 22h (bon, il a fallu que j'insiste auprès du mari pour qu'il m'accompagne)....Ca faisait bien longtemps que je n'avais pu assister à une messe de minuit, because les agapes les autres années avec les enfants qui se disent maintenant athées. J'avais adoré chanter "il est né le divin enfant" et marcher la nuit dans les ruelles éclairées du petit village où nous étions allés (manquait juste un peu de neige sur les bas côtés). Ensuite, en rentrant, nous avions fait un simple frichtis, composé de foie gras -entier le foie gras - de saumon fumé d'une des meilleurs fumeries du coin et de champagne. Que demander de plus au bon dieu ! Quand on est deux, on est pas seul...Deux, ça fait plusieurs et on ne se sent pas abandonné...You comprendo ce que je veux dire ?
Bon, le mari avait été parfait sur ce coup-là...

Écrit par : julie | jeudi, 22 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Chez Emmaüs ? Et tu crois qu'il sera mieux avec des anciens clodos alcoolos ?
T'as une drôle de vision de ce qu'il faut à un enfant !

Super ton texte !

Écrit par : Berthoise | jeudi, 22 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

J'ai bien aimé cette version moderne ...

Écrit par : Francelyne | jeudi, 22 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Quel joli conte ! Mais cette histoire me rappelle quelque chose...Y aurait il plagiat!!!! Merci de m'avoir fait sourire (voir rire!) toute seule devant mon écran dans mon bureau!!! Bonnes fêtes à vous

Écrit par : manoudanslaforet | jeudi, 22 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Ouh la, les anciens d'Emmaüs, chers à ma belle-fille, vont être chagrinés en lisant le commentaire de Berthoise.
Il est sûr qu'au jour d'aujourd'hui, beaucoup passent à côté de la puissance de la naissance d'un enfant pauvre venu d'ailleurs... Beau billet, LeGoût.

Écrit par : lakevio | jeudi, 22 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Tu sais Lakevio, j'adore jouer la provoc.
Noël n'est pas ma fête préférée, celle que j'aime, me parle et donne de l'entrain, c'est la Pentecôte.

Écrit par : Berthoise | vendredi, 23 décembre 2016

Le petit appart' vide de ma mère a été squatté par un couple qui en a profité pour y faire un bébé ! Jésus, Marie,Joseph!! Qu'est-il arrivé ensuite?? Au bout d' un an de procédures ('je ne suis pas Emmaüs) un LOGEMENT SOCIAL accordé par le17éme à Paris m' en a libéré !

Écrit par : Nina | jeudi, 22 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

L'histoire se répète, tu as pris une photo au moins pour preuve

Écrit par : mab | jeudi, 22 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

mais pourquoi Emmaüs, c'est le samu qu'il faudrait appeler, ou les pompiers ou la DASS

Écrit par : liliplume | jeudi, 22 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Une assistante sociale s'est occupée d' eux à cause de la procédure. La préfecture de Paris n'expulse pas avant d' avoir trouvé une solution satisfaisante ( loi DALO). C' est au moment où la Préfecture allait m' indemniser( !!!) pour ne pas suivre la décision des tribunaux d'instance ET de grande instance qu'elle a trouvé la solution satisfaisante .J' ai eu une double chance : Cela n' a duré qu' un an et des poussières et ils ont entretenu l'appart' que j'ai pu revendre aussitôt car c'était mon intention. L' attente peut durer au moins trois ans ( pour loyers impayés). Cette situation est très courante et banale. Evidemment,je n' ai rien perçu de quiconque mais, je ne souhaitais que leur départ.

Écrit par : Nina | jeudi, 22 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Interdiction est faite au propriétaire ou autre d' intervenir en dehors d' une décision de justice. Cette famille savait qu' elle ne risquait rien. Regardez sur internet " les droits des squatters"

Écrit par : Nina | jeudi, 22 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Fais tourner, fais tourner! Ça tourne rudement bien!

Écrit par : la baladine | jeudi, 22 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

J'ai fait lire ce billet à ma fille, elle a pleuré de rire :-) eh moi aussi hein !

Écrit par : Praline | jeudi, 22 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

alors là! Comme dit célestine on est dans du plaisir à l'état pur merci!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : sylvie | vendredi, 23 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Le titre virait au spiritisme,
Le texte tendait à la spiritualité au goût du jour.
En fait, c'est l'esprit du Goût qui fait une démonstration redoutable.

Bravo et Joyeux Noël

Écrit par : Sophie | vendredi, 23 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Je ne regarderai plus jamais une crèche de la même façon ! Merci de me faire rire : c'est trop bon, allez «joyeux Noël» Une fidèle admiratrice.

Écrit par : Mamily | samedi, 24 décembre 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire