Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 28 mars 2017

Itinéraire d’un enfant gâteux…

20170327_170548.jpg

Hier nous sommes allés voir « notre » médecin qui officie à Paris près de la mairie où nous nous sommes mariés.
Nous avons pris le 20 à Saint Lazare, derrière moi s’est assis quelqu’un que je n’ai pas vu.
Mais que j’ai senti.
Une odeur particulière faite d’un parfum puissant et de senteur d’étable.
J’ai pensé, à cause de la beauté du nom, à « Ecurie, de chez Augias ».
J’ai regardé la lumière de mes jours qui regardait, elle, quelqu’un derrière moi.
Elle ne regardait pas avec dédain, non.
Elle regardait avec mépris.
« On » s’est levé derrière moi et « on » s’est assis de l’autre côté du couloir central.
J’ai compris la lumière de mes jours.
Une femme qui se tenait fort mal et terriblement vulgaire m’apparut.
Comme je suis bégueule, j’ai méprisé aussi…
Nous nous sommes arrêtés place de la République et, comme toujours, avons constaté que les quartiers ne changent qu’en surface.
Les « va-de-la-gueule » ont en effet le culot de ne pas disparaître pour abandonner les immeubles aux « bailleurs AirBnB » et aux nantis, alors le coin ne change pas vraiment et les trottoirs sont toujours parcourus par les mêmes gens, « traîne-savates », voyous, ouvriers, jeunes cadres, « vieux tableaux » et filles de joie.
Nous sommes allés déjeuner d’un « fish’n chips » avec toutes les sauces.
L’une d’entre elle a maculé mon pull.
Une autre à décoré le chemisier de la lumière de mes jours.
Le mélange de sauces, à l’échalote, béarnaise et au roquefort, donnait une haleine aussi tenace que le parfum de la femme dans le bus.
Heure-Bleue, toujours pleine de ressource a sorti une petite boîte de son sac, m’a donné une « pastille Vichy », en a pris une et nous sommes partis.
J’ai croqué rapidement mon bonbon.
A près quelques minutes de marche, alors que mon bonbon était déjà loin, Heure-Bleue m’a dit :
- Tu as fini ta pastille, Minou ?
- Ben oui ma Mine…
Elle a sorti alors de sa bouche une pastille « bavouillante » et l’a glissée dans la mienne.
- Tiens Minou.
- …
- Tu sais pourquoi je fais ça, Minou ?
- Euh… Parce que nous sommes mariés ?
- Non, j’ai pensé au prix des dents…
Qu’on ne vienne plus jamais me parler d’amour !

Commentaires

Elle est extra ta douce moitié!

Écrit par : mab | mardi, 28 mars 2017

Répondre à ce commentaire

J'ai adore le coup de la pastille !!!! La lumière de tes jours pratique un érotisme utile ahah

Écrit par : Francelyne | mardi, 28 mars 2017

Répondre à ce commentaire

beurk !!!!!

Écrit par : colombine | mardi, 28 mars 2017

Répondre à ce commentaire

Ben quoi, c'est ça l'amour, justement, le partage!
Sinon, des gâteux comme toi, j'aimerais bien en croiser plus souvent!

Écrit par : la baladine | mardi, 28 mars 2017

Répondre à ce commentaire

tout y est! Des odeurs diverses et ...... le goût!

Heure Bleue pratique le chaud et de froid telle une experte!

Même tes notes sont ...savoureuses!

Tu ne t'ennuies jamais.... et nous non plus!

Écrit par : emiliacelina | mercredi, 29 mars 2017

Répondre à ce commentaire

Partager une pastille Vichy !?!
J'en reste baba, pas sur le geste, sur la motivation. :D

Écrit par : Berthoise | mercredi, 29 mars 2017

Répondre à ce commentaire

Mais c'est par amour aussi qu'on pense au prix des dents ! Heure Bleue ne voudrait pas te priver d'autres pastilles qu'elle ne pourrait plus acheter !...

Écrit par : lakevio | mercredi, 29 mars 2017

Répondre à ce commentaire

Vous êtes trop drôles tous les deux ! jusqu'où va l'amour !!!

Écrit par : Colette | mercredi, 29 mars 2017

Répondre à ce commentaire

Je suis écroulée de rire , nature Heure - Bleue !

Écrit par : Brigitte | mercredi, 29 mars 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire