Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 13 mai 2017

L’amour de moy s’y est enclose…

20170513_085645.jpg

Hier, pour compenser le manque d’asperges causé par ma sensibilité au ton sur lequel on me parle, la lumière de mes jours s’est offert un bouquet de pivoines.
Un magnifique bouquet de pivoines roses qui, quoique discret exhalaient un parfum délicieux.
C’est en en admirant le pétale délicat que j’ai su, et il était temps, pourquoi j’aime tant les peaux claires.
Pas seulement claires, non, celles qui justement sont comme le pétale de la pivoine rose.
Celles qui sont diaphanes.
Mon dieu, la diaphanéité de certaines peaux…
Elles ont toujours eu pour moi quelque chose de plus que toutes les autres peaux.
Vous savez bien, lectrices chéries, que beaucoup de peaux prennent tout leur éclat en plein soleil ou simplement dès que le temps est lumineux.
Peu savent, j’en suis sûr, que ces peaux diaphanes, si fines qu’on les dirait faites de pétale de pivoine ou de certaines roses, ont une caractéristique merveilleuse.
Leur éclat reste intact, voire est rehaussé et rendu plus attirant encore quand le temps est incertain.
Quand la lumière est diffuse, le ciel nuageux, leur diaphanéité vous donne envie de les toucher, rien que pour être sûr qu’elles ont la douceur du rêve.
Bon, avec les pivoines, il faut éviter, c’est extrêmement fragile.
Avec les femmes aussi.
Il faut au moins avoir la permission.
J’ai heureusement la chance insigne que la lumière de mes jours a cette peau.
Il y a même des moments où ça l’embête.
Si je m’écoutais, elle ne pourrait même pas plier la nappe ni faire quoi que ce soit d’autre.
Heureusement, je me rappelle les marques que laissait ma barbe sur sa peau.
Et je n’ai pas envie de sentir la marque de sa main sur ma joue.
Oui, elle est comme ça, la lumière de mes jours.
La surprise lui fait souvent cet effet là.
Comme celle du chat endormi qu’on vient de toucher par inadvertance.
Cela dit, relativisons tout de même.
Si le tas de linge à repasser ne diminue pas, c’est surtout parce qu’elle regarde plus attentivement la série censée lui donner du cœur à l’ouvrage que parce que je la dérange.
Vous ne vous rendez pas compte, lectrices chéries ce qu’est vivre soumis la tentation permanente de caresser des pétales de pivoine…

Commentaires

Non tu as raison je ne me rends pas compte du calvaire que tu vis au quotidien.

Écrit par : mab | samedi, 13 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Je ne l'imagine même pas, mais je te crois ... sur parole.

Écrit par : Sophie | samedi, 13 mai 2017

Répondre à ce commentaire

plus poète que toi....... je ne connais pas ! Elle se rend compte de sa chance HB j'en suis persuadée !
Quoique ... bien sûr, si tu la déranges durant son repassage .... ou sa série ... tu la cherches un peu

Écrit par : emiliacelina | samedi, 13 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Diaphane un jour, diaphane toujours ! Elle a de la chance.

Écrit par : lakevio | samedi, 13 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Mes pivoines sont encore en bouton. Je les surveille pour en faire un bouquet. Souvent à peine ont-elles commencé à s'épanouir qu'une averse vient les mettre à terre. Alors je surveille.

Écrit par : Berthoise | samedi, 13 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Une peau de princesse au petit pois...

Écrit par : La Baladine | samedi, 13 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Et pourtant , on dit rouge comme une pivoine , on devrait dire rose . Tu es un vrai poète , toi .

Écrit par : Brigitte | samedi, 13 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Je l'envie d'avoir un tel Chevalier Servant.
Le mien, que le Ciel a choisi pour moi, ne semble ému que lorsqu'il va manger un steack/frites avec une mousse au chocolat et ne sait toujours pas distinguer une rose d'une pivoine. Quant à la peau des femmes...
C'est agréable de savoir qu'au moins un homme apprécie le teint de sa femme !
Joli dimanche.

Écrit par : christinegio | dimanche, 14 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Dans un livre que j'ai lu petite fille (dans la bibliothèque de l'amitié), une école de petites filles des Baux de Provence allait en vacances à la campagne (plus au nord, visiblement). Une des deux institutrices avait été surnommée Mlle Pivoine, à cause du rouge de ses joues. Mais il y a des pivoines rouges (ou plutôt rose très très foncé, c'était comme les pivoines dans le jardin de mes parents).

Il y a les pivoines roses qui sont absolument merveilleuses... En effet (et les pivoines rose pâle particulièrement).

Et puis, il y a aussi les pivoines blanches. J'ai choisi mon pseudo, lors de l'ouverture de mon premier blogue, parce que je buvais une tasse de thé Paï Mu Tan, dit de la Pivoine blanche, et toutes les pivoines que j'avais vues dans ma vie m'ont fait me décider pour ce pseudo-là.

Et si j'ai un compte quartz rose maintenant (c'est parce que les pivoines abondent sur le net...)

Écrit par : Pivoine | mardi, 16 mai 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire