Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 23 juin 2017

(Presque) tout sur ma mère…

Il me semble vous avoir déjà parlé de ma mère, presque toujours pour vous raconter les tours pendables qu’elle me jouait.
Elle ne se contentait pas d’être persuadée que je passais mon temps à essayer de copuler avec des filles à la vertu discutable.
Bon, en vrai j’aurais apprécié que celles que je croisais eussent la vertu aussi discutable que le supputait ma mère…
Il y avait aussi que sa jalousie la poussait à me faire d’étranges compliments devant mes copains.
Vous n’ignorez pas, lectrices chéries, si vous avez des fils et que vous êtes aussi pénibles avec eux que le furent ma mère et Madame Gallienne mère avec leur fils, que les garçons, pendant leur adolescence, aiment bien qu’on les appelle « Patrice », « Guillaume », « Nicéphore » ou « Alceste ».
Bon, pour « Alceste », je suis moins sûr parce qu’on doit avoir envie de tuer des parents qui t’appellent « Alceste », ça doit te rendre misanthrope…
Mais surtout, les garçons pendant leur adolescence, aiment être comme John Wayne dans « Rio Bravo » ou Charles Bronson dans « Il était une fois dans l’Ouest ».
Jamais, au grand jamais ils ne veulent être « mon poussin » ou « mon petit trésor ».
Ma mère, donc, voulant en savoir plus que je le souhaitais, demandait régulièrement
« Tu vas encore retrouver cette fille ? »
En revanche, dès qu’un copain était en passe de devenir un ami, pour être sûre que ça allait déconner, elle avait une méthode infaillible.
Ce matin, alors que j’étais dans la salle de bains, me sont revenues des bribes de la conversation qu’Heure-Bleue et moi avions réussi à tenir malgré la température.
Ma mère donc, avait pris l’habitude d’appeler ma sœur cadette « Souricette » tandis que mon père appelait la benjamine « Riboulika » à cause de sa tendance à se bagarrer.
Je pensais naïvement que les petits noms sucrés, genre « Patty », étaient réservés à l’intimité du foyer.
Ce fut généralement le cas.
Sauf évidemment dans les circonstances où ils se révélaient le plus dévastateurs.
Il y en eut un, qu’elle cessa d’utiliser voyant cette fois que l’effet était nul.
Il ne fonctionna pas du tout –étrangement je dois dire- avec la lumière de mes jours malgré plusieurs tentatives.
Hélas, je dus éviter des copains qui eussent pu devenir des amis s’ils n’étaient passés à la maison.
Tous toutefois étaient très bien élevés.
Enfin, devant leurs parents ou ma mère.
Géniteurs qui auraient distribué des torgnoles s’ils avaient entendu leur progéniture quand il n’y avait pas d’adultes dans les environs…
Quand par hasard, un de ces copains venait me chercher à la maison un jeudi où je n’avais pas déjà un emploi du matin au lycée, j’avais peur.
Ma crainte était souvent justifiée pour des tas de raisons dont la plus sérieuse n’était pas la conception étrange du rangement qu’avait ma mère.
La chose arrivait pourtant, quasi chaque fois, évènement maudit et inéluctable.
Elle me serrait dans les bras à m’étouffer, me couvrait de baisers et demandait :
« Alors Bichonnet, présente moi donc ton petit camarade qui a lair si gentil et si bien élevé. »
Bichonnet ! Elle avait osé !
Ouais ! Elle m’avait appelé « Bichonnet » devant un pote de lycée !
Pfff... Bichonnet ! Devant un copain !
Cette fois ci encore, j’avais failli avoir un ami…

Commentaires

En somme, tu veux dire que ta mère était une sorte de Cronos, mais féminin?

Écrit par : La Baladine | vendredi, 23 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Tu as pourtant la langue bien pendue maintenant. Tu n'as pas réussi à lui passer le message directement ou par l'intermédiaire de ton père ???

Ah les parents !

Écrit par : Sophie | vendredi, 23 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Sa mère a osé l'appeler Bichonnet devant moi, elle en a été pour ses frais, je n'ai même pas fait attention.

Écrit par : heure-bleue | vendredi, 23 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Alceste ... pas trop top même à l'époque mais Nicéphore ....pfiouu!!!!! tu as de ces idées!

J'avais beau me surveiller il m'est arrivé d'appeler mes garçons (ou même robert) Biquette!
Le plus souvent c'était quand ils jouaient au foot . Tu imagines : VAAAA ZY BIQUETTTTTE!!!!!!

Écrit par : emiliacelina | vendredi, 23 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Bichonnet ça te va comme un gant.

Écrit par : mab | samedi, 24 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Oh j'adore bichonnet! Ils ont eu de la chance mes garçons finalement

Écrit par : Manoudanslaforet | samedi, 24 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Mon pov' lapin !

Écrit par : Berthoise | samedi, 24 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Je suis d'accord avec toi.

Écrit par : livfourmi | lundi, 26 juin 2017

C'était une mère possessive n'est-ce pas ? Pauvre de toi.

Écrit par : Anita | samedi, 24 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Les Garçons et Guillaume, A TABLE..!
Un lecteur incognito, déguisé en lectrice chérie

P.-S. Sur la chaîne mezzo, à c't'heure, un "Mitridate, re di Ponto" flamboyant. C'est un gamin de 14 ans qui a écrit cette musique qui donne le tournis...

Écrit par : Jeanjacques666 | samedi, 24 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Tu préfères autre chose, comme surnom?

Écrit par : livfourmi | lundi, 26 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Ca c'est la vacherie stratégique pour se garder SON garçon ! Je n'ai jamais appelé mes enfants autrement que par leur prénom...

Écrit par : Gwen | lundi, 26 juin 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire