Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 09 juillet 2017

Déjeuner sur l'herbe...

Samedi, nous sommes allés déjeuner chez des amis.
Déjeuner à la campagne.
Enfin, ça nous a fait un effet mitigé comme campagne.
Un peu comme un gros village loin mais accessible par le RER.
Nous avons eu du mal à déjeuner à l’ombre.
Mais nous avons réussi.
Manifestement pas assez.
Quand nous avons repris le train, Heure-Bleue m’a dit :
- Tu as bronzé dis donc !
- Mais non…
- Fais voir ! 
- Quoi donc ?
- Retire ta montre, Minou.
J’ai retiré ma montre.
- Si si ! Tu as bronzé !
- Et moi ?
- Ben t’as pas vraiment bronzé, tu sais…
- Alors, j’ai quoi ?
- Tu as Rougi, ma Mine, rougi…
Alors, elle m’a regardé, m’a jeté « Bougnoule ! » puis m’a
pris le bras jusqu’au quai…
Que voulez vous répondre à ça, lectrices chéries ?
Cela dit, l’environnement ne lui plaisait pas.
Il a fallu atteindre la station juste avant la nôtre pour qu’elle se décide à admettre que nous devions habiter à une distance de Paris qui n’excédait pas cinq kilomètres…

Commentaires

A 5 kms d'une porte de Paris ?

ça va restreindre vos possibilités !!!!

Écrit par : Sophie | dimanche, 09 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

On est déjà à cinq kilomètres de Paris, dix minutes de Saint Lazare, je n'ai pas envie d'aller plus loin.

Écrit par : heure-bleue | dimanche, 09 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Je vous souhaite de trouver, mais d'après ce que je lis et que j'entends sur la flambée des prix, ça ne sera pas simple.

Écrit par : Sophie | dimanche, 09 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Sophie, nous avons encore le temps mais de toute façon, on devra partir, nous vivons dans de la pierre papier.

Écrit par : heure-bleue | dimanche, 09 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Pourquoi avez-vous la bougeotte ? Je vous suis depuis quelques années et vous en êtes à pfffuit ! au moins x déménagements !
J'ai la chance de n'avoir eu que 4 maisons depuis ma naissance, et nous sommes venus dans celle-ci en septembre 1959... Bientôt 58 ans...
Je la quitterai les pieds devant, comme dit le poète.

Écrit par : Gwen | dimanche, 09 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Oh mais rassure toi, Gwen, nous sortiront les pieds devant de notre avant-dernière demeure pour rejoindre la dernière.

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 12 juillet 2017

C'était une journée d'étude si je comprends bien !

Écrit par : Colette | dimanche, 09 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire