Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 07 juillet 2017

Fracture de la canicule...

Ce doit être la canicule…
En passant hier au Franprix avec la lumière de mes jours je suis passé devant le rayon des sodas.
Puis celui des bières.
à voir une bouteille affublée d’une étiquette bleue La machine à souvenirs s’est mise en marche
Ça m’a frappé comme ça : « Valstar ! La bière des stars ! »
Il arrivait à ma mère quand elle voulait faire plaisir à mon père et que le temps était chaud, d’acheter une bouteille de bière « Valstar ».
Autrement plus distinguée d’après elle que la bière « Dumesnil » en bouteille brune avec une fermeture mécanique.
Ça ne marchait jamais.
D’abord parce que mon père ne buvait que très peu.
Ensuite parce que nous étions souvent tentés de mettre du sel dans le verre de bière.
Oui, comme ça elle moussait bien plus…
Néanmoins, ma mère envoyait donc l’un d’entre nous chercher cette « Valstar ».
C’est comme ça que j’ai assisté un jour à un cours de grammaire dispensé gracieusement par le sommelier des « Caves Championnet ».
Là où nos aficionados de la cuite achetaient le « vin à soixante francs à la tireuse ».
J’y suis entré derrière une des mégères du coin.
Elle dit d’abord « Bonjour ! Ça va ? »
Il n’eut pas le temps de répondre qu’elle ajouta « Pffiouuu… Je suis toute courbaturée ! »
Aïe !
Il a commencé :
- Madame ! On n’est pas « courbaturé » !
- Ah ouais ? On est quoi alors ? Crevée ?
- Noooon Mééédèèèème, on est « courbatu » !
- Ouais ben c’est pareil !
- Ah mais pas du tout ! Avec le verbe « battre » on est « battu » on n’est pas « bataillé ».
- Bref, on en a plein…
- Méédèèème, il y a le petit S. ici, soyez polie quand même, c’est un enfant.
Après lui avoir donné « son litre » il me donna ma « Valstar », la « bleue », celle sans alcool.
La mégère était encore en train de grommeler devant la porte.
« Je m’en fous, moi chais bien que je suis courbaturée, alors chuis courbaturée, voilà ! »  
C’est dingue l’effet d’une étiquette sur une canette de bière un jour de canicule…

100430162613.jpg

Commentaires

Ah oui dingue!

Écrit par : mab | vendredi, 07 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

En somme, la Valstar est ta madeleine ;-) C'était la boisson de mes parents pour le déjeuner du samedi, mais avec la bonne couleur d'étiquette!

Sinon, je signale aimablement à ton sommelier que courbatu était au départ uniquement employé pour les chevaux et venait du verbe courbattre (disparu depuis) mais que courbaturé était le participe passé du verbe courbaturer, et qu'on le trouve fréquemment chez moult grands auteurs, tels Colette ou Maupassant... Aujourd'hui les deux sont admis (depuis mon entrée au collège à peu près), mais déjà à l'époque, cette brave dame n'avait pas si tort que ça. ;-)

Écrit par : La Baladine | vendredi, 07 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Oui, moi aussi, j'aurais été reprise, car j'utilisais presque toujours courbaturée (et même encore je crois, de temps à autre)...

La bière revient à la mode. J'en bois peu et rarement. Par contre, jeune, j'aimais bien le panach'.

Il faut peu pour réveiller un souvenir, si bien qu'on peut se poser des questions sur les connections : avec des souvenirs gais, ou tristes ....

Écrit par : Sophie | vendredi, 07 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Je n'aime pas la bière même sans alcool et chez moi, on n'en buvait pas non plus. Par temps chaud,, c'était eau fraîche !
Et oui, courbatu, courbaturé, les deux sont en usages à présent. Mais tu me connais, j'aime bien "courbatue"...

Écrit par : lakevio | vendredi, 07 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Bon voila , cette Valstar que j'ai bien connue car elle avait remplacé chez nous la "biere de ménage " que faisait ma mère et mes grand mères jusqu'à la fin des années 50 , on ne buvait que ça. Elle se faisait dans une grande "lessiveuse " qui ne servait qu'à ca, avec dans un sac , de l'orge , du houblon "autobrasseur" et de la levure de boulanger, tout cela devait bouillir un certain temps, puis refroidir avant embouteillage ( par mes soins, c'était mon travail ), dans des litres avec bouchon mécanique, préalablement bien nettoyées ! Ces bouteilles étaient ensuite entreposées à la cave. Elle était super bonne et légère...je pense que cette façon de faire est bien specifique au nord /pas de Calais autrefois ....
Comme quoi une simple étiquette ravive un tas de souvenirs !
J'aime bien tes souvenirs d'enfance !

Écrit par : Francelyne 17 | vendredi, 07 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Bière Valsera sans alcool... on la recommandait aux femmes qui nourrissait leur bébé, il paraît que ça faisait "monter le lait"...
J'en ai bu,mais le lait n'est pas vraiment monté.....

Écrit par : Françoise | vendredi, 07 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Oui, quand j'ai eu mon premier fils en 1963, je voulais allaiter, alors on me donnait de la bière à la maternité.... Mais je n'ai eu du lait qu'un mois ... Et très peu !!!

Écrit par : Francelyne | vendredi, 07 juillet 2017

Je déteste la bière et je dis que je suis courbaturée ! Je crois que je suis irrécupérable !

Écrit par : emiliacelina | vendredi, 07 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

J'aime bien la bière et moi je dis : " je suis vermoulue !

Écrit par : Brigitte | samedi, 08 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

j'ai des courbatures rien qu'à te lire !
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | dimanche, 09 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire