Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 23 juillet 2017

Le reître et le pas reître.

De rien Mab
Hier, je suis allé traîner avec Tornade.
Elle a pris grand soin de moi.
Nous avons parcouru environ huit kilomètres dans les rues de Paris.
Une erreur d’horaire au départ nous a amenés, elle et moi à « pérégriner » de l’avenue Niel à la rue Lamartine en passant par des milliers de rues et de croisements avant de revenir à la FNAC des Ternes acheter un cadeau pour Heure-Bleue.
Ce fut une délicieuse promenade de « langues de putes » car nous nous sommes arrêtés plusieurs fois à des terrasses de cafés, histoire de préparer l’arrêt suivant.
A la terrasse du café à l’angle de la rue Saint Lazare, là où elle arrive à la place de la Trinité, nous avons admiré –commenté- les passants.
Je dois avouer que je regardais plutôt les passantes qui passent sans souci.
Tandis que passait une femme particulièrement bien fichue qui remontait la rue Blanche, Tornade était l’objet de toutes les attentions d’un hidalgo.
Celui-ci trop confiant dans la rumeur qui veut que les claires –Tornade est une claire aux yeux verts- soient attirées de façon irrépressible par les bruns mats, lui faisait un charme éhonté.
Hélas, il ne pouvait savoir que Tornade est l’exception qui confirme chaque règle.
Elle, est attirée par le Teuton, le « reître ».
Le « pas reître » l’a donc laissée de marbre quoiqu’un peu flattée tout de même.
Nous avons repris notre chemin, lentement, courageusement et nous sommes arrivés juste avant que je ne marche directement sur les chevilles, mes pieds usés jusqu’à la malléole
Nous l’avons échappée belle en trouvant la pintade souhaitée par la lumière de mes jours.
Puis, chargés comme des ânes un matin de marché, nous sommes revenus à la maison.
Bien qu’un peu fatigant, c’était bien…
Ah si, tout de même.
J’ai fini par avoir mal au genou droit.
Oui, le même, toujours, depuis 1966.
D’ailleurs, depuis 1964, j’ai toujours eu mal quelque part.
Je dois avouer qu’à cette époque, c’était surtout au cœur.
Puis depuis quelque temps, c’est surtout au genou.
Toujours le genou droit...

Commentaires

Vos chroniques parisiennes titillent mon esprit. Revoir Paris... Il y a si longtemps...
Il serait temps de sauter dans un train à grande vitesse direction Paname. Je ferai sans doute le voyage en octobre 2018, pour fêter les 50 ans de ma première visite de La Ville Lumière. 50 ans!
La pintade, la bardez-vous de lard ou la lardez-vous de barre avant de la glisser au four?
Je vous souhaite un bon dimanche
Un lecteur bernois déguisé en lectrice chérie

Écrit par : Jeanjacques666 | dimanche, 23 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

vous aviez laissé HB à la maison ??

Écrit par : ang/colomb | dimanche, 23 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Ce ttitre, mon dieu, ce titre !

Écrit par : Berthoise | dimanche, 23 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Et elle se fait draguer alors qu'elle est en bonne compagnie. Il était vraiment confiant.

Écrit par : Livfourmi | dimanche, 23 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Malgré les genoux, surtout le droit (tu as pensé que ça peut venir d'une posture et qu'une semelle dans la chaussure pourrait y remédier ?),
il ne faut pas te demander deux fois d'aller traîner dans les rues de Paris.

Et vous n'êtes pas allés voir "la baleine" échouée sur les quais ? rhooo !

Il faut dire que regarder les passants passer.... est autrement plus intéressant ! j'adore.

Écrit par : Sophie | dimanche, 23 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Non, ça vient d'un accident de patin à glace quand j'avais 17 ans...

Écrit par : le-gout-des-autres | dimanche, 23 juillet 2017

Une fois de plus, tu es allée traîner dans les rues de Paris, mais sans ta lumière... et tu laisses ta compagne d'un jour se laisser draguer par un hombre à peau mate ?
C'était pour la bonne cause puisque ta rousse était censée ignorer que tu allais acheter son cadeau : bravo, vous avez eu du flair !
Je ne m'en lasse pas (de Downton Abbey bien sûr !)

Écrit par : Gwen | dimanche, 23 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

pardon ! tu es allé (sans e)

Écrit par : Gwen | dimanche, 23 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

8 km!!! Heureusement que vous avez fait des pauses! Qu'est-ce que ça serait si tun'avais pas mal au genou ???????

Écrit par : emiliacelina | dimanche, 23 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Ah oui ton, titre en très bonne place dans mon classement.

Écrit par : mab | lundi, 24 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

T'as une chouette copine, tu fais plein de pauses café, tu bavasses tant que tu veux, t'as plus de mal de cœur, et tu trouves quand même le moyen de te plaindre? Pfff... :-p

Écrit par : La Baladine | lundi, 24 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Huit bornes, Baladine, huit bornes !
Alors le genou esquinté, hein...

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 24 juillet 2017

Genouillère! C'est mon genou gauche qui te le dit, celui qui n'a plus un gramme de cartilage depuis 23 ans! ;-)

(((d'autant qu'il y en a de super fines et super légères, et remboursées par madame Sécu, en plus)))

Écrit par : La Baladine | lundi, 24 juillet 2017

Heu oui... Huit kilomètres dans Paris ça craint...
Dans Bruxelles aussi.
Bref. Pour une prochaine occasion...
Il y a la série Mr Selfridge aussi. L'histoire du fondateur des magasins Selfridge's à Londres.
C'est fou ce qu'on y prend le thé...
Remets toi bien

Écrit par : Pivoine | mardi, 25 juillet 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire