Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 07 août 2017

Décalcification ou service hâté ?

De rien, Mab, de rien...

lakevio.jpg

Mais qu’allait-on faire là-bas ?
« Prendre le thé » m’avait elle dit quand je lui ai demandé.
Le thé…
« Elle a quelque chose à me confier. » a-t-elle ajouté.
Chouette maison.
Très chouette jardin.
Et immense en plus…
Comme chaque fois qu’il fait beau, que je vois de la verdure, l’ombre des arbres et des buissons, il me vient des tas d’idées qui n’ont rien à voir avec le jardinage.
Hélas, j’en ai fait part à ma camarade de vie.
Ça s’est soldé par, dans l’ordre :
- Un haussement d’épaule.
- Un soupir désespéré.
- Une tape sur la main.
Puis elle a conclu :
- Mais sois sérieux de temps en temps, voyons ! 
- Mais je suis sérieux !
Là, j’ai eu droit à un sourire.
Puis on nous a accueillis.
Le temps s’est fait long, on m’a prié élégamment d’aller visiter le jardin.
Le moment était sans doute venu de la confidence qui avait amené ici ma moitié.
Je suis donc sorti.
Honnêtement, il était temps, après toutes ces tasses de thé.
Ce qu’on raconte sur le thé est tout à fait justifié.
Je me suis hâté jusqu’à l’arbre et me suis dissimulé derrière, tenaillé par une sévère envie de pisser.
Et c’est là que j’ai pu mettre le doigt sur…
Sur ce qui me tracassait depuis qu’on importe des jeans et des caleçons de contrées improbables où les hommes devaient être bizarrement foutus.
J’ai compris soudain l’agacement qui me prend chaque fois que je me trouve devant un urinoir.
Les caleçons ont une ouverture trop courte et mal placée.
On y gagne sans doute les précieuses secondes de main-d’œuvre qui feront défaut quand on ira pisser…
Quant aux jeans, alors qu’une fermeture Éclair plus longue de quatre centimètres rendrait la chose aisée voire confortable, le fabricant a vu immédiatement  que les quatre centimètres qu’il ne mettrait pas lui feront économiser vingt kilomètres de fermeture Éclair pour un lot de cinq cent mille jeans.
Le temps de toutes ces estimations m’a donné celui de m’attraper la… le… Bref.
J’ai même eu le temps de me demander comment diable étaient foutus les Bangladais.
C’est à ce moment que ma camarade de jeux s’est mise à la fenêtre et m’appela d’une voix joyeuse.
Nous avons remercié la tante et pris congé.
- Alors, pourquoi diable tenait-elle tant à te voir ?
- Pour me dire que j’étais sa légataire universelle et qu’elle venait de me faire une donation.
Je ne sais pourquoi j’ai tout de suite pensé à des jeans Hermès et des caleçons Clémence de Gabriac…

Commentaires

en effet, c'est le moment de renouveler la garde-robe, n'oubliez pas d'emporter le mètre ruban en magasin ;-)

Écrit par : Adrienne | lundi, 07 août 2017

Répondre à ce commentaire

Formidable ! Je commence ma semaine par une riche leçon d'anatomie, d'économie, de couture, de sociologie et psychologie... et de bonne humeur. Merci !

Écrit par : mimazhan | lundi, 07 août 2017

Répondre à ce commentaire

Les toiles que je propose sont propices à stimuler l'imagination... Celle du cerveau, pas l'autre, si tu vois ce que je veux dire ! Et ça marche !

Écrit par : lakevio | lundi, 07 août 2017

Répondre à ce commentaire

Hihi Lakevio... le cerveau des hommes se trouve.... bon ok je sors :-)

Écrit par : Praline | lundi, 07 août 2017

J'ai enfin l'explication des difficultés rencontrées par les messieurs pour soulager un besoin pressant quand ils portent un caleçon. Même si mon oeil ne se porte pas fatalement sur la hauteur de la fermeture éclair.
Vive le kangourou !!!

Écrit par : Sophie | lundi, 07 août 2017

Répondre à ce commentaire

J'adore ! l'histoire dans l'histoire !! je m'efforcerai de ne pas prendre le fou rire lorsque je verrai - et c'est souvent dans ma campagne - un automobiliste garé en bord de route !!!

Écrit par : Colette | lundi, 07 août 2017

Répondre à ce commentaire

Oh là là ! Je suis morte de rire... Ca sent le vécu...

Écrit par : Pivoine | lundi, 07 août 2017

Répondre à ce commentaire

Alors là... pour la poésie, je suis comblée !
surtout que tu pestes régulièrement sur ce problème d'ouverture.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 07 août 2017

Répondre à ce commentaire

MOUHAHAHAHAHAH !!!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : emiliacelina | lundi, 07 août 2017

Répondre à ce commentaire

Un grand poète était parmi nous... et nous l'ignorions !
Tu es un polisson ! Mais moi aussi ,j'ai bien ri !

Écrit par : Gwen | lundi, 07 août 2017

Répondre à ce commentaire

Amis de la poésie bonjour! Voilà où ça mène d'être un Goût de luxe ;-)

Écrit par : La Baladine | lundi, 07 août 2017

Répondre à ce commentaire

Tiens, t'as qu'à faire comme Mr Fillon, te faire faire des pantalons sur mesure. Remarque, pas besoin d'aller chez le tailleur le plus cher, mon ptit vendeur t'aurait fait, il y a encore 5 ans, un pantalon sur mesure pour 150 euros, avé un tissu pas cher ; sinon, chez sca-bal, 500 euros...avec la fermeture de la longueur désirée.
Dommage que tu n'ais pas mis ton article en ligne hier (mais, bon, faut jouer le jeu de Lakevio), sinon, j'aurais pris en photo tout un tas de mecs alignés, urinant au bord d'une haie, lorsque nous sommes allés aux jeux de la Montagne Bourbonnaise. J'aurais sûrement pensé à toi et ton article. Ha, ha..
Il y avait beaucoup de monde, il y avait la queue devant les toilettes. Bien-sûr, beaucoup de ces messieurs n'ont pas voulu faire la queue, comme nous les femmes. Bon, tu me diras, à la campagne, ça se pratique souvent ; va donc faire ça sur un arbre des Champs Elysées ! Tu serais, je suppose, verbaliser d'une amende de 500 euros, voir la prison pour exhibitionnisme.
Dommage, vraiment dommage, car, un moment, nous nous sommes assis, comme beaucoup d'autres personnes sous les arbres, dans l'herbe, pour nous reposer de la station debout au soleil...J'ai dit à mon mari "dis, t'as vu ces mecs, ca va sentir bon, je les prendrais bien en photo (ah, sûr que si j'avais lu ton article, je ne me serais pas gênée).
Peuvent pas faire la queue comme les femmes !
En revenant à la voiture, nous étions garés très loin au fond d'un champ...et, devines ce qu'à fait mon mari qui n'avait pas voulu, lui aussi faire la queue ? Bingo, gagné... Il a attendu que des jeunes femmes s'éloignent pour....il n'y avait que 2 ou 3 vaches qui le regardaient.

Écrit par : julie | lundi, 07 août 2017

Répondre à ce commentaire

comment diable étaient foutus les Bangladais.
!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Écrit par : julie | lundi, 07 août 2017

Répondre à ce commentaire

et la réputaion du thé !
Bravo.

Écrit par : Berthoise | lundi, 07 août 2017

Répondre à ce commentaire

Mon imagination m'a fait... imaginer, et j'ai bien ri !
Quel poète romantique ce Goût ! :-)

Écrit par : Praline | lundi, 07 août 2017

Répondre à ce commentaire

Ou des jupes Jean Paul Gautier ! Cet homme goûterait à la joie d'être jambe à l'air et pour la libération de la vessie, au top ! Mais il lui faudra bien se tenir et ne point écarter les jambes ; ce serait indécent...

Écrit par : Véro | jeudi, 10 août 2017

Répondre à ce commentaire

Dans des jeans Hermès et des caleçons Clémence de Gabriac, le problème ne se pose plus?

Écrit par : livfourmi | jeudi, 10 août 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire