Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 09 août 2017

Comme il vous plaira…

Mais ne vous imaginez pas que ça va durer l’éternité plus un jour, hein…
Bon, il faut que j’écrive, affaire de discipline…
Et puis comme personne ne semble écrire, il faut bien que certains s’y collent.
Hmmm ?
Alors, que je vous dise, lectrices chéries :
Hier, on est allé à Paris.
Faisait un temps de mince…
Météo-France avait-elle menti ou bien ne fait-elle que supputer ?
Elle avait prévu « averses ».
Ce fut une promesse de candidat.
Nous prîmes le train sous un ciel bas et lourd qui pèse comme un couvercle mais sans pluie.
Nous sortîmes du train sous la verrière magnifique mais sale de Saint-Lazare.
Une Heure-Bleue surprise m’a dit
- Regarde Piggy la cochonne !
J’ai failli prendre en photo ce bonbon grassouillet mais je n’ai pas osé.
La lumière de mes jours, toujours au courant des mouvements de la mode m’a renseigné :
- Ce sont des « manga girls » !
Puis, garce a ajouté :
- Bon, celle-là c’est juste une gravosse ridicule en rose…
De fait, elle était en rose de la tête aux pieds, même les cheveux et les chaussures.
Tenaillés par la faim, nous sommes allés chez « Prêt à Manger » où je me suis brûlé avec un truc prétendument « archi frais » alors qu’il était « archi chaud ».
J’ai expérimenté le café « bio » de l’enseigne.
Il est immonde. Un breuvage qui a sans doute concouru à la victoire du Brexit…
Puis le soleil est apparu aussi soudainement qu’il disparut dès qu’on est arrivé sur le boulevard Haussmann, histoire de nous doucher jusqu’aux Galeries Lafayette.
« Mais pourquoi les Galeries Lafayette ? », vous dites vous, lectrices chéries.
Eh bien parce qu’on y fait pipi gratuitement dans des toilettes propres et éclairées alors quand dans le Passage du Havre, il faut payer un €uro pour pisser dans des toilettes douteuses et crépusculaires.
En sortant, l’Opéra était tout proche alors nous sommes allés chez Clooney faire le plein de café.
Un couple près de l’arrêt du 42 a attiré mon attention tant  il était courbé sur elle qui s’accrochait à lui.
Ils avaient tous deux une bonne quarantaine d’années et ils se roulaient une pelle quasiment d’anthologie au milieu du trottoir, ignorant la foule.
J’ai regardé un peu plus attentivement leurs mains, non qu’elles fussent baladeuses mais pour vérifier le soupçon.
J’ai remarqué les alliances.
J’ai pensé que s’ils étaient mariés tous les deux, ce n’était probablement pas ensemble…
- Tu as vu ma Mine ? Ils nous jouent « Paris au mois d’août » !
Toujours romantique, elle m’a répondu :
- Tu vas voir, Minou, il va prendre « le train des cocus » à Saint-Lazare.
Elle m’a réexpliqué de quoi il s’agissait pendant que je regardais le couple.
Le train du vendredi soir qui arrive à Trouville, ramenant auprès d’épouses en vacances leurs maris pour le weekend…
Je me suis dit que l’espèce humaine faisait preuve d’un entêtement tenace dans la recherche des ennuis…

Commentaires

Qu'est - ce que j'ai écrit il y a peu : ne vous fiez pas à la météo pour prévoir vos sorties. Ici, c'est frais-très frais, puis chaud bouillant, suivi d'une grosse averse orageuse, et à l'heure du dîner, il serait certainement très agréable d'aller faire une petit promenade au soleil presque couchant, et une petite brise agréable....

C'est vrai que c'est tout à fait suspect, un couple qui se roule une pelle au milieu de la rue ; des parisiens ? ou des touristes qui sont grisés par leur voyage ? mais Heure Bleue a l'air d'avoir une connaissance des couples d'août tout à fait convaincante.

Écrit par : Sophie | mercredi, 09 août 2017

Répondre à ce commentaire

Il nous arrive encore de nous embrasser dans la rue. Pas de se rouler des palots, soit, mais de nous embrasser, oui. Et on portte nos alliances.
Je cherche les embrouilles ce matin et ai envie de contradiction. ;)

Écrit par : Berthoise | mercredi, 09 août 2017

Répondre à ce commentaire

Si tu les avais vus...
Ils se sont séparés une seconde avant de recommencer.
Ils avaient des bouches, on aurait dit qu'ils étaient tombés sur une dalle de béton...

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 09 août 2017

Lol. Vous pourriez écrire un recueil de journées parisiennes à deux voix...

Je vais quand même mieux regarder autour de moi quand je sors...

Écrit par : Pivoine | mercredi, 09 août 2017

Répondre à ce commentaire

Y'a comme un p'tit côté langue de vip chez vous deux, quand même... :-p

Écrit par : La Baladine | mercredi, 09 août 2017

Répondre à ce commentaire

Qui ça ? Nous ????

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 09 août 2017

C'est surtout lui, je n'ai pas vu le couple.
Je refuse de croire que tu ne connais pas le train des cocus.

Écrit par : heure-bleue | mercredi, 09 août 2017

Pliée de rire ! pour la scène des amou...amants et à vous imaginer en train de mater ce couple :-))

Écrit par : Praline | mercredi, 09 août 2017

Répondre à ce commentaire

faut quand même bien regarder pour voir les alliances...

Écrit par : Coumarine | mercredi, 09 août 2017

Répondre à ce commentaire

vous retournez à Paris demain ? Allez!Ne vous faites pas prier .... vous nous ramènerez une jolie note aussi chouette que celle d'aujourd'hui! Il va falloir que je m'essaie à regarder autour de moi lorsque je vais faire mes courses, peut-être que je verrai de quoi vous raconter, parce-que en ce moment je sèche !
Mais il faut vraimentque je change ma façon de remplir mon chariot parce-qu'il m'arrive de croiser dans l'allée du magasin ma voisine (ou autres) sans la voir si elle ne se signale pas ! Je ne vois jamais rien !

Écrit par : emiliacelina | mercredi, 09 août 2017

Répondre à ce commentaire

Même temps hier gare de Lyon avec des fuites sous la verrière.

Écrit par : mab | jeudi, 10 août 2017

Répondre à ce commentaire

Ce doit être parisien car c'est aussi ce que je pense quand je vois un couple dans la quarantaine se rouler des pelles de cette façon dans la rue ou sur le quai du métro : ils vont ensuite rentrer tranquillement chez eux retrouver leur conjoint !
Il y a toujours de quoi raconter quand on observe ; il faut juste être plus discret maintenant.

Écrit par : lakevio | jeudi, 10 août 2017

Répondre à ce commentaire

Encore une histoire d'Amour sans préavis...

Écrit par : livfourmi | jeudi, 10 août 2017

Répondre à ce commentaire

Simple souvenir... Une famille amie passaient ses vacances à Villers sur mer...
Chaque vendredi le même train que celui qui allait à Trouville/Deauville débarquait son lot d'hommes trompés.
Le jeune frère de mon amie demande un jour à sa mère
"à quelle heure il arrive le train des ocuss ?"

Écrit par : Françoise | vendredi, 11 août 2017

Répondre à ce commentaire

Il faudrait aussi que tu tiennes compte des rencontres "flash" réalisées grâce aux sites internet, et aux amplis...

Écrit par : Anita | vendredi, 11 août 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire