Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 12 août 2017

« Vingtage »

ruedugreniersaintlazare.jpg

L’impensable est arrivé !
Heure-Bleue a enfin acheté des chaussures !
Il a suffi
 d’examiner attentivement la semelle des seules savates chaussures qu’elle supportait et de trouver où était la boutique de ceux qui distribuaient ces merveilles.
Nous sommes donc partis bras dessus bras-dessous au forum des Halles.
Sur le chemin nous nous sommes arrêtés chez Lina’s place des Victoires dont nous préférons les sandwiches à ceux de « Prêt à Manger ».
Le Lina’s est juste face à la rue Hérold.
Il m’est alors revenu que quand j’étais gamin, même pas adolescent, il y avait dans cette rue une école qui se faisait fort d’enseigner l’électronique en un temps record.
J’ai appris plus tard à mes dépens qu’il fallait quand même un peu de temps pour saisir les arcanes de cette merveilleuse discipline…
Nous avons donc traversé la rue Etienne Marcel et pris la rue du Louvre pour atteindre le forum des Halles par « le bon bout ».
Une fois de plus, hélas, la lumière de mes jours a réussi à m’entraîner là où elle voulait.
C'est-à-dire pas là où il fallait…
Ce sens de l’orientation qui fait habituellement défaut à Heure-Bleue avait encore frappé.
Je me suis demandé pourquoi ce forum, qui était déjà assez laid, avait été enlaidi de façon sensible par un bidule, une espèce de couverture épouvantablement moche, qui gâchait la vue des habitants des immeubles alentour.
Les gens qui se pressent dans le coin ont toutefois une chance insigne : Les « artistes » qui ont conçu la « canopée » n’ont pas jugé utile d’abattre Saint Eustache qui risquait d’en gâcher la perspective.
Nous avons, après une assez longue promenade, trouvé la boutique où elle était censée être et Heure-Bleue a enfin acheté « les » chaussures.
Et même deux paires !
Espérons qu’Heure-Bleue les supportera…
Puis nous avons repris nos pérégrinations en direction cette fois de la rue Rambuteau.
Eh bien, une fois traversée la rue Beaubourg, la rue Rambuteau où nous voulions boire un café, était quasiment déserte et seuls une boulangerie et un « cours des halles » étaient ouverts.
Il nous a fallu avancer jusqu’à la rue des Francs Bourgeois pour trouver un café où un jeune homme absolument charmant et gay comme un pinson, nous a servis.
J’ai attendu vainement que la lumière de mes jours se lance dans son aria favori du mois d’août, celui qu’elle appelle « Le grand air de la fermeture annuelle ».
Mais non, même pas, tout se perd…
Dans une vitrine, nous avons vu des habits « vintage » neufs.
Les années cinquante et le début des sixties avec ses robes « vichy » nous sautaient à la figure et nous poussaient presque à soupirer.
Deux détails nous ont hélas ramenés sur terre.
Les prix et le fait que tous ces vêtements ne pouvaient être portés que par des jeunes filles de moins de vingt ans.
Des habits « vingtage » en somme alors que nous sommes nous-mêmes « vintage ».
Puis nous sommes repartis, flânant le long de la rue Beaubourg, jusqu’à la rue du Grenier Saint Lazare.
Nous avons tenté de nous remémorer les boutiques disparues depuis les années soixante-dix.
Ça nous a occupés jusqu’à l’arrivée du 29…

Commentaires

J'espère que l'usage des chaussures d'HB ne la décevra pas. C'est fou le npmbre de chaussures qui vous conviennent bien dans le magasin et qui sont un désastre une fois "de sortie".
Remarque qu'avec le trajet que vous aviez parcouru, ses petons devaient être dans l'état adéquat pour apprécier l'aisance.

Mais avec qui étais-je donc quand j'ai déjeuner il y a des années au restaurant du Novotel avec vue sur St Eustache ???? je me souviens juste que c'était bien !!

Écrit par : Sophie | samedi, 12 août 2017

Répondre à ce commentaire

... quand j'ai déjeuné (je devrais me relire plus souvent)

Écrit par : Sophie | samedi, 12 août 2017

Répondre à ce commentaire

Merci pour ce nouveau billet qui m'a enchantée...
D'abord j'ai beaucoup apprécié ce passage : " Une fois de plus, hélas, la lumière de mes jours a réussi à m’entraîner là où elle voulait. C'est-à-dire pas là où il fallait…Ce sens de l’orientation qui fait habituellement défaut à Heure-Bleue avait encore frappé." Bravo, bien vu !
Ensuite je me suis envolée avec délices vers mes sixties, mes ballerines et mes robes en Vichy : C'était bien !

Écrit par : mimazhan | samedi, 12 août 2017

Répondre à ce commentaire

J'ai tendance à faire comme Heure Bleue, quand un vêtement me plaît, j'en achète deux !
J'espère qu'elle n'aura pas à rendre ses chaussures...
"gay comme un pinson"... j'adore ! :-)))

Écrit par : Praline | samedi, 12 août 2017

Répondre à ce commentaire

Quelles drôles de couleurs a cette photo ! Technicolor d'autrefois : elle est donc vintage

Écrit par : monica | samedi, 12 août 2017

Répondre à ce commentaire

Ben moi, hier, j'étais au Louvre avec mon mari. On a vu Sumer. Et c'est tout. Ça suffisait à ma peine.
Mais c'était bien. J'y reviendrai.

Écrit par : Berthoise | samedi, 12 août 2017

Répondre à ce commentaire

"Gare du Nord" de Rouch ne pouvait que vous plaire. Vous aimez tant Paris... Je lis vos chroniques avec avidité. J'ai décroché de Paris, il y a quelques années, pour Vienne et son parfum de l'est. Cette rupture n'est pas définitive. Vos billets me plonge dans l'envie de revoir Paris...

Écrit par : jeanjacques666 | samedi, 12 août 2017

Répondre à ce commentaire

en gros , vous marchez combien de km en moyenne? J'espère que HB va se sentir à l'aise dans ses chaussures, elle a bien fait d'en prendre deux paires !
Le jeune homme "gay comme un pinson" moi aussi ça m'a amusé et le souvenir du vichy..... pfiouuuu ! j'adorais avec une belle ampleur! Mais comme tu dis...çà....c'était avant ... bien avant!

Écrit par : emiliacelina | samedi, 12 août 2017

Répondre à ce commentaire

La robe vichy,le chignon et la moue à la Bardot...

Écrit par : Nina | dimanche, 13 août 2017

Répondre à ce commentaire

Vive les kilomètres à pied! Maintenant, tout est possible. A vos marques, prêts?

Écrit par : Livfourmi | dimanche, 13 août 2017

Répondre à ce commentaire

quelle marque ces chaussures mystérieuses ?

Écrit par : ang/colomb | dimanche, 13 août 2017

Répondre à ce commentaire

La rue Rambuteau me fait penser à Zola et la rue des Francs Bourgeois à Angélique marquise des Anges... Après tout, c'est aux Saints Innocents que se cachait la matterie .........

Mais tout ce qu'évoque l'achat d'une paire de chaussures quand même ! Quand j'achète des chaussures ici, dans un outlet sur la nationale 4, ou au shopping center de ma commune, c'est beaucoup moins poétique...

Bien que quand je vais dans un magasin de seconde main dans un quartier hyper populaire, là, je m'amuse franchement bien et je sors toujours hyper poussiéreuse... Et claquée, mais mon portefeuille y gagne o;)))

Écrit par : Pivoine | lundi, 14 août 2017

Répondre à ce commentaire

Ben moi je l'aime beaucoup la canopée, comme j'aime tout ce qui laisse entrer la lumière, et tout ce qui est courbe... J'aime aussi que le moderne se mêle à l'ancien, le côtoie, l'accompagne, et réciproquement...

Écrit par : La Baladine | mardi, 15 août 2017

Répondre à ce commentaire

Sauf qu'elle a été "faite comme le bon dieu à fait les bossus".
Elle fuit dès qu'il pleut et dégrade ce qu'il se trouve dessous.
Dès que le soleil est présent, elle réfléchit la lumière sur les immeubles qui sont déjà face au soleil, au point que les habitants cuisent.
Et pour mélanger le moderne et l'ancien, faut une idée précise du résultat.
Manifestement, comme ça s'est passé pour nombre de nouveautés architecturales, les travaux ont été avalisés sur une maquette présentée par les designers et des fois ça couche mal avec la réalité de l'environnement.

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 15 août 2017

Il me semble bien me souvenir qu'elle n'a jamais eu la prétention d'être un toit étanche. Après, qu'elle ne corresponde pas à ce que tout le monde attend, on le sait, c'est un classique, surtout en France.

Écrit par : La Baladine | mardi, 15 août 2017

Je crois que les deux problèmes essentiels de cette "canopée" sont que :
- Elle arrose copieusement dès qu'il pleut ce qu'il y a dessous et n'est pas fait pour être détrempé.
- Elle transforme les immeubles de la rue Rambuteau qui font face à la canopée en four solaire.
Même si on ne peut "satisfaire tout le monde et son père", il y a un minimum de choses auxquelles il faut penser quand tu es à la tête d'un projet.

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 15 août 2017

En attendant, je la trouve bien belle. Et je l'aime bien là où elle est, tout comme j'aime la pyramide dans la cour du Louvre et les colonnes de Buren au Palais Royal, tout comme j'aime me balader dans Beaubourg tel qu'il est, même si je suis moins fan de l'extérieur (mais je comprends qu'on puisse apprécier). :-)

Écrit par : La Baladine | mardi, 15 août 2017

Écrire un commentaire