Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 02 octobre 2017

Avec ces lignes j’ai fait des touches…

Oui Mab, je sais…

lakevio.jpg

Ça a débuté comme ça.
Je l’ai vu se pencher et examiner cette petite lampe dans la vitrine.
Tout ça ne m’aurait pas troublé outre mesure si je ne l’avait vu soudain hoqueter.
Je l’ai regardé un moment, penché, immobile, quasiment une statue.
Il a été encore une fois secoué et je me demandais par quoi quand j’ai vu étinceler un reflet sur sa joue.
Puis la larme a coulé lentement et rejoint sa bouche où elle s’est accrochée un instant aux poils de sa moustache avant de tomber à ses pieds.
La porte de la boutique s’est ouverte et l’antiquaire est sortie.
Elle lui a posé la main sur l’épaule et dit « je sais bien, c’est dur, mais il faut vivre Monsieur Fadeuil… »
Il a hoqueté de nouveau, faisant de son mieux pour  ne pas éclater en sanglots sur l’épaule de l’antiquaire.
Elle a insisté « Vos enfants ont pensé que c’était mieux pour vous de vous éviter d’avoir sans cesse votre femme à l’esprit chaque fois que vous regarderez autour de vous… »
Elle ajouta doucement « Du courage Monsieur Fadeuil, ce n’est qu’un mauvais moment à passer… »
Il s’est secoué pour chasser la main de l’antiquaire et a voulu s’éloigner.
Il a eu un nouveau sanglot et s’est effondré sur le trottoir.
Cette petite lampe de Gallé à l’abat-jour rouge qu’il lui avait offerte avait eu raison de lui.
L’antiquaire appela les secours, une voisine se précipita.
- Madame Polant ! Qu’est-il arrivé à  Mr Fadeuil ?
- Il n’a jamais surmonté la mort de son épouse, j’ai peur qu’il n’ait eu une attaque.
- Il n’a pas de famille ?
- Il a des enfants mais ils sont loin. Qui va s’occuper de ce pauvre homme ?
J’ai poursuivi mon chemin, triste pour ce pauvre homme.
Je connaîtrai la suite quelques jours plus tard :
En fait, Madame Polant déléguée par la famille avait seule suivi le corbillard…

Commentaires

Trop triste pour démarrer ma journée.

Écrit par : mab | lundi, 02 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Tu n'as pas perdu dans un carton le sens du titre qui fait mouche. J'adore celui-là

Écrit par : mab | lundi, 02 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Les enfants n'ont pas le beau rôle.
Pauvre homme !

Écrit par : Berthoise | lundi, 02 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

bon ! Ça va ! J'ai ma dose ! Lili, HB et toi.... pour la suite, je reviendrai plus tard vous m'avez sapé le moral.... le ménage m'attend. Je l'aime bien ton petit vieux ... pauvre homme il fait peine !

Écrit par : emiliacelina | lundi, 02 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Tu as l'âme compatissante ce matin, les cartons t'attendent.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 02 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Je dois dire que le titre est parfaitement réussi : il n'y a pas à dire, tu touches !
Pauvre Monsieur Fadeuil. Au moins a-t-il rejoint son épouse bien aimée...
Et que tout le monde me pardonne mais on finit tous avec un corbillard, hhihihi !

Écrit par : lakevio | lundi, 02 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

C'est un drame plus courant qu'on ne pense. Mais pour commencer la semaine, c'est pas trop folichon. La faute à Lakevio aussi !!!

Mme Polant a un boulot cette semaine, j'espère que ça sera dispatché sur la semaine !!!

Écrit par : Sophie | lundi, 02 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Avant tout, bravo pour le titre de ton devoir ! Je les apprécie toujours, mais là... vraiment... chapeau !
Lakévio nous a mis dans l'obligation d'enterrer la conclusion, mais tu as su y mettre en plus un vase de Gallé...

Écrit par : Gwen | lundi, 02 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

J'adore tes titres, je l'ai déjà dit, mais là, tu fais très fort ....

Écrit par : Sophie | lundi, 02 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

voilà qui tient bien la route, même si c'est celle du cimetière où Lakévio nous a tous envoyés :-)

Écrit par : Adrienne | lundi, 02 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Ah l'amour ....... par delà la mort ils se retrouveront !

Écrit par : Colette | lundi, 02 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

A lire cette histoire et celle de Lakévio, je me demande si on ne devrait pas interdire les brocanteurs !

Écrit par : Véro | lundi, 02 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Une bien sombre histoire que tu nous racontes là...

Écrit par : Livfourmi | lundi, 02 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Et avec Tignes, tu en aurais fait des louches ?
¸¸.•*¨*•

Écrit par : celestine | mardi, 03 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Ton histoire est triste. Il fait pitié Mr Fadeuil. Je préfère quand même que ce soit une lampe, plutôt qu'une urne funéraire. Oui, j'ai cru que tu allais en venir là...
Bon, plus le temps de parcourir les dernières versions. Je dois partir dans la campagne profonde. Non, pas à des obsèques, ça suffit comme ça...
ps : psitt, faut pas le dire à ma mère, elle ne sait pas que je vais passer à quelques km de chez elle. Si je lui dis, elle voudra que nous l'emmenions avec nous au resto. Ce n'est pas que je ne veux pas l'emmener, mais, je la vois d'ici. A peine arrivée, elle va vouloir repartir, va m'empêcher de parler avec la copine que je vais retrouver...et, on ne pourrait pas raconter nos histoires d'enfance, où ma mère avait une bonne place.
Si je passe la voir une heure ou 2, elle nous fera aussi la "goule"...Alors, vaut mieux rien lui dire...Pourvu que je ne rencontre pas un voisin au resto.

Écrit par : julie | mardi, 03 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

pas gai, pas gai...pauvre homme...On sent tes angoisses là , non ?

Écrit par : col/ang | mardi, 03 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire