Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 03 octobre 2017

Celle qui Tarbaise prend son temps…

Oui Mab, je n’aurais pas dû…

Ce mardi matin, je suis allé dans notre « nouveau chez nous ».
Je regardais depuis la vitre du 95 la lumière du matin sur le cimetière de Montmartre.
C’était absolument magnifique de verdure, de rousseur et d’or.
Un beau cimetière comme ça, ça donnerait presque envie de mourir…
Mais, bon, avant j’avais une armoire et une commode à monter.
Au bout d’un moment, je suis descendu au « mini-market » du coin de la rue pour acheter du papier et de l’eau.
Le papier était l’exemple type de l’erreur à ne pas connaître quand on a la chance d’avoir pour épouse une femme à la peau si tendre.
Je m’en suis aperçu en le sortant de son emballage pour le mettre à sa place.
L’odeur m’a fait jeter un regard suspicieux sur l’emballage.
J’y ai lu quelque chose comme « anti-odeur » ou « retient les odeurs ».
Je vais devoir tenter de le revendre avant l’arrivée de la lumière de mes jours dans ces lieux, sinon, il risque d’y avoir de sombres histoires de « feu au c… » qui n’auront rien de libertin…
Puis je suis descendu pour déjeuner d’un croque-madame.
Arrivé au café de la petite place j’ai su ce qui me manquait depuis ces dernières années.
Le bistrot !
Le « troquet parigot » ! Le vrai !
Celui avec le vieux turfiste ronchonnant, le stylo à la main, griffonnant « Paris turf ».
Il y a même les « mamies calva », si si ! Ça existe encore !
Même, plus fort encore, j’ai vu et entendu le pilier de comptoir.
L’inévitable, celui qui explique au mastroquet rebeu de son état, « c’qu’y faudrait faire pour que la France elle tourne comme y faut ».
Il n’a pas encore intégré que « le mec à virer, bref tous ces… enfin tu m’comprends », c’est justement celui qui est en train de remplir son verre de rouge.
Je me suis demandé si ce n’est pas la banlieue « qui se la pète » au point que tous ces gens, sortis d’un bouquin de Calet ou de Modiano, n’osent pas se montrer en banlieue où personne ne semble oser picoler, tout juste si dans certain coin de zyva, à part le vol et le « chichon » on ose être décontracté…
J’ai fini par monter l’armoire et ça m’a fichu sur le flanc alors je suis revenu tranquillement en lisant mon bouquin.
Reste l’épineux problème du déménageur fantaisiste…
Comme ce n’est pas moi qui l’ai choisi, je peux me contenter d’en rire parce que, même s’il n’est pas agréable de se faire gruger, une grosse erreur de jugement dont je ne suis pas coupable, c’est toujours bon à prendre.
Je suis au théâtre…
J’attends l’entrée en scène d’Heure-Bleue.
Je la vois face au déménageur.
Pompant honteusement Euripide, je la vois telle Médée s’adressant à Jason « Je sais quels crimes je m’apprête à commettre mais la passion l’emporte sur la raison »
Bref, il va y avoir du sport.
Ne jamais tenter de piquer des sous à Heure-Bleue…

Commentaires

il me tarde aussi que tu nous raconte l'ntrevue!
Je trouve génial que tu parviennes à rire de vos "déboires" ! Faut-il que tu sois heureux de ton nouvel environnement !

Écrit par : emiliacelina | mardi, 03 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Je te fais remarquer que je n'ai fait aucun commentaire sur ton titre!
C'est dommage je ne sais pas intégrer un émoticone qui me convienne dans les commentaires!

Écrit par : emiliacelina | mardi, 03 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Et dans un coin du troquet, tu n'as pas vu Amélie Poulain ? ;-)
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | mercredi, 04 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

je te sens dans ton élément, pas dans les cartons mais au bistrot du coin, j'adore aussi écouter les brèves de comptoirs.

Écrit par : mab | mercredi, 04 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Pour la scène du croque/troquet Parisien... ce matin, je t'envie !

Bleck

Écrit par : Bleck | mercredi, 04 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Et, en plus, il y a le choix des bistrots !

Écrit par : Dame Marthe | mercredi, 04 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

J'ai hâte de te retrouver au bistrot du coin pour entendre l'épopée. Mais je suis navrée pour vous.

Écrit par : lakevio | mercredi, 04 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Alors heureux?
De retour à la maison?

Écrit par : livfourmi | mercredi, 04 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Je sens que tu vas faire ton QG de ce troquet parigot. A te lire j'imagine l'ambiance... et la tête du mastroquet rebeu ! mais il doit être habitué et ne pas se formaliser :-)
Vous allez vous plaire dans ce quartier !

Écrit par : Praline | mercredi, 04 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Ça fait une éternité que je ne suis pas allée au café. Je ne bois pas de café, faut dire.

Écrit par : Berthoise | mercredi, 04 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

On sent l'allégresse derrière chaque ligne, malgré les aléas.

Ainsi, tu as trouvé du papier pour mette le feu aux... poudres ? ça alors !! J'adore, tu devrais le mettre en vente "au bon p'tit coin" !!!

Quant au bistrot; ce sera la cerise sur le gateau : et puis quand tu seras en panne d'inspiration; tu pourras toujours aller la chercher en allant sur la place. Chouette.

Écrit par : Sophie | mercredi, 04 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Je voulais demander "Alors, heureux?" mais la p'tite Fourmi est passée avant!

Écrit par : La Baladine | mercredi, 04 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Comme je l'ai écrit chez Heure Bleue, bonne chance, car je suppose quand même que votre déménagement est imminent !

Écrit par : Pivoine | mercredi, 04 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Hoho, ça se corse !! n'y rajoute pas ce papier bizarre, ce serait de trop !

Écrit par : Colette | mercredi, 04 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Ah oui, un troquet, un boulanger, un kiosque à journaux... Une partie de l'essentiel pour être heureux !
Bon, vous avez trouvé un déménageur qui a pignon sur rue ?
Bonne journée !

Écrit par : Anita | jeudi, 05 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Oh la la ! Ce déménageur a intérêt à protéger ses arrières face à la lumière de tes jours !

Écrit par : Gwen | vendredi, 06 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire