Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 24 octobre 2017

Le bout d'un blanc dans la conversation...

Hier, comme tous les jours nous sommes sortis.
Le temps fut vicieux.
Il attendit nuageusement que nous atteignions notre première destination.
Le Casto qui nous sert de base ces temps-ci tant il y a de petites choses à bidouiller dans notre « nouveau chez-nous ».
Vicieusement donc, le temps attendit même que nous sortions du Casto pour que nous rentrions à pied pour qu’une pluie étrange se mît à tomber.
Assez fine pour être un crachin.
Trop drue pour n’être pas un crachin.
La lumière de mes jours, dont le coupe-vent n’était pas étanche, nous arrêta devant une boutique à touristes.
Ce qu’on appelle habituellement un « piège à con », un peu comme les élections.
Nous y achetâmes un parapluie.
Il est d’une qualité telle qu’il justifie pleinement l’appellation de « pépin ».
Il fallut le redéployer quatre fois au bas mot entre l’entrée du pont qui enjambe le cimetière de Montmartre et l’angle des rues Lamarck et Damrémont.
Comme quasiment chaque jour, nous eûmes l’occasion de rire.
Enfin… Juste avant l’addition…
Oui, nous étions chez « Bio C Bon » qui n’est pas réputé pour la modicité de ses prix.
Néanmoins, il y a une valeur ajoutée, ne serait-ce que sur la description des produits.
Ça pèche tout de même par une méconnaissance regrettable des règles de la ponctuation.
Sur un emballage de boudin, je lis l’étiquette à haute voix à l’attention d’Heure-Bleue, telle qu’elle est écrite :

« Boudin noir, doux à l’oignon. »

En traînant derrière Heure-Bleue, « J’errricane », évidemment.
Elle me regarde et semble n’avoir pas entendu.
Je lui répète ce que je viens de lire.
Et la lumière de mes jours de dire :
- Pfff… Ça ne m’étonne pas, tu ne changeras jamais…
- ?
- Je suis sûre que tu as pensé au « Dernier Tango à Paris »…
Je trouve néanmoins étrange que, toujours liés télépathiquement, nous nous comprenions souvent si mal.
Nous sommes unis par un océan d’incompréhension en somme.
C’est bien, finalement…

Commentaires

c'est magique tu veux dire ! !

Écrit par : emiliacelina | mardi, 24 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Comme on disait sur une affiche d'un film des années 30 "you both click like a key in the lock!"

:-))

Écrit par : La Baladine | mardi, 24 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Heu, je n'ai jamais vu ce film (enfants non admis à l'époque) et je suis restée dans une bienheureuse ignorance... Voilà qui vous fera rire, j'espère.

A part ça, je ris bien en vous lisant. Je dirais bien "vous êtes un couple (de blogueurs) terrrrriiiible", mais lol, ça ne se dit pas !

Écrit par : Pivoine | mardi, 24 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Elle a raison, tu ne changeras jamais…;-)

Écrit par : livfourmi | mercredi, 25 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

J'erricanais zossi.

Et ça, en ces temps difficiles ça vaut son pesant de cacahuètes.

Écrit par : Sophie | mercredi, 25 octobre 2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire