Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 15 avril 2018

Le Livre de Merveille.

Ô surprise, hier matin l’Ours a téléphoné.
« Les petites veulent vous voir ! » affirma-t-il.
L’Ours nous a donc amené Merveille et P’tite Sœur dans l’après-midi et s’est enfui aussitôt.
Nous avons donc, Heure-Bleue, les filles et moi, longuement discuté de l’ordre dans lequel on devait faire les courses, les jeux et le goûter.
Pour le goûter, les desiderata des unes et de l’autre enfin définis, nous sommes partis.
Pour le goûter, que je vous résume :
Heure-Bleue : rien.
Le Goût : rien.
Merveille : « Je ne sais pas, peut-être un bout de pain ».
P’tite Sœur : Tout.
Je savais que je finirai par manger la moitié du pain au chocolat que P’tite Sœur me tendrait en ayant l’air de me faire un cadeau alors qu’elle hésitait seulement à le jeter dans le caniveau de peur de se faire engueuler…
Nous avons laissé à la marchande de barbe-à-papa du square assez de sous pour sortir le Yémen de la misère, nous avons fait les courses et sommes revenus à la maison.
C’est là que j’ai vu dans un geste que les choses changent.
Merveille grandit.
Je l’ai su hier rien qu’à sa façon de s’asseoir sur mes genoux.
Il y a quelque temps, elle m’évitait encore vaguement, dans cette période où les filles et les garçons ne veulent rien avoir à faire ensemble.
Habituellement, Merveille s’assied sur mes genoux comme on enfourche un vélo, assez brutalement.
Puis, une fois installée, me raconte des choses très importantes qui doivent absolument rester secrètes même si elle les a dites à ses copines, ses parents et ses grand’ mères.
Hier, pas de vélo.
Je suis sûr, lectrices chéries, que vous connaissez ce mouvement élégant.
Ce mouvement de hanches très féminin, fait pour repousser légèrement une jupe et s’asseoir sans la froisser.
Eh bien Merveille a fait ça, mais en leggins et pour s’asseoir sur mes genoux.
Mieux, elle a levé les yeux au ciel d’un air vaguement douloureux et dit « Aïe papy ! » Et a ajouté d’un ton souffreteux « Je me suis fait mal aux seins… »
J’ai regardé Merveille d’un air interrogatif.
Elle m’a dit « Si, papy, j’ai les seins qui poussent. »
J’ai regardé son T-shirt.
On ne pouvait pas dire que « Déjà Jayne Mansfield perçait sous Merveille »…
Je me suis rappelé le temps pas si lointain où elle était en CE2.
- Papy, je voudrais avoir des titis…
- Pourquoi ça, Merveille ?
- Parce que les robes tombent mieux quand on a des titis.
Bref, hier soir elle m’a « montré ses seins ».
De fait, les deux lentilles que j’avais toujours connues ont été remplacées par deux petits pois.

Commentaires

MDR !

Bientôt elle ne voudra plus les montrer et ne voudra pas que le sujet soit même évoqué !

Écrit par : ang/col | dimanche, 15 avril 2018

Répondre à ce commentaire

Oh mais ce sont des sujets que je n'aborde jamais !
Je la laisse faire.
Je ne me permettrais pas une chose pareille !
Elle le fait parce que pour elle je ne suis pas un garçon ni un homme.
Je suis juste "papy".
Un machin qui ne sert que d'oreille, à se promener, à raconter des histoires et à câliner...

Écrit par : le-gout-des-autres | dimanche, 15 avril 2018

j'aime bien ton résumé ! Et la réponse au com de ang/ c'est tout à fait ça un papy !

Écrit par : emiliacelina | dimanche, 15 avril 2018

Répondre à ce commentaire

C'est bizarre une fille qui grandit, n'est-ce pas ?? pas l'habitude.

En tous les cas, elle est en toute confiance, et ça c'est bien.

Écrit par : Sophie | lundi, 16 avril 2018

Répondre à ce commentaire

Très beaux mots pour un petit moment d'échanges entre génération ..............

Écrit par : marianne 68 | lundi, 16 avril 2018

Répondre à ce commentaire

Quand les petits pois seront noisettes, elle n'en parlera plus même à son papy. Alors, profite de ces moments proches.

Écrit par : lakevio | lundi, 16 avril 2018

Répondre à ce commentaire

Sacrée Merveille !

Écrit par : Berthoise | lundi, 16 avril 2018

Répondre à ce commentaire

Je n'ai été grand-mère que de 5 garçons, et l'arrière-petit-fils n'aura pas non plus de ces abandons...
Profite bien de ces moments exceptionnels !

Écrit par : Gwen | lundi, 16 avril 2018

Répondre à ce commentaire

Jane Mansfield, quelle comparaison!

Est-ce que les robes tombent mieux quand on en a? Voilà une question à méditer.

Écrit par : livfourmi | mercredi, 18 avril 2018

Répondre à ce commentaire

Est-ce que vous allez bien tous les deux?
Vous avez toujours vos petites filles?

Écrit par : Pivoine | mercredi, 18 avril 2018

Répondre à ce commentaire

bonsoir! Je lis chez Lakevio que tu as fit ton devoir mais je ne vois rien chez toi ...C'est normal ?

Écrit par : emiliacelina | mercredi, 18 avril 2018

Répondre à ce commentaire

Oui, il était mauvais...

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 18 avril 2018

:)

Écrit par : emiliacelina | mercredi, 18 avril 2018

Répondre à ce commentaire

Je pense que nous en sommes tous au même point : À la question que voulez-vous que nous fassions demain s'il fait beau ? les réponses sont les suivantes :
- Grand badaboin (1.94 m 17 ans) : RIEN !
- Petit badaboin ( 1.68 m 13 ans) : RIEN !
Pendant les vacances nous n'avons les deux badaboins qu'à mi-temps (ils se lèvent à 13 heures)

Écrit par : Jeanmi | jeudi, 19 avril 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire