Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 13 avril 2018

Magic Johnson…

Tout à l’heure.
C’est-à-dire dans dix minutes, je vais aller dans la salle de bains.
Et je vais me laver les cheveux.
Normal, penserez-vous lectrices chéries.
Vous ajouterez in petto « mais pourquoi nous raconte-t-il ça ? On le sait bien que tous les matins il va dans la salle de bains ! »
Eh bien, voilà : La lumière de mes jours a un certain nombre de petits proverbes à usage perso piqués au hasard de ses conversations, de ce qu’elle entend à la radio ou qu’elle retire de ses lectures.
Un des derniers en cours, récupéré je ne sais où, prétend « Il faut changer de shampooing souvent, sinon les cheveux… »
Comme elle « parle fille », je ne sais pas trop ce que feront les cheveux.
J’en ai seulement retiré que si on applique à la lettre ce judicieux conseil, probablement répandu par un fabricant de produits de beauté, je ne vais bientôt plus pouvoir poser ma mousse à raser ni mon rasoir, ni même moi, dans une salle de bains envahie par diverses bouteilles de shampooing.
Mais aujourd’hui c’est important, lectrices chéries.
Je vais inaugurer un shampooing magique, dégotté par Heure-Bleue au Monop’ de la rue de Lévis.
Un shampooing que si tu te laves les cheveux avec, dès le dixième lavage, tu as récupéré la toison « absalonesque » qui faisait ton charme, mon Goût chéri, dans ta jeunesse.
Hélas, un détail que n’a pas repéré la délicieuse créature qui partage ma vie et ses sous, vient gâcher la fête.
Il y a contradiction entre la promesse de la jeunesse capillaire récupérée grâce à ce shampooing et la nécessité de changer de shampooing aussi souvent que possible.
Il faudra donc, compte tenu du nombre infernal de shampooings disponibles, au moins trente ans, pour que le shampooing magique montre ses effets.
Il n’y a plus qu’à souhaiter que cette histoire de cheveux qui continuent à pousser dans la tombe ne soit pas qu’une légende…
« En même temps », comme dit un jeune président, il paraît qu’à l’idée de penser à la mort, certains se font des cheveux…
J’ai la composition de ce shampooing magique.
C’est la même que celle de tous les autres shampooings.
Essentiellement de l’eau et « moins de 5% d’agents anioniques », le reste étant un de ces parfums divers et artificiels utilisés par l’industrie pour vous faire croire que vous descendez d’un pommier ou d’un oranger au lieu de sortir de la douche…

Commentaires

Et, de plus, aucun shampoing n'empêche les cheveux de blanchir, de tomber, de s'allonger plus rapidement que les prévisions de visite chez le coiffeur, de se raidir ou de trop boucler, ou de faire "cafouillon" ...

A te dégoûter d'en avoir, disent ceux qui en ont encore.

Écrit par : Sophie | vendredi, 13 avril 2018

Répondre à ce commentaire

Sans paraben ton shampooing ?

Écrit par : Anita | vendredi, 13 avril 2018

Répondre à ce commentaire

"le reste étant un de ces parfums divers et artificiels utilisés par l’industrie pour vous faire croire que vous descendez d’un pommier ou d’un orange"

Quels sales menteurs! tout le monde sait qu'on descend du singe. Non mais!

Écrit par : Visiteuse | vendredi, 13 avril 2018

Répondre à ce commentaire

C est un peu comme les lessives enfin les produits de lessive. Et coco-colo pour les boissons sucrées... un même fabricant.
Je descends donc d'une ortie blanche ou d'une pivoine :-)

Je crois que le mieux C'est est le plus neutre possible.

Écrit par : Pivoine | vendredi, 13 avril 2018

Répondre à ce commentaire

Et si tu essayais le liquide vaisselle ?

Écrit par : Praline | vendredi, 13 avril 2018

Répondre à ce commentaire

Savon de Marseille, le vrai de vrai ou savon d'Alep mais là j'ai des doutes quant à sa provenance.

Écrit par : mab | samedi, 14 avril 2018

Répondre à ce commentaire

Ma chère Mab tu as raison de douter de l'origine des savons d'Alep. Il y a quelques années, c'est la seule chose que nous avions rapporté de cette si jolie ville. Les merveilleux souks du 11e siècles ne sont plus qu'un souvenir dont je garde quelques photos. La seule chose qui a résisté est la citadelle, il faut dire qu'elle est solide !...

Écrit par : Jeanmi | dimanche, 15 avril 2018

C'est quoi , des agents anioniques ?
T'as bien fait un peu de chimie dans ta jeunesse ?

Écrit par : Berthoise | samedi, 14 avril 2018

Répondre à ce commentaire

Ce sont des tensioactifs, du genre dit "mouillant", ceux qui rendent le Mir dégraissant.

Écrit par : le-gout-des-autres | samedi, 14 avril 2018

Effectivement d'Alep il ne reste pas grand chose...

Écrit par : Pivoine | samedi, 14 avril 2018

Répondre à ce commentaire

Mon Dieu! Quel dilemme! Le choix! Que Nabila aille se rhabiller! (ou pas!) Bref..... je teste pour toi les savons home made..... Aussi pour les cheveux....

Écrit par : Anne | samedi, 14 avril 2018

Répondre à ce commentaire

Moi je ne glose plus, je fais ce qu'on m'dit ! Je prends le flacon qui se trouve dans la douche et qui change régulièrement, ce qui ne m'empêche pas d'avoir une chevelure qui ressemble à un gazon du sud-algérien, c'est à dire : rare ! Mais à vaincre sans péril, on évite les embêtements...

Écrit par : Jeanmi | dimanche, 15 avril 2018

Répondre à ce commentaire

Savon d'Alep ou huile d'Argan, moins de 0,003 % en réalité ! Cela dit, j'ai trouvé un shampoing qui fait merveille sur les cheveux blancs du maître Victor H. De la marque des *ange. Mais toi, tu n'as pas de cheveux blancs !

Écrit par : lakevio | lundi, 16 avril 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire