Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 02 mai 2018

Ce matin, c'est café philtre...

 

tristan et isolde.jpg

In des Welt-Atems wehendem All,
Ertrinken, versinken, unbewußt,
Höchste Lust !

Je ne sais pourquoi, ce matin en me réveillant, me sont venus à l’esprit ces mots chantés par Kirsten Flagstad en 1952.
Ce sont les derniers mots dits par Isolde avant de mourir.
Mieux, je ne sais pourquoi, dès que le mois de mai commence, « la mort d’Isolde » me trotte par la tête.
Alors, comme tous les matins, je me suis levé et ai préparé les petits-déjeuners en « marmonnant de la cervelle » de confuses pensées du genre « mais pourquoi diable ce « Tristan et Isolde » dirigé par Furtwängler me trotte dans la tête ? »
Comme chaque fois, de vagues réminiscences me revenaient mais pas le pourquoi de la régularité de la chose.
C’est ma « plante annuelle » à moi.
Elle refleurit tous les ans.
Il en traîne quelques unes dans mon jardin plein de petits cailloux comme ça.
De ces petits cailloux qu’on n’arrive pas à retirer et qui se rappellent toujours à votre souvenir quand vous êtes en train de rêvasser à on ne sait quoi ou de marcher pieds nus.
« En même temps » comme dit un président, ça m’occupe pendant que mon lait chauffe et que je suis heureux de voir la lumière de mon quartier éclairer la cuisine.
Vous ai-je déjà dit que la lumière de Montmartre est la plus belle que je connaisse ?
Cette lumière a une étrange particularité.
Elle arrive d’un pan de ciel par la fenêtre de la cuisine et l’éclaire de façon telle que je ne sais par quel miracle elle me retire soixante ans d’un coup.
Je suis chaque fois surpris qu’il soit si facile de me retirer plus d’un demi-siècle de la cervelle et impossible de les retirer de mon genou…

Commentaires

Le printemps de mai te donne de drôles d'idées !

Tourne-toi vers la lumière, c'est mieux !

Belle journée à vous deux.

Écrit par : lakevio | mercredi, 02 mai 2018

Répondre à ce commentaire

Je n'ai qu'une vague idée de la traduction, mais il me semble que c'est plutôt mélancolique et utopique, ou me trompe-je ???
Bon, ceci dit, tu dois rattacher cet air à un événement. J'ai toujours un peu de crainte car je me dis que pour l'avoir occulté, il ne devait pas être si plaisant que cela.

Pour la lumière, je te crois sur parole. Je suis toujours surprise.

Écrit par : Sophie | mercredi, 02 mai 2018

Répondre à ce commentaire

Ertrinken, versinken, unbewußt... Ce n'est pas tant dans l'air du temps!

Écrit par : livfourmi | mercredi, 02 mai 2018

Répondre à ce commentaire

Je me suis plongé dans l'écoute de Tristan, j'ai trouvé la version de 1952 sur la toile. Le casque rivé sur les oreille, j'étais en extase...
Je suis de ce fait très en retard... Mais je ne regrette pas d'être venu tout à l'heure lire votre chronique du jour.
Je vous souhaite une bonne soirée.
Jean-Jacques'60
Berne le 2 mai 2018

Écrit par : jeanjacques666 | mercredi, 02 mai 2018

Répondre à ce commentaire

Faudrait que j'écoute kekchose de ce dénommé Wagner.

Écrit par : Berthoise | mercredi, 02 mai 2018

Répondre à ce commentaire

seulement si tu aimes le chant.
Evite le "ring", c'est long et ça fait rire (mais ne fais pas ça devant des amateurs de Wagner, ils n'ont aucun sens de l'humour.
Mais Tristan et Isolde, par un chef qui sait ce qu'est être amoureux (pas Georg Solti même si l'enregistrement est remarquable, ce mec était un adjudant, pas un amoureux)
A part Furtwängler, je ne vois pas.
(c'est censé être la plus belle interprétation jamais réalisée)

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 02 mai 2018

J'adore ce texte.
Mais je n'arrive pas à expliquer pourquoi...une ambiance, une poésie, quelque chose d'unique, parce que c'est toi...
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | jeudi, 03 mai 2018

Répondre à ce commentaire

Oui... J'aime beaucoup aussi... Pourquoi Tristan et Yseult en effet ? Ca mériterait que je l'écoute un peu, quand j'ai le temps...

Tu es vachement calé !

Sinon, "Je suis chaque fois surpris qu’il soit si facile de me retirer plus d’un demi-siècle de la cervelle et impossible de les retirer de mon genou…"

c'est une phrase d'anthologie ça. Je suis aussi surprise quand dans mon lit, avant de me lever, je pense à des tas de choses que je vais faire, et puis quand je me mets en route... Ouille ouille ouille ........................................

Écrit par : Pivoine | jeudi, 03 mai 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire