Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 20 juillet 2018

Le petit beur lut "brick", devint fou, et dragua la cantinière...

De rien Mab, de rien...
J'ai vu la campagne.

Que je vous dise, lectrices chéries.
La campagne c'est bizarre.
C'est plein d'herbe, quelques fleurs et pas de maison.
J'ai même vu au loin des chevaux qui n'étaient pas sous le capot d'une voiture.
J'ai vu quelques voitures quand même et là, comme souvent, les chevaux cachés sous le capot sont menés par un âne...
La campagne est un milieu étrange où il faut marcher des kilomètres le long de routes où il n'y a pas un arrêt de bus, pas une station de métro, pas même un bistrot !
Ne parlons pas de voir une vitrine.
C'est dingue !
On fait quelques centaines de kilomètres et on change de planète !
Autre chose me frappe, maintenant que j'y pense.
Ce n'est pas le silence, il n'y en a pas.
Ce sont les bruits.
Ils sont très différents de ceux auxquels je suis habitué.
Les odeurs aussi.
Les choses aussi.
J'en ai même croisé une étrange.
C'est fait d'une matière inconnue, un élément curieux, vaguement circulaire à la surface grumeleuse et bizarrement striée.
Assez rêche pour tout dire. Heureusement, cette rugosité est un peu atténuée par de curieuses excroissances dont certaines semblent mal fixées car elles se détachent parfois et tombent.
J'en ai ramassé une, c'est doux, très souple et d'une jolie couleur que je ne vois que rarement là où je vis d'habitude.
La chose en question est grande, assez haute et quand il y a du vent, elle bruisse de façon plutôt agréable.
Il y en a quelques amas, apparemment ça vit en bande.
J'ai demandé à la lumière de mes jours si elle savait de quoi il s'agit.
C'est pourtant vrai que je dois venir d'une autre planète.
Elle m'a regardé bizarrement et m'a dit "Minou, ça s'appelle "arbre", des arbres et les petits trucs souples qui se détachent, ne sont pas mal fixés, ce sont des "feuilles", des feuilles !"
Bref, on est loin, je me sens mal, il y a trop d'oxygène, pas assez de gens et pas de boutiques.
Et plein de choses que je ne connais pas, sauf que j'en ai entendu parler dans les livres.
Ah si, j'ai vu un Arabe !
Eh ben dans la campagne, ça détone vachement !

Commentaires

Je suis morte de rire : ça vaut le coup de lire Candide à la campagne.

Quant à la campagne dans laquelle tu sembles mortellement t'ennuyer, elle est vraiment très reculée et très bizarre : quoi ? elle a des arbres à la place du béton ? horreur et profanation !
elle sent pas le bitume chaud, très chaud même, les chauffeurs sont des âniers, et un seul Arabe, ça alors !!!!

Décidément, je vais en rire tt le reste de la journée. Tu as fait ta bonne action champêtre.

Écrit par : Sophie | vendredi, 20 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

Vous y êtes encore ? Quand ce n'est pas définitif, cela fait du bien, même un Parisien endurci.

Écrit par : Dame Marthe | vendredi, 20 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

Oh, des nouvelles. Merci.
Z'avez pas de feuilles à Paris ? Moi, je pensais que ce que tu avais pris dans ta main était une bouse de vache sèche. Dommage, vous auriez pu en ramener à Paris pour vous chauffer. J'espère que tu n'as pas été empoisonné par l'air pur, habitué que tu es à respirer la pollution parisienne ? Ne me dis pas que tu n'as pas apprécié ? A te lire, j'en douterais presque. Mais, il est vrai que je comprendrais que le silence de la campagne a pu vous angoisser. Moi, c'est le bruit qui me dérange. Là, j'entends des ambulances, mais, c'est pour passer en force le pont qu'elles font ça dès que midi sonne et dès 17h...

Écrit par : julie | vendredi, 20 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

'ai vu quelques voitures quand même et là, comme souvent, les chevaux cachés sous le capot sont menés par un âne..
J'aime. Si je pouvais cliquer sur des cœurs, j'en aurais mis 3...

Écrit par : julie | vendredi, 20 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

un candide comme ça, ça ne s'appelle pas un plouc ??? !!

Écrit par : ang/col | vendredi, 20 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

J'adore ton humour...Et ta description des arbres est juste géniale.
¸¸.•*¨*• ☆

Écrit par : celestine | vendredi, 20 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

T'es perdu ?

Écrit par : Berthoise | vendredi, 20 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

Ah ah peut-être que la campagne ne s'en remettra pas d'avoir vu un parisien.

Écrit par : mab | vendredi, 20 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

On dirait que tu viens me rendre visite. J'habite au milieu de nulle part.

Écrit par : livfourmi | vendredi, 20 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

mauvaise langue va!!!!!! Si j'en étais apable je te pondrais une note dans le même genre mais qui parlerait de la ville ! Il faut ABSOLUMENT que HB fasse ton éducation sur le sujet ! Ceci dit je suis MDR!!!!!!!!

Écrit par : emiliacelina | vendredi, 20 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

HB est encore pire que moi en matière de connaissances de la campagne.

Écrit par : le-gout-des-autres | vendredi, 20 juillet 2018

Je suis MDR aussi !!!... j’aime Cette note pleine d’humour ...

Écrit par : Francelyne 17 | samedi, 21 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

Et oui, il en faut pour tout le monde...
C'est vrai qu'à la campagne sans voiture, c'est compliqué...
Bon séjour !

Écrit par : Fabie | samedi, 21 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

c'est bien ce que disait l'heureux cantonnier de Fernand Raynaud, "vous ne savez pas ce que c'est vous, à Paris" ;-)

Écrit par : Adrienne | samedi, 21 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

Comment avez-vous pu aussi légèrement risquer l'overdose d'oxygène ? C'eut pu vous être fatal ! Croyez-moi, revenez vite à Montmartre et resîrerl'air qui vous convient ! Mais j'ai comme toujours, savouré tes élucubrations !

Écrit par : Gwen | samedi, 21 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire