Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 31 juillet 2018

De vacances, l’écolo nie…

De rien, ah oui, c'est vrai... Merde ! Trop tard…
Hier, Heure-Bleue et moi avons fait un truc hyper palpitant.
Enfin, quand j’ai eu fini de geindre car j’étais gravement malade.
Oui, j’ai attrapé un truc embêtant et extrêmement handicapant.
« Un petit virus » comme dit le médecin qui nous supporte depuis longtemps.
Donc, je geignais tranquillement quand la lumière de mes jour m’a jeté un truc du genre « toujours malade, jamais mort ! » ou, quand je l’énerve « Mort, pas mort, mardi c’est enterrement ! »
Alors je suis sorti avec elle pour éviter de me retrouver tout seul à dîner.
Oui, elle est comme ça, capable de me plaquer sur un coup de tête alors qu’abandonner un mec avec un rhume, c’est quand même dégueulasse.
Nous avons donc acheté comme d’habitude des bêtises mais en faisant attention.
Hélas pas assez…
En même temps que la sauce tomate à la ricotta, j’ai découvert une sauce qui promettait de concilier le goût, le prix, la qualité et la préservation de l’environnement.
Bref, la sauce écolo qui allait nous laisser repus et heureux d’avoir concouru à la sauvegarde de la planète.
Tout y était.
- Sans arôme (j’ai supposé « arôme artificiel »)
- Sans colorant.
- Sans conservateur.
- Sans additif.
- Sans acide citrique ajouté.
- Sans OGM.
- Sans sulfite.
« Super ! » nous sommes nous écriés.
Nous sommes sortis la tête haute et l’air fier du mec qui s’est lavé les mains après avoir fait pipi alors qu’il n’y avait personne autour.
Vous voyez bien, lectrices chéries, cet air « je suis au dessus de la mêlée » des gens trop bien pour la foule de va-de-la-gueule qui nous entoure.
Bref, nous sommes revenus tranquillement à la maison, lestés de produits censément « bio » et délestés d’une somme qui aurait pu sortir le Yemen de la misère.
Ce matin, enfin peu avant midi, le ménage expédié, je me suis attelé à la confection de spaghetti avec la sauce mirifique achetée la veille.
J’ai regardé de nouveau cette merveilleuse étiquette qui allait, responsabilité écologique oblige,  finir dans la poubelle jaune alors que le bocal finirait, lui, dans la poubelle verte à couvercle blanc.
Le sérieux dans toutes les étapes de la vie d’un foyer qui se sent concerné par la planète.
Au moment de jeter dans le sac adéquat la bandelette cette sauce mirifique, une ligne écrite en orange clair sur jaune foncé me convainc que je me suis fait avoir une fois de plus.
Elle m’annonce, pas vraiment fièrement « Produit importé du Pérou ».
Le bilan carbone de nos deux assiettes vient d’exploser.
Et pas à cause de la cuisson des spaghetti…
Du coup je me sens plus consterné que concerné…

Commentaires

Et que dire des avocats du Pérou !!!

Écrit par : Nina | mardi, 31 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

Et du raisin "rose" du Pérou également qui nous fait tout l'hiver !!!

Qui a dit, un jour de grande fatigue : "hé bé, c'est pas le Pérou !"

Écrit par : Sophie | mardi, 31 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

Cette sauce m'avait l'air trop parfaite pour être honnête. Tu sais, j'ai parfois acheté des produits bio dans des magasins bio que j'ai amèrement regrettés ... Ce que j'aime bien par contre, ce sont les spaghettis (je crois) quinoa ail et persil. Avec un pesto et du parmesan, c'est délicieux.

Je reconnais qu'en plus, le quinoa, très à la mode chez les bio vegans et cie ruine véritablement l'Amérique du Sud de sa ressource alimentaires principale. Alors qu'on ne manque pas de céréales, mais cela nous éloigne de ta sauce.

Comment as-tu fait pour attraper un rhume en plein été ?

Écrit par : Pivoine | mardi, 31 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

On se fait tuos avoir un jour ou l'autre malgré notre vigilance : l'essentiel est écrit en lettres microscopiques ou,comme ton étiquette, en orange sur jaune foncé... ou en gris très clair sur fond blanc. Lalégislation est respectée et le pigeon (enfin le client) n'y voit goutte !

Écrit par : Gwen | mardi, 31 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

celà m'étonne de toi ...... tu sais bien que l'on, ,ne peut faire confiance à personne ....même pas aux étiquettes !

Écrit par : emiliacelina | mardi, 31 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

C'est parce qu'il ne faut pas aller dans les grandes surfaces, je me tue à te le dire ... ;-)
 •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

Écrit par : celestine | mardi, 31 juillet 2018

Répondre à ce commentaire

Je crois qu'on s'est fait tous avoir un jour, moi avec des cerises d'Afrique et des pommes de Nouvelle-Zélande... Si, si !... J'ai cru à une blague et c'était dans un magasin bio, pas chez Carouf ou autre...

Écrit par : lakevio | mercredi, 01 août 2018

Répondre à ce commentaire

Et c'était bon ?

Écrit par : Berthoise | mercredi, 01 août 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire