Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 06 août 2018

Le sens du partage.

Ma radio, de temps en temps me gratifie d’une de ces annonces pour un spectacle qui me fait éclater de rire.
C’était même bien parce que mon rire n’a pas été gâché par une quinte de toux.
Il y était question de concerts « gipsys », genre Gipsy King plus un autre type, bref des gens que je ne déteste pas écouter.
Le type qui vantait le spectacle s’étalait longuement sur la communauté gitane, sur les « gens du voyage » et autres billevesées à propos de solidarité, de souffrances partagées, bref, le tout venant du marchand d’orviétan.
Tout allait pour le mieux dans le monde du marketing ciblé quand survint une phrase qui m’a accroché l’oreille et a rameuté quelques souvenirs.
« Cette communauté gitane, imprégnée de culture musicale, connue pour son sens du partage… »
C’est là que j’ai tiqué.
Non que je mette en doute « le sens du partage » de la communauté des « gens du voyage », pas du tout.
C’est juste que je me suis demandé si le partage était toujours prévu par ceux qui avaient partagé sans le vouloir vraiment, parfois sans le savoir.
Pour avoir admiré l’application de la technique dite du « sens du partage » devant le Wepler, je suis plus réservé sur cet aspect de la solidarité et des souffrances partagées.
Je ne me suis même pas mis à énumérer ce que m’avait coûté cette notion étrange du « sens du partage ».
Je me suis rappelé seulement qu’on avait « étouffé » à la lumière de mes jours les dernières photos d’avant notre « expatriation » et mon dernier smartphone.
Du coup, malgré ma grogne, je me suis trouvé tout bête de n’avoir même pas pensé à réclamer le rétablissement de la peine de mort pour les larcins.
Mais quand même, ils pourraient faire gaffe, à la radio.
En ces temps où le touriste si rentable et si susceptible est une source de devises à dorloter, faire la promotion d’un mode de vie dont la production essentielle est le joueur de bonneteau et le pickpocket me paraît dangereux pour notre balance commerciale.
Bon, ils sont quand même très polis.
Ils finissent toutes leurs demandes, mêmes s’ils se sont servis eux-mêmes par « s’iiil vôôôô pléééé »
On ne peut pas en dire autant du client de base des épiceries…
Mais tout de même, n’allez pas croire chez moi à des tendances xénophobes ou racistes. Pas du tout.
C’est juste que j’aime mieux que ces éminents artistes n’approchent pas de mes poches.

Commentaires

Le partage : ce qui est à toi est à moi et ce qui est à moi est à ...moi.

Écrit par : Berthoise | lundi, 06 août 2018

Répondre à ce commentaire

Juste ; il vaut mieux ne pas approcher nos poches ou sacs de leurs mains très habiles.

Mais il n'y a pas que les gitans qui ont les mains baladeuses ....

Écrit par : Sophie | lundi, 06 août 2018

Répondre à ce commentaire

Hi hi hi hihi...moi aussi j'ai souvent partagé avec eux...à l'insu de mon plein gré...en ce moment j'écoute aussi cette radio, ils sont mieux pendant les vacances, ils n'ont pas grand chose à dire mais ça ne les empêche pas de dire des conneries...j'aime bien constance...lol...repose toi bien et prends un bain presque froid, c'est top! bisous.

Écrit par : Tarrah | lundi, 06 août 2018

Répondre à ce commentaire

Je suis du même avis que Sophie

Écrit par : lanabc | lundi, 06 août 2018

Répondre à ce commentaire

ce billet me laisse perplexe...

"Mais tout de même, n’allez pas croire chez moi à des tendances xénophobes ou racistes. Pas du tout."

mouais...

Écrit par : Coumarine | mardi, 07 août 2018

Répondre à ce commentaire

"Mouais..."
C'est bien une réflexion de quelqu'un qui ne prend pas le bus, le métro, ne passe ni par la place Clichy ni la Butte Montmartre, ça...

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 07 août 2018

oui, c'est vrai! C'est.....comment dire ...dans leur culture .... faut savoir gérer ..... quand on les connait bien ça va si on montre que l'on n'a pas froid aux yeux ! Sinon ..... ne rien laisser traîner !!!!!

Écrit par : emiliacelina | mardi, 07 août 2018

Répondre à ce commentaire

Tu dirais que ce sens du partage est à sens unique?

Écrit par : livfourmi | mercredi, 08 août 2018

Répondre à ce commentaire

C'est à dire que tu n'es pas toujours au courant de ce que tu as partagé…

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 08 août 2018

Ils sont nombreux a avoir un sens du partage assez, "personnel" et pas seulement dans les communautés gitanes. Bref, allons voir du côté de ceux qui nous raquettent en bande organisée, tous les jours, du matin au soir et quoi que nous fassions ! Mais il est vrai que ça ne s'appelle pas comme ça, c'est de la politique économique, ça !

Écrit par : delia | lundi, 13 août 2018

Répondre à ce commentaire

Il y a de cela bien longtemps, je me suis fait tirer mon portefeuille dans le métro. Une fillette de 8/9 ans, avec des bambins plus jeunes, m'avait sollicitée, comme avec les autres voyageurs. Lui ai-je donné qq chose ? Je ne m'en souviens plus, mais j'avais de la monnaie dans une poche que je lui ai peut-être donnée...
Plus tard, j'ai vu que mon portefeuille avait disparu de mon sac. Je n'y mets jamais d'argent, seulement mes papiers... que j'ai dû faire refaire, bien sûr...
Je me suis souvenue plus tard que les bambins se collaient à moi et mon sac a été ouvert et fouillé sans que je m'en aperçoive.
Du "travail" bien fait, qui démontre un apprentissage précoce et méticuleux pour développer au mieux le "sens du partage"

Écrit par : Gwen | mercredi, 15 août 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire