Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 18 septembre 2018

Quand c’est l’hiver, le laid caille…

De rien… Bref...

Jardin-des-Plantes-2-1777x1024.jpg

Mais que vais-je écrire si l’automne a disparu ?
Après la lumière de l’été, sa chaleur qui m’allait si bien.
Même si je devais marcher à l’ombre pour préserver la diaphanéité de la peau de la lumière de mes jours.
Bon, en vrai c’est surtout parce qu’elle ne supporte pas les lumières trop vives et avait peur de devoir aller voir un dermatologue.
De fait, Heure-Bleue n’aime pas être obligée d’aller voir un dermatologue.
Chaque fois qu’elle le fit, ce fut parce qu’elle était tracassée par une petite chose sur le nez.
Et chaque fois on la lui retira.
La crainte qu’un jour il n’y ait plus rien à retirer la pousse donc à marcher à l’ombre.
Cela dit, où sont passés les automnes d’antan ?
Ces automnes où le gris du ciel et la douceur des températures vous collaient ce « vague à l’âme » si propice aux rapprochements et à la douceur des câlins.
Ces automnes qui présageaient la naissance de bébés au début de l’été suivant, quand la nourriture est abondante et permet de supporter les rigueurs de l’hiver qui arrivera après ?
Aahhh… Lectrices chéries, les automnes d’aujourd’hui, chauds comme les étés d’avant ne voient plus l’éclosion de ce « SAD » qui nous poussait à rêvasser.
Ce « SAD » pour « Seasonal Affective Disorder » si mal nommé.
Oui, il n’y a que les anglosaxons pour trouver que « affective » couche avec « disorder » alors que justement, « affective » c’est fait pour coucher avec « ordre naturel des choses ».
Alors, comme toujours, si je n’aime pas que les jours raccourcissent, comme Mab qui y échappera désormais, j’aime et j’attends avec impatience le véritable automne.
Celui qui me verra traîner dans l’allée Cuvier du Jardin des Plantes et me satisfaire du bruit de mes chaussures poussant les feuilles mortes.
Si toutefois, comme il est la mode depuis quelque temps, on ne les retire pas des allées à peine tombées, des fois qu’un maladroit ne trébuche et traîne en justice le Muséum National d’Histoire Naturelle pour « mise en danger de la vie d’autrui »…
Donc, j’attends l’automne.
Plus exactement j’attends la fin de l’été.
J’ai peur que les saisons ne se déglinguent et qu’on ne passe régulièrement d’un four à un congélateur sans rien entre les deux, pas de ces passages en douceur qui font qu’on sort doucement de la froidure pour se réveiller et être émerveillé par le printemps.
Puis qu’une fois l’été arrivé, que sa chaleur disparaisse après quelques orages et soit remplacée par la douceur un peu grise de l’automne.
Ce n’est pas que je n’aime pas l’été, c’est que j’aime l’automne et qu’il y a un temps pour tout.
Et qu’il est temps maintenant que le temps se mette à la rêverie et cesse d’être à l’agitation.
Vous ne trouvez pas, lectrices chéries ?

Commentaires

En tout cas ici, il fait délicieux.
D'accord il fait frais le matin et la nuit,
Mais hier on a eu un coucher de soleil splendide.
Aujourd'hui il fait beau et c'est un crime de rester à l'intérieur. Bon... Ça dépend des jours.
Les ouvriers avancent bien...

Écrit par : Pivoine | mardi, 18 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Euh... non ! je ne trouve pas que l'automne ait disparu. Ici il fait plus frais, le vent de septembre est caressant les matins brumeux voient s'élever en panache l'humidité des bords de l'eau, les soirs quand la nuit tombe, chaque jour un peu plus tôt, il y a dans le ciel des panaches rose et moiré. Les écoliers sont repartis vers les établissements d'apprentissage des rudesses de la vie, leurs parents vers leurs activités et nous pauvres retraités continuons de nous faire plumer ! Voilà c'est la rentrée, septembre est arrivé et bientôt octobre verra les couleurs ocre rouge, marron et mordorées pour faire place à novembre et à ses chrysanthèmes qui annoncent décembre et ses jouets. Rien que de trés banal comme d'ordinaire.

Écrit par : delia | mardi, 18 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

L'automne n'a pas disparu, il n'est pas encore arrivé. Même sur le calendrier ! Encore quelques jours de fin d'été, avec des nuits confortables, des petits matins certes avec la laine mais des après-midi radieux (enfin là où je suis parce qu'à Paris...). M'énerve ça, quand les gens parlent d'automne dès la fin août... Positivez !
Et après, en octobre, ce sera peut-être l'été indien ! Chic.

Écrit par : lakevio | mardi, 18 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Ne t'énerve pas ! On est à 3 jours de l'automne officiel !
Et surtout, surtout ne parle pas "d'été indien" !
Chaque fois qu'on en parle à la radio pour s'éblouir du beau temps en automne il se met à faire un temps de merde jusqu'en décembre...

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 18 septembre 2018

Disons, pour mettre d'accord, qu'on a une belle fin de saison !!!

Le torride de l'été m'a interdit de mettre le nez dehors, j'ai donc vécu à l'heure du ventilateur. Je suis donc satisfaite d'avoir encore une belle lumière (quand il fait jour), une température qui ne me pénalise pas encore !

Mais ça fait un moment déjà que des arbres en bordure de square (je n'ai jamais compris leur personnalité propre, étant tous de la même espèce, plantés au même moment)... certains perdent leurs feuilles depuis août, d'autres ont des taches jaunes au milieu d'un vert encore vif, le reste étant entre "je suis déjà grisonnant, je tombe ou je reste ??".

Tout ça ne vaudra jamais les balades quai de la Tournelle..... et l'automne au Québec !!

Essayons de positiver, comme le préconise Lakévio, en attendant les verdicts médicaux et ça, c'est pas gagné !!!

Écrit par : Sophie | mardi, 18 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

ça m'arrange cet été à Rennes, parce qu'ici l'automne est pluvieux... Une fois que je serai rentrée, alors, je veux bien de l'automne et des champignons dans ma forêt

Écrit par : ang/col | mardi, 18 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

tu es trop pressé, les érables de l'avenue commencent seulement à prendre quelques teintes rouges et tu voudrais déjà des tapis de feuilles mortes ;-)

Écrit par : Adrienne | mardi, 18 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

ne t'inquiète pas.... ça va venir .... puisque l'on ne peut rien y faire .... apprécions encore un peu de ne pas avoir à allumer le chauffage , d'avoir de belles journées bien que déjà bien raccourcies, de ne pas avoir à sortir les doudounes ou le parapluie .... quand à la tombée des feuilles ...quand on a un jardin ...ouais!!!! Mais, bon! C'est vrai que l'automne a un goût particulier ...et ses odeurs!!!!! et ses couleurs!!!!!!!!!! Le Gif.....à côté de chez moi a déjà mis en rayon les fleurs (fausses) en prévision de la Toussaint!!!!

Écrit par : emiliacelina | mercredi, 19 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

En France, ce qui était bien, c'était d'avoir 4 saisons qui nous permettait de passer d'une saison à l'autre en douceur. Là, comme toi, je trouve que ce n'est pas normal ce temps aussi chaud. M'est avis qu'on va le payer cher quand ça va changer. Tout est grillé dans les champs. C'est moche, un pré se doit d'être vert. Les vaches, me demandent ce qu'elles essaient bien de brouter...de la terre probablement. Les arbres sont déjà grillés et perdent leurs feuilles qui jonchent le sol comme en novembre.

T'as vu, il parait qu'on risque de rester à la même heure toute l'année, l'heure d'été, j'espère, car, j'appréhende l'heure d'hiver. Pour moi, dès qu'elle arrive, j'ai envie de m'endormir comme un ours pour attendre le printemps.
Le positif actuellement, c'est qu'on fait effectivement des économies de chauffage.

Écrit par : julie | mercredi, 19 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire