Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 23 septembre 2018

Tous les quiproquos sont faits d’eau…

De rien... Ne nous oublie pas, je ne t'oublie pas.

rue des petites ecuries 2.jpg

rue des petites ecuries 1a.jpg

Hier, j’ai passé l’après-midi avec mon ami, celui avec lequel je ne m’entends sur rien.
Comme chaque fois, ce fut sympa malgré le surgissement constant de désaccords qu’on se jette à la figure depuis près de vingt ans.
Il avait concocté un repas étrange avec « rien que des plats du milieu ».
En entrée ? Des ailes de poulet marinées dans une sauce bizarre qui tenait du minium pimenté et cuites sur son « barbecue spécial bobo ».
En plat ? Des côtes d’agneau qui eussent été excellentes s’il avait songé à remettre du carburant dans le barbecue.
En dessert ? Des aubergines grillées cramées car il avait relancé le barbecue beaucoup trop fort.
En réalité je me suis demandé si ce n’était pour se venger de nos chamailleries qu’il avait concocté ce ratage avec tant d’application…
Il est heureusement allé chercher deux tartelettes aux framboises délicieuses, chez un pâtissier où nous avons déjà, une blogueuse amie, Heure-Bleue et moi acheté quelques gâteaux.
Mais ce fut un après-midi des plus agréables, à l’abri de la pluie dans la cour de sa petite maison parisienne.
Oui, dans sa cour il y a une sorte de petit préau qu’il a pris soin de « bordéliser » afin de le rendre plus vivant.
C’était chouette…
Je suis revenu en bus, la circulation était rangée comme le préau de mon ami.
On aurait dit que le trajet entre l’est et l’ouest parisiens était comme la place de la Bastille, un magma de voitures immobiles et remuantes.
Oui, je sais, ça fait bizarre comme formulation mais on eût dit une sorte de gamelle de voitures au bouillonnement lent, un peu comme du goudron qui a trop chaud.
Bref, pour dire les choses de façon concise, c’était le bordel.
J’ai mis un temps fou pour revenir à la maison.
Le 26 est resté longtemps coincé dans le Xème, à la hauteur de la rue du Faubourg Poissonnière.
J’ai pensé à la rue des Petites Écuries, toute proche.
J’appris le soir que la raison de ce cafouillon était la « Techno Parade », cette manifestation qui permet à tous ceux qui font du bruit pas très ordonné de dire « on fait de la musique ».
Mais franchement, la techno, c’est vraiment très laid. J’aime mieux le rap, c’est dire.
Bon, pas n’importe lequel non plus, hein…
Et ne me dites pas que c’est une réflexion de vieux con, je le sais.
Je n’ai pas oublié de prendre le pain et les deux crêpes du dessert en revenant à la maison.
Et ça, c’est extraordinaire.
C’est bien le signe que j’ai passé une bonne journée…
Bon, Heure-Bleue me dit qu’elle me l’a rappelé au moins quatre fois.

Commentaires

Je ne pensais pas te lire ce matin, ayant pensé qu'avec la techno-parade, sortir dans Paris n'était pas raisonnable.

J'ai ri en lisant ton billet, parce que j'ai pensé de suite à quelqu'un avec qui tu te chipouilles régulièrement ailleurs, et que je le vois bien essayer de t'épater avec ce menu raté.

Pour pain et crêpes, (même si HB revendique l'intention), je dis qu'il n'y a que les compliments qu'on se fait dont on est sûr qu'ils sont sincères !!!!

Écrit par : Sophie | dimanche, 23 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Il ne s'agit pas de lui mais de quelqu'un d'autre.

Écrit par : le-gout-des-autres | dimanche, 23 septembre 2018

Ben ça alors Sophie, moi aussi j'avais pensé au même que toi ! mais c'est chouette de constater qu'on peut être ami avec quelqu'un qui ne partage pas les mêmes idées ;)

Écrit par : Praline | dimanche, 23 septembre 2018

Heureusement qu'il y a eu les aubergines (même cramées) pour équilibrer un peu ton bilan nutritif de la journée !
Euh...mais dis moi, la techno, c'est de la musique ? je croyais que c'était une matière enseignée au collège... muaha !
 •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

Écrit par : celestine | dimanche, 23 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Pour le pain et les crèpes,il faut quand même retenir que puisque tu ne te souvenais plus qu'HB te l'avait rappelé au moins une fois, ton intention était louable ! Pour la techno, c'est du bruit agressif et violent, c'est tout.

Écrit par : delia | dimanche, 23 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Je n'étais pas loin, hier après-midi : pas de 39 sur les grands boulevards, pas de 95 à Palais-Royal : j'ai su la cause en arrivant au pont du Carrousel (je l'ai entendue et ressentie d'abord, en passant les guichets du Louvre !). J'hésitais sur le trajet ensuite, mais j'ai vu un 39 faire demi-tour sur le quai Voltaire, pour se garer rue des Saints-Pères, avec deux autres véhicules de la même ligne, le premier a démarré quand j'arrivais à sa hauteur, et m'a attendue ; sur le trajet, le conducteur a pris soin d'avertir de la situation les malheureux qui attendaient...

Écrit par : Dame Marthe | dimanche, 23 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Euh pas bien appétissant ton repas ;)
Il l'a fait exprès pour se "venger" de vos désaccords ? ;)
Bon la tarte aux framboises a fait passer le reste...

Écrit par : Fabie | dimanche, 23 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

C'est si bon de se chamailler en toute tranquillité, en sachant que ça ne changera rien ni à l'amour, ni à l'amitié.
En ce moment, ça se passe là.
http://toutvenant.canalblog.com/

Écrit par : Berthoise | dimanche, 23 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

un magma de voitures immobiles et remuantes.
Oui, je sais, ça fait bizarre comme formulation mais on eût dit une sorte de gamelle de voitures au bouillonnement lent, un peu comme du goudron qui a trop chaud.

Fffuuuit. Sifflement admiratif...

Écrit par : Pivoine | dimanche, 23 septembre 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire