Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 14 octobre 2018

Les calottes sont cuites…

Oui, je sais Mab, j’ai honte…

tiens-toi-droit.png


La note d’Adrienne ce matin m’a rappelé toutes les maltraitances dont mes parents se sont rendu coupables vis-à-vis de mes sœurs et moi.
Alors que nous nous serions avachis avec délices, elles et moi, le nez dans notre soupe, le dos rond et les jambes étalées sous la table, nous avons eu droit, pendant des années à une litanie quasi permanente.
«  Si tu ne te tiens pas mieux, tu va prendre une calotte ! »
« Tiens-toi droit ! On dirait que tu portes la misère du monde ! »
«  Dis donc, ma fille ! Tu es en sabots ? »
«  Dis-moi, mon garçon, tu es enrôlé dans un régiment de grenadiers ? »
«  Mais qu’est-ce que c’est que cette façon de se tenir ? On réussit à être couché debout maintenant ? »
«  Redresse-toi ! »
«  Quand je te regarde j’ai l’impression que tu portes un carton ! »
«  Tu n’as pas appris à marcher avec des ours, que je sache ! »
Bref, la vie de famille fut une géhenne infernale dont le but avoué était de faire de nous des gens dont on pouvait dire « au moins ils ne sont pas avachis ».
Il semblerait tout de même que ça ait porté quelques fruits.
Ma petite sœur, celle qui s’est fait étriper le palpitant pour cause de trop de gâteaux et de frites, malgré un poids exagéré, se déplace avec une certaine grâce.
Ma sœur cadette, que je ne vois que dans de rares occasions, semble avoir gardé les épaules en arrière et se tient droite. C’est du moins ce que j’ai remarqué la dernière fois que je l’ai vue.
Ma grande sœur avait quant à elle tout intérêt à se tenir droite.
Elle est d’une taille si modeste, une lilliputienne telle qu’une de ses amies disait d’elle « quand elle pète debout, ça fait de la poussière. »
Eh bien, d’aussi loin que je me rappelle, elle s’est toujours redressée de façon à ne pas perdre un pouce de sa courte taille.
Pour ma part, malgré l’âge canonique que j’ai atteint aujourd’hui, je semble avoir échappé à des choses comme les maux de pieds et de dos.
Imaginer va jusqu’à dire que quand je marche dans la rue, je me tiens si droit que j’ai l’air de « toiser le monde ».
J’en retire l’idée que ce n’est donc pas –seulement- pour nous pourrir la vie que nous avons eu droit à ces objurgations du moment où nous avons su marcher jusqu’à celui où nous avons commencé à nous intéresser à d’autres personnes que celles de la maison.

Commentaires

Lorsque je ne me tenais pas droite à table, mon père donnait sa fourchette à ma mère pour qu'elle m'en donne un coup dans le dos, si je ne paraissais pas avoir assez mal, c'est lui qui se levait pour me donner le coup...
Mon frère et une de mes sœurs, étaient à côté de lui, alors il ne les voyait pas pareil, quant à ma dernière sœur assise de l'autre côté de ma mère, elle devait se tenir mieux que moi qui avais grandi trop vite !

Écrit par : Fabie | dimanche, 14 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

J'ai entendue la phrase : " elle a toujours un pet de travers" pour une personne qui se plaignait de tout. Elle devait créer des courants d'air.

Écrit par : Nina | dimanche, 14 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Et moi ,j'ai un "e" de trop :)

Écrit par : Nina | dimanche, 14 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Non, pas inutiles ces conseils et avertissements.
Mon père, militaire de son état, aurait pu nous enseigner à marcher la tête haute à la badine, mais il préférait les compliments et demandait à ses filles d'avoir mine gracieuse et port de reine...

Écrit par : lakevio | dimanche, 14 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Difficile de se tenir le dos droit... dont j'ai toujours plus ou moins souffert.

Manque de tout dans la toute petite enfance pendant la guerre, et surtout de calcium apparemment.

Mais pas de coudes sur la table pour se tenir la tête par exemple !! mais on n'est jamais resté longtemps à table. C'était moi la plus lente parce que je "mastiquais" lentement.

Mon père se tenait très droit, et si je vous dis que quand ma mère est arrivée dans le village, on l'appelait "la duchesse", vous aurez un aperçu de sa tenue.

Mais je n'aime pas voir les jeunes avachis, ça c'est sûr et si ça arrive, je dois me retenir de le leur dire.

Écrit par : Sophie | dimanche, 14 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

C'est mieux pour le dos de se tenir droit, mais bon sang qu'est-ce que c'est bon de s'affaler parfois!

Écrit par : Livfourmi | dimanche, 14 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

https://youtu.be/pXIKl35aEdQ
J'adorais cette chanson quand j'étais ado.
Debout je me tiens droite, assise, c'est plus compliqué. Mais ça s'explique.
Une autre fois...

Écrit par : Berthoise | dimanche, 14 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Ben moi, j'me tenais trop cambrée, le ventre en avant ! Les photos l'attestent...
Il a suffi que j'atteigne 14/15 ans pour que, spontanément, je redresse la situation pour éviter les lazzis des copains !

Écrit par : Gwen | dimanche, 14 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

tu m'amuses : c'est justement ce que Robert ne cesse de répéter à Marie (la coiffeuse!) et depuis le temps qu'il le lui dit ça commence à porter ses fruits! Elle se surveille !

Écrit par : emiliacelina | dimanche, 14 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

J'ai aussi beaucoup entendu dans mon enfance "tiens toi droite " ," tire ta jupe "... J'ai eu droit au "corset en coutil rose avec des baleines" une horreur bien vite jetée aux orties !

Écrit par : Francelyne | dimanche, 14 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Le pire, c'est qu'il paraît que les kinés ne sont pas sûr que ce soit très bon pour le dos de se tenir droit...
L'avantage, pour les filles, c'est que les seins paraissent plus beaux, plus haut, plus pointus quand on se tient droites, mais à part ça...  ;-)
•.¸¸.•*`*•.¸¸✿

Écrit par : celestine | lundi, 15 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

C'est vrai mon Goût tu te tiens bien. Et tu sais à quel point je suis sensible aux postures.

Écrit par : imaginer | lundi, 15 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Alors... on a fait l'impasse sur le devoir du lundi ?

Écrit par : Gwen | lundi, 15 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire