Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 28 octobre 2018

Dans la boîte, le corps y dort…

De rien, Mab, Süzel, Phil et les autres…
Et voilà…
Le mari de la petite sœur est parti en fumée.
Pourtant, le cimetière du bled est si triste qu’il ne donne vraiment pas envie de mourir.
C’est la deuxième fois que j’assiste à une crémation en peu de temps.
Quand je pense que, mû par une pensée vaguement écologique, il était parti en vélo.
Il a finalement terminé une vie trop brève sur un bilan carbone assez désastreux, parce que la crémation, hein…
C’est là que je me suis demandé si « crémation » était un bon terme pour désigner la chose
Parce que  « crémation » ça peut faire penser à quelque chose comme « enduit de crème » ou « transformé en crème ».
Là, maintenant que j’ai vu, eh bien non.
« Crémation » c’est juste transformer un mort en un tas de cendres.
On vous rend une boîte où on a évité de mettre les boutons du blazer et les clous de la boîte vernie, soigneusement fabriquée et qu’on vous a facturée un œil.
Comme s’il n’était pas suffisant de vider le lit conjugal et vos yeux de toutes leurs larmes, on vide aussi votre porte-monnaie…
Maintenant il est rangé ailleurs, en attendant mieux, pas le jugement dernier mais une place qui ait l’aval de ma belle-sœur, il est au calme.
Comme elle le voulait, j’ai retrouvé un fichier « jpeg » du portrait du beau-frère dans l’ordinateur de la maison.
J’en ai fait un tirage sur papier photo et l’ai mis dans un cadre.
Elle l’a posé dans sa chambre.
Finalement, le soir venu, elle ne voulut pas être « regardée par le mort ».
J’ai remis le cadre dans le bureau où il y a l’ordinateur…
Elle est passée évidemment par la phase de colère.
Je l’en ai sortie en lui disant une bêtise...
Elle a ri de bon cœur.
Bon, après elle s’est vengée car son caractère, assez proche de celui de la lumière de mes jours, c’est à dire assez vif,  a repris le dessus.
Alors, nous avons attendu l’arrivée de ses enfants, mes neveux, les nièces par alliance et les petits-neveux et petites-nièces, nous sommes partis.
Non seulement il faisait gris et triste mais en plus le wagon était en panne de chauffage.
À l’approche de Paris, en prime il faisait nuit et brouillard…
Heureusement que pour nous changer les idée, lundi nous allons caser dans le mur du Père Lachaise les cendres de ma cousine.
Celle qui est partie en fumée au début du mois de juin.
Je n’aurais jamais pensé qu’il fallait cinq mois de travaux pour faire un creux de la taille de deux boîtes à chaussures dans un mur…
Ça explique sans doute pourquoi Hercule est resté dans les mémoires, ses travaux ont été menés autrement rondement semble-t-il…

Commentaires

La boîte coûte tellement cher, que ma mère voulait transférer les cendres dans un autre récipient, et rendre la dite boîte aux Pompes Funèbres.
Ma sœur lui avait expliqué que c'était volatile et qu'elle n'y parviendrait pas, ma mère a tout de même essayé... puis est venue nous voir en nous disant qu'il fallait que nous allions aux PF pour demander de nous facturer la boîte...
Cela fait 22 ans, qu'elle est dans le bureau de ma mère, derrière une photo de mon père jeune !

C'est bien d'avoir réussi à faire rire petite sœur.

Écrit par : Fabie | dimanche, 28 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Houlà, c' est ce qu'on appelle un rire grinçant ! La vie est un cadeau donné et repris et ça, c'est embêtant.

Écrit par : Nina | dimanche, 28 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

On reconnaît là ton style traitant avec une feinte légèreté le deuil, la peine (et hélas les contingences matérielles qui les accompagnent).

La semaine commencera par une peine renouvelée. Il y a comme ça des périodes où elles s'empilent sans trêve.

Écrit par : Sophie | dimanche, 28 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

oui ça coûte honteusement cher, toutes ces choses-là, on dirait bien qu'on profite de la peine des gens pour les faire casquer un maximum...

Écrit par : Adrienne | dimanche, 28 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

pas marrant tout ça

Écrit par : ang/col | dimanche, 28 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Tu sais que nous avons habité l'année dernière à côté du crématorium de Vichy ? Les gens se garaient devant notre maison. J'ai été contente de quitter cette maison, d'autant plus qu'elle était très froide et qu'on se gelait..Là, j'ai allumé ce matin le poêle à granulés, qu'est-ce que c'est bien ! Bon, tu me diras aucun rapport avec ce que tu écris. Enfin, si, peut-être la chaleur.
Pour en revenir aux enterrements, je me tâte pour savoir si, mardi, je vais à l'enterrement d'un monsieur de 95 ans. Remarque, c'est une délivrance pour lui, car il était devenu aveugle, malade et appelait la mort de tous ses vœux, malgré sa gentille fille.
On dit que d'année en année, il se vend moins de fleurs pour la Toussaint. La faute à la crémation parait-il….45% des gens se feraient incinérer. Je trouve que ça fait beaucoup. Remarque, ce serait une solution pour moi, qui risque de devenir SDF pour l'éternité ou être dans un endroit inconnu et dont je ne veux pas.. si le maire de ma commune d'enfance ne change pas d'avis. Je hais ce parti-pris qu'il a, sans en avoir référé en conseil municipal..(toute ma famille et amis sont enterrés dans ce cimetière. Je me demande bien quelle dent il a contre moi, ma famille). Je lui en veux de m'avoir fait ce sale coup, d'autant plus que sa raison de garder les places pour ses administrés ne tient pas la route, vu que, de la place, il y en a encore beaucoup et que les habitants qui restent ont déjà leur place retenue et sont vieux. Va falloir que je l'asticote un peu.
Je me demande si je ne devrais pas faire une pétition sur change.truc pour le faire changer d'avis. Si je le faisais, tu la signerais ?
Bon, tout ça, ce n'est pas gai-gai. Mais, le temps gris, froid, soudain, la Toussaint qui arrive, l'endroit où vous allez lundi, les tombes que nous sommes allés nettoyer, ces morts à la chaîne a de quoi nous sabrer le moral.

Écrit par : julie | dimanche, 28 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

je te reconnais bien là....elle a eu de la chance de vous avoir auprès d'elle la petite sœur de HB

vous passez de tristes moments .....

Écrit par : emiliacelina | dimanche, 28 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

De bien tristes jours avec le temps de circonstance. Comme vous ne serez pas loin, si vous voulez venir vous réchauffer...

Écrit par : lakevio | dimanche, 28 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

A la dernière sépulture à laquelle j'ai assisté, et malgré la tristesse de l'instant, un enfant, le front ceint du bandeau de la frêle innocence, a sorti un mot qui a fait sourire par sa logique implacable.
« Pourquoi on ne peut pas voir la "cramation" ? »
Bon je sais, ...pardon. Mais c'est drôle quand même, l'innocence d'un enfant...« Ça raccroche à la vie.
Bises
¸¸.•*¨*•

Écrit par : celestine | dimanche, 28 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Allez je vois que tu as quand même écrit un conte pour Lakévio...
Bonne journée à vous deux.

Écrit par : Pivoine | lundi, 29 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

J'ai perdu de vue le dernier paragraphe et vu qu'aujourd'hui ne serait pas non plus une journée très gaie. Dommage qu'on soit l'automne... En plus, avec la perspective de l'hiver, ça n'arrange pas les choses... Mais c'est bien d'avoir écrit le conte pour Lakévio.

Écrit par : Pivoine | lundi, 29 octobre 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire