Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 29 novembre 2018

J’ai un air à vif…

les-raisins-de-la-colère.png

Ce matin, je me suis levé avant huit heures.
Je sais, lectrices chéries, vous n’en avez rien à cirer.
Mais quand même.
J’ai fermé la porte de la chambre.
J’ai allumé la radio et l’ai écoutée en sourdine.
J’ai entendu une fois de plus la façon dont les « Gilets jaunes » sont vus par le gouvernement.
Après avoir entendu fuser les noms d’oiseaux et entendu un ministre leur répondre en substance, façon Coluche « Dites nous de quoi vous avez besoin, on va expliquer comment vous en passer. »
À ce moment je me suis rappelé ce qui avait permis au « Brexit » de l’emporter et à Trump de devenir Président des États-Unis.
Ça m’a rappelé aussi où et pourquoi certaines municipalités avaient mis à leur tête des maires FN.
Et il me semble que les mêmes causes entraînent les mêmes effets à peu près partout.
La surdité de classes politiques qui ont oublié le sens originel du mot « gouverner ».
C’est le même que pour les bateaux et les avions : donner une direction, un cap.
Les gouvernements ne se sont occupés que d’une fraction de la population : Celle qui a le pouvoir économique.
Ils ont oublié que ce n’est pas elle qui crée la richesse réelle du pays, elle n’en tient que les livres de comptes.
De plus, on l’a vu il y a peu avec Engie et Carlos Ghosn, elle les maquille souvent dans le sens des ses intérêts.
Endormis et menés par eux, les gouvernements ont laissé de côté le reste de la population, ne s’en préoccupant qu’en cas de soubresauts.
Et souvent pour les prendre pour des imbéciles avec qui il faut « faire preuve de pédagogie », comme si on avait affaire à un tas de crétins.
Ce que certains disent à mots à peine couverts comme je l’ai entendu il y a peu d’un type dont le boulot de porte-parole devrait l’amener à plus de prudence.
Toutes ces bévues causent des réveils douloureux car on oublie souvent que ces imbéciles sont la fraction la plus nombreuse de la population.
En plus c’est celle qui nourrit Nozélites, eux qui ont oublié que tous ceux qui sont ou pensent être des «laissés pour compte» finissent régulièrement par se jeter dans les bras de ceux qui leur donnent l’impression qu’ils sont enfin écoutés et compris.
Nigel Farage, Donald Trump, Geert Wilders, Marine Le Pen et autres ont su faire croire à ces « laissés pour compte » qu’ils avaient été entendus, compris et qu’on s’occuperait enfin d’eux.
Et je pense malheureusement que c’est ce qui risque bien d’amener un clone de Marine Le Pen en plus malin à l’Elysée en 2022.
On a trop souvent oublié que les gens ont, dans leur ensemble :
- Besoin d’un boulot, même sans formation.
- Besoin de dignité même s’ils gagnent peu.
- Besoin de se sentir utiles, pas d’une aide qui leur permet tout juste de survivre mais les maintient à côté de la marche de leur pays
- Besoin d’être partie prenante de leur vie, pas d’être «la cousine pauvre» à qui on donne à manger
Nozélites, aussi cultivées soient elles ont oublié les phrases de Steinbeck comme elles ont oublié le visage de Henry Fonda dans « Les raisins de la colère »…

Commentaires

Merci pour cet article

Écrit par : Christiane | jeudi, 29 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Tout ce que tu dis dans ce billet est frappé au coin du bon sens.

Malheureusement, nos zélites que nous payons d'ailleurs grassement de nos deniers (+ les à côtés des entreprises qui les - comment dit-on poliment ? - sponsorisent) ne l'entendent pas de cette oreille. Une fois dans leur bulle, ils ne veulent plus rien voir, ni entendre et un sourire béat attaché à leur face, ils pensent qu'ils agissent juste.

Hélas, et j'en ai peur, 2022 sera une réédition de 2002 et 2017 : il y aura une élection contre, mais cette fois encore le nombre d'abstentions aura augmenté, puisqu'"on" se garde bien de valider les votes blancs. Et là.......

Écrit par : Sophie | jeudi, 29 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Tellement vrai...
Pensées de soutien pour la Lumière de tes Jours.

Écrit par : Fabie | jeudi, 29 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Quand j'entends à la radio que nous visons sous une dictature... j'ai envie d'exploser ! Mais l'avenir peut nous y amener si les Français ne se reprennent pas...
C'est peut-être aussi parce que j'ai connu la peur sous l'Occupation et vécu sous les bombardements alliés que je réagis ainsi...
Nous vivons en paix sur notre territoire depuis 73 ans et c'est la première fois dans notre Histoire que cela arrive.

Écrit par : Gwen | jeudi, 29 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Il faudrait peut-être d'abord, ou il aurait fallu, que les Français, ces Gaulois réfractaires, soient capables d'accepter des réformes dures sur l'instant mais payantes sur le long terme. Mais le Français Gaulois réveille sa fibre solidaire, non pas lorsqu'il est au pied du mur, mais quand il a bien commencé à le creuser...
M'est avis que c'est la culture qui cloche. Il n'est qu'à voir les discours haineux de Ruffin étalés à telle ou telle une. Ce type risque d'avoir du sang sur les mains sous peu. Voire sur la langue.

Écrit par : La Baladine | jeudi, 29 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Comme disait Voltaire "Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire."

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 29 novembre 2018

Les quatre besoins fondamentaux, c’est pourtant simple à comprendre. Et surtout, il me semble que cela devrait aussi être simple de s’en souvenir une fois que l’on est élu. Mais je dois être bien naïve...

(Tu ne parles pas de JLM, tu ne crois pas qu’il est à l’affut lui aussi ?)

Écrit par : Anita | vendredi, 30 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

C'est juste que je n'ai pas écrit un article exhaustif sur le sujet, juste un billet d'humeur.
Cela dit, Méluche est effectivement à ranger avec tous ces gens qui ne me semblent pas faire partie des démocrates.
Lui me semble dangereux car c'est un tribun remarquable qui a un sens de la formule dévastateur...

Écrit par : le-gout-des-autres | vendredi, 30 novembre 2018

Ton billet d'humeur devrait être largement diffusé!

Écrit par : manoudanslaforet | vendredi, 30 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Je trouve que le niveau de moutarde monte dangereusement...

Écrit par : lakevio | vendredi, 30 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Nous sommes en monarchie.
Bravo pour ce billet auquel j'adhère et je te l'ai déjà dit tes "coups de gueule" sont tout aussi excellents que ceux de François Morel, tu devrais t'exprimer sur F.I.
Bon courage et pensées amicales pour aujourd'hui.

Écrit par : Praline | vendredi, 30 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Je ne l'aurais pas si bien dit. Merci.

Écrit par : Berthoise | vendredi, 30 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Bravo ! Saine colère, que je partage... J'y ajoûte même mes actuelles et croissantes inquiétudes : l'accroissement énorme des frais d'études supérieures, au profit de l'inévitable "marchandisation" de ces formations, l'appauvrissement et l'isolement croissants eux aussi de nombreux retraités, l'indigne situation des EHPAD et du vécu des pensionnaires et des personnels, la situation dégradée des petites comunes rurales ou peri-urbaines qui se voient privées de revenus et donc dans l'impossibilité d'offrir divers services "comme avant", et, last but not least, l'opacité scandaleuse de bon nombre de dépenses (publiques ou privées ? ) de nos dirigeants (voire de la femme de Jupiter soi-même !
Je ne manifesterai pas dans la rue, je ne porte pas de gilet jaune, mais OUI j'attends en réagissant autrement, des réponses censées, adaptées et urgentes à la somme inouïe des doléances...
J'aurai une pensée pour HB cet après-midi. Je suis sûre qu'on la rassurera encore plus et j'espère surtout qu'on trouvera le moyen de résoudre vite et bien son problème "d'yeux brouillés"...

Écrit par : mimazhan | vendredi, 30 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Si vous étiez en monarchie vous ne devriez pas voter votre flingueurs... enfin moins.

Mais c'est ça le capitalisme le Goût.
Et malheureusement on penche du mauvais côté.
Vous aurez sans doute Marion ou Marine à moins d'en trouver un par miracle.

Écrit par : Pivoine | vendredi, 30 novembre 2018

Répondre à ce commentaire

Bravo ! Saine colère, que je partage... J'y ajoûte même mes actuelles et croissantes inquietudes : l'accroissement énorme des frais d'études supérieures, au profit de l'inévitable "marchandisation" de ces formations, l'appauvrissement et l'isolement croissants eux aussi de nombreux retraités, l'indigne situation des EHPAD et du vécu des pensionnaires et des personnels, l'appauvrisselent des petites comunes rurales ou peri-urbaines qui se voient privées de revenus et donc dans l'impossibilité d'offrir divers services "comme avant", et, last but not least, l'opacité scandaleuse de bon nombre de dépenses (publiques ou privées ? ) de nos dirigeants (voire de la femme de Jupiter soi-même !
Je ne manifesterai pas dans la rue, je ne porte pas de gilet jaune, mais OUI j'attends en réagissant autrelent, des réponses censées, adaptées et urgentes à la somme inouïe des doléances...
J'aurai une pensée pour HB cet après-midi. Je suis sûre qu'on la rassurera encore plus et j'espère surtout qu'on trouvera le moyen de résoudre vite et bien son problème "d'yeux brouillés"...

Écrit par : mimazhan | lundi, 03 décembre 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire