Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 02 décembre 2018

La paix des méninges…

De rien…

Karl-Lagerfeld-defend-le-gilet-jaune-mais-ne-le-porte-pas.jpg

Hier on est allé faire quelques courses.
On aurait préféré faire comme certains, aller piller Givenchy et Dior mais on ne court plus assez vite.
Alors on a fait comme d’autres, on a mis du sucre, du café et des pâtes dans le caddy de la « Banque Alimentaire ».
Ça fait moins riche mais on n’est pas obligé de courir ni de contrevenir à la loi…
Nous sommes revenus tranquillement de notre Monop’, étonnés par le calme des rues et l’absence de circulation.
Heure-Bleue aurait aimé du chou chinois, je n’aime pas trop mais c’est facile à préparer, on a dû se rabattre sur des endives.
J’ai donc préparé des endives braisées…
Je sais, ce n’est pas palpitant.
Heureusement, la table mise, nous avons allumé la télévision et nous avons entendu deux choses qui nous ont à la fois amusés et scandalisés.
Un ministre a dit « Ah non ! Il n’est pas question qu’on porte le chapeau ! » genre « c’est pas nous c’est le chef ! »
Ce type, dont j’ai oublié qui il était, est pourtant allé assez longtemps à l’école pour y avoir appris que le corollaire du pouvoir c’est la responsabilité et que quand on est au gouvernement, on assume, on ne se défausse pas en disant « c’est pas moi c’est l’autre ! »
Quand on connaît son boulot et qu’on se rappelle ses cours de philo, on fait comme Chevènement qui lui avait compris qu’ « un ministre ça ferme sa gueule ou ça démissionne. »
Et puis il y eut l’autre, l’inénarrable porte-parole qui gagnerait à ne rien porter, surtout pas la parole.
Comme chaque fois, je me dis qu’il est normal qu’il n’ait jamais remporté une élection.
Il a une façon de se vendre qui le ferait chasser à coup de manche de pioche de n’importe quelle estrade.
Aller si longtemps à l’école pour ignorer qu’en politique on a des adversaires, pas des ennemis et qu’insulter l’électeur n’arrange rien, c’est un peu la honte…
Je ne m’étendrai pas sur la morgue et le « Nous ne céderons pas » qui donne immédiatement envie de pousser plus fort pour voir si c’est si vrai que ça…
N’importe quel politicien du « monde d’avant » leur aurait rappelé qu’on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre.
Bref, les endives étaient délicieuses.

Commentaires

Pour les avoir vu devant chez moi, je peux vous affirmer que rares étaient les gilets jaunes pacifiques. Il est évident que les casseurs de tous poils ont profité de l'aubaine. À mes yeux les responsables sont les lâches qui derrière leur clavier attisent le feu sur les réseaux sociaux et les gilets jaunes incapables de s'entendre et de s'organiser.
À regarder sur YouTube la destruction de la grille du jardin des Tuileries qui finit par tomber sur un gilet jaune qui s'il s'en tire sera certainement handicapé à vie. Et après coup ils appellent les forces de l'ordre honnies au secours...

Écrit par : Olivier | dimanche, 02 décembre 2018

Répondre à ce commentaire

Comment voulez vous qu'ils s'entendent ?
Ils cristallisent tant de problèmes divers et souvent inconciliables...
En allant des uns aux autres, on peut remarquer que globalement, certains souhaitent de la liberté, d'autres de l'égalité, d'autres de la fraternité...
Ça ne vous rappelle rien ?
Que quelques centaines (on parle de 3000) de voyous ou d'amateurs de castagne détruisent, pillent et souhaitent un chaos dont nous ferons tous les frais est une chose.
En aucun cas ça n'exonère le pouvoir de sa responsabilité.
Au mieux il s'y est pris comme un pied, au pire ce sont des incapables qui ne voient pas plus loin que le bout de la ligne comptable.
Qu'on favorise l'activité économique en injectant de l'argent dans les entreprises et en incitant ceux qui en ont à l'investir, soit.
Quand on a un peu de jugeote et de connaissance du sort de ceux qu'on gouverne, on évite évite de faire ça AVANT de pomper des sous à ceux qui n'en ont déjà pas des masses...
Il y a des choses connues depuis l'aube de l'humanité qu'on appelle des totems et des tabous.
On évite d'abattre les premiers sans précaution, sinon c'est comme violer les seconds...

Écrit par : le-gout-des-autres | dimanche, 02 décembre 2018

J'apprécie l'ensemble de ton billet.

Tu sais comment j'appelle "le porte-paroles" ? "le ravi", tu sais le gars qui comprend pas grand chose à grand chose et qui se satisfait de répéter ce qu'on lui a glissé à l'oreille.

Écrit par : Sophie | dimanche, 02 décembre 2018

Répondre à ce commentaire

Un troisième mort aujourd'hui dû à des coupeurs de route. La violence est inadmissible et injustifiable.

Écrit par : Olivier | dimanche, 02 décembre 2018

Répondre à ce commentaire

Faute d'interlocuteurs, elle est hélas inévitable car ceux dont c'est le métier de l'éviter ont éconduit ceux qui demandaient la parole.
Il est toujours de mauvaise politique de mépriser ceux qu'on gouverne.
Ça a déjà coûté la tête de deux rois, un en Angleterre, un en France.
Quant au type tué, il l'a été dans un carambolage.
C'est regrettable mais la voiture tue une personne toutes le 2 h30 à peu près en France

Écrit par : le-gout-des-autres | dimanche, 02 décembre 2018

Tu as parlé exactement. Le monde d'avant est bien loin... Entre les ultra de gauche qui bêtement signent leurs forfaits et certains policiers déguisés en casseurs pris sur le vif descendant de leur voiture de police, on sait très bien qui attise.
M'est avis que c'est loin d'être fini. Je pense que fin janvier lorsqu'arrivera la fiche de paye avec retenue de l'impôt sur salaire... ça va pas le faire !

Écrit par : lakevio | dimanche, 02 décembre 2018

Répondre à ce commentaire

Tes billets sur le sujet sont pleins de bon sens (les autres aussi, je te rassure ☺)

"Pour conclure, je ne cautionne pas la violence et je continuerai à ne pas la cautionner!! Même si le gouvernement provoque et que c’est difficile de garder son calme, il le faut par rapport à l’image des gilets jaunes !!!
Donc j’appelle au calme et essayons de rester pacifistes s’il vous plaît!!! "

Paroles d'un des "responsables" des gilets jaunes dans la Drôme.
Ils veulent être ÉCOUTÉS !

Il pleut, il fait froid, dans la Drôme et ailleurs, ils sont dans la rue depuis 15 jours (pas seulement le samedi), c'est bien parce qu'ils sont désespérés par leurs conditions de vie.

C'est bon les endives braisées avec du jambon et de la crème.

Écrit par : Fabie | dimanche, 02 décembre 2018

Répondre à ce commentaire

On fustige la violence...Evidemment. Mais l'ultra libéralisme et son cortège de corollaires (chômage, délocalisations, SDF, marchands de sommeil, régions économiques sinistrées, et en face avantages exorbitants, étalages de luxe indécents, privilèges, parachutes dorés) sont une violence.Quotidienne. Implacable. Légale. Inadmissible.
Ça ne justifie pas, mais ça explique pas mal de choses...
 •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : celestine | dimanche, 02 décembre 2018

Répondre à ce commentaire

j'adore!!!! Je les ai tous reconnu et je rejoins totalement ton analyse...par contre on en a encore pour longtemps avant que ça ne pète vraiment, même hier c'était gentillé... Sans compter les amalgames, j'ai envie de tous les baffer! J'aurais pu écrire un truc méchant, mais avec l'âge je me calme...le facteur ne m'a rien rapporté....je suis dégoutée! Je ne sors pas il flotte depuis trois jours! Bisous.

Écrit par : Tarrah | dimanche, 02 décembre 2018

Répondre à ce commentaire

A ce que je peux, c'est Chicago chez vous, en ce moment. Enfin, tant qu'il y a des endives!

Écrit par : Livfourmi | dimanche, 02 décembre 2018

Répondre à ce commentaire

A ce que je peux VOIR...

Écrit par : Livfourmi | dimanche, 02 décembre 2018

Répondre à ce commentaire

Tu as le mot juste : la morgue. C’est tout à fait ça. Tant d’incompétence,... Quelle tristesse cette journée de samedi...
Sinon, j’ai un vrai faible pour les endives braisées.

Écrit par : Anita | dimanche, 02 décembre 2018

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire