Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 13 février 2019

Ah... Ce que ces seins valent en teint...

les-amoureux-de-peynet-dessin-art-saint-valentin-181.jpg

Je suppose que tous les souvenirs qui ont été remués hier avec le mari de son amie d’enfance ont amené ce matin cette remarque d’Heure-Bleue.
- Tu te rends compte, Minou, je n’ai plus une seule des rares lettres d’amour que tu m’as écrites… 
- Où sont elles ?
- Eh bien, à part une carte que tu m’as donnée en revenant de Marseille…
Je me rappelle qu’en revenant d’un déplacement à Marseille, j’avais écrit à la lumière de mes jours une carte postale.
Carte que j’avais laissée dans ma poche et que je lui ai donnée en rentrant.
- Tu m’as écrit aussi quelques poèmes…
Me revient notamment un vers que je garderai pour moi mais surtout parce qu’il est épouvantablement mauvais.
Heure-Bleue a ajouté :
- Une lettre d’excuses aussi, à propos d’un anniversaire… Bon, enfin… Je ne dirai rien de cet anniversaire…
Comme je me rappelle assez bien cette affaire, je n’en dirai rien non plus…
Le point est là : Avec la tempête de 1999, ces lettres et d’autres choses comme près de trente ans de photos ont été détruites.
C’est ce qui nous ennuie le plus.
Le reste, les livres, les appareils, les meubles, les vêtements et les ustensiles de cuisine ont bien sûr disparu.
Mais ce n’était que « des choses ».
Alors que les lettres et les photos, ce n’est pas pareil, ce ne sont pas des choses.
Ce sont des morceaux de notre vie…
Et des morceaux de vie plutôt chouettes quand on y pense.
Elle n’avait pas mal aux pieds.
Mon genou me laissait tranquille.
On pouvait bouger de tous nos membres sans avoir mal.
On avait une méthode éprouvée pour passer le temps qui marchait super bien.
Ça s’est gâté un peu quand l’Ours est allé à l’école.
Mais bon, les conséquences des passe-temps sont parfois ainsi…
Mais ça marchait tout le temps, contrairement à ce qu’on avait entendu dire.
On m’avait parlé du samedi soir et de la Saint Valentin mais en réalité c’était faux.
Certains m’ont même avoué à mots couverts que non, que ça fonctionnait toute la semaine, même s’il fallait aller travailler le lendemain.
Enfin, c’est demain « la fête des amoureux ».
C’est bête d’avoir un jour pour ça.
Ça peut être la fête tous les jours et très longtemps si on en prend soin.
Je suppose que la lumière de Montmartre qui est si belle et annonce le printemps nous a rappelé ces lettres d’amour.
Si vous voyiez cette lumière, lectrices chéries, si vive que je devine à peine ce que j’écris…

Commentaires

Ça c'est une lettre d'amour.

Écrit par : Françoise | mercredi, 13 février 2019

Répondre à ce commentaire

Je fonds comme neige au soleil... ;-)
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : celestine | mercredi, 13 février 2019

Répondre à ce commentaire

Le soleil brille sur tout Paris, pas qu'à Montmartre, ça va rendre très agréables les sorties de la journée !

Écrit par : Dame Marthe | mercredi, 13 février 2019

Répondre à ce commentaire

Peynet, c'est bien notre époque...

Écrit par : Dame Marthe | mercredi, 13 février 2019

La fête des amoureux, ce devrait être comme la journée de la femme, toute l'année ! Tu as raison. Dommage pour les lettres et les photos.restent les souvenirs.

Écrit par : delia | mercredi, 13 février 2019

Répondre à ce commentaire

Qu'importe qu'on ait mal aux pieds, que le genou donne du fil à retordre,
il y a tous ces souvenirs...

Mais c'est vrai que la perte des lettres et des photos (ou leur devenir), je n'ose y penser. Plus tout ce qui est resté coincé à jamais dans notre mémoire.

Écrit par : Sophie | mercredi, 13 février 2019

Répondre à ce commentaire

les lettres, les photos, oui c'est ce qu'on doit regretter le plus

Écrit par : ang/col | mercredi, 13 février 2019

Répondre à ce commentaire

tu parles de 1999....
tiens, pourrais-tu nous dire en quelle année vous avez commencé à bloguer?
Bonne fête des zamoureux, cher Gout!

Écrit par : Coumarine | mercredi, 13 février 2019

Répondre à ce commentaire

j'ai brûlé toutes nos lettres echangées (attachées par paquets avec des rubans roses pour les miennes et bleus pour les siennes) le jour où mes fils étaient tombés sur une isolée et se tordaient de rire en la lisant! Je ne voulais pas les laisser à la postérité ...je ne pensais pas à l'époque que peut-être plus grands ça les aurait peut-être émus!
Ça a dû vous peiner de perdre les vôtres ...dommage vous écrivez si bien et tu parles si bien ....d'amour ....la preuve cette jolie note

Écrit par : emiliacelina | jeudi, 14 février 2019

Répondre à ce commentaire

PS : et ce titre qui aurait beaucoup plû à celle à qui on pense souvent ........

Écrit par : emiliacelina | jeudi, 14 février 2019

Répondre à ce commentaire

en effet, des gens dont la maison a été ravagée par un incendie déplorent la perte des albums de famille, c'est arrivé à un de mes élèves... tout le reste, on le rachète.

Écrit par : Adrienne | jeudi, 14 février 2019

Répondre à ce commentaire

tu aurais pu nous mettre une photo....! Je te comprends c'est triste de perdre nos souvenirs, pour cela il aurait fallu qu'on ne déménage pas...mais c'est la vie qui veut ça...il me reste un carte postale de mon premier amour...des fois je la regarde et je me demande ce qu'il est devenu...lol...pour les gouttes des yeux il y a une technique, mais c'est pas facile à expliquer par écrit....moi je suis obligée d'en mettre tous les soirs à cause des glaucomes ! Bon We sous le soleil...bisous.

Écrit par : Tarrah | vendredi, 15 février 2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire