Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 03 juin 2019

Le violon sur le toi...

Oui Mab, je sais, j’ai honte…

lakevio.jpg

Frais ombrages, amers ou doux secrets

On se découvre, on se frôle,

l
es baisers se donnent ou se volent.

En route pour l'été

Ou pour l'éternité...

A vous de composer.
PS : Phrase à inclure dans votre récit : 

"Une absence totale d'humour rend la vie impossible." 

Je lui ai demandé « Tu veux bien venir avec moi dimanche ? »
Elle m’a regardé puis, après un instant de réflexion, a répondu « Où ça ? »
Il était prévu du beau temps, j’ai pensé à une promenade dans les allées d’un bois parisien alors je lui ai dit « Nous promener au bois, Boulogne ou Vincennes, comme tu veux, ou ailleurs si ça ne te dit rien… »
Elle m’a dit qu’elle n’aimait pas Vincennes, qu’il y avait trop de monde, que le zoo et le lac attiraient plein de gens, que ce serait bruyant et trop animé.
Dimanche est enfin arrivé.
Mon dieu que j’ai attendu ce dimanche !
Habituellement, comme dit la chanson « Je hais les dimanches ! » mais pas aujourd’hui.
Elle a passé son bras sous le mien et nous avons pris le métro.
En sortant à Dauphine, je lui ai pris la main.
Elle l’a lâchée mais elle a bien voulu me redonner le bras.
Nous avons traversé la place et, après avoir évité immédiatement la route, nous nous sommes engagés sur un des nombreux chemins de traverse.
Nous nous sommes avancés vers le « Lac inférieur » dans l’intention de nous asseoir près de la berge.
Après quelques centaines de mètres dans les bois zonzonnants, elle m’a dit, serrant mon bras « Je n’aime pas la campagne. »
Puis « C’est plein de bêtes. »
J’ai pensé, « Évidemment, c’est plein de bestioles qui, comme moi, veulent te mordiller partout… » mais je ne lui ai pas dit…
Nous avons vu une petite clairière, ensoleillée comme dans un conte de fée.
Elle s’est arrêtée, a semblé hésiter un moment puis elle m’a pris la main et m’a entraîné. Nous nous sommes assis là.
Ses joues avaient soudain rosi, j’ai le cœur qui s’est mis à battre la breloque.
Elle a levé le menton vers le ciel et clos les yeux.
J’ai profité de l’offre et me suis penché sur ce cou délicat pour y poser mes lèvres.
Elle a sursauté mais m’a laissé continuer.
Nous étions sérieux, trop sérieux, son souffle s’est fait plus contraint.
Quand j’ai posé la main sur son genou, elle s’est levée brutalement en disant « Non, non, non ! J’ai peur ! »
Je me suis relevé, désolé et j’ai dit « on va boire un café ? »
Elle a dit « Oui je veux bien… ».
Un moment plus tard,  alors que nous traversions la place Dauphine elle m’a serré le bras et dit gentiment :
- Tu sais, je suis désolée…
- Ce n’est pas grave…
- Tu sais, j’ai paniqué… 
Partant du principe qu’une absence totale d’humour rend la vie impossible, j’ai répondu « Moi non plus… »
Elle a ri et m’a pris la main…

Commentaires

Beau et élégant. J'ai apprécié. On peut s'y reconnaître, au temps d'il y a longtemps...

Bonne semaine !

Écrit par : lakevio | lundi, 03 juin 2019

Répondre à ce commentaire

C'est une romance d'hier et d'aujourd'hui.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 03 juin 2019

Répondre à ce commentaire

Bon, la fin ne me dépayse pas, l'humour de Zhom est de cette trempe ! ;)

Écrit par : Fabie | lundi, 03 juin 2019

Répondre à ce commentaire

C'est comme jadis
Bien tournée ta narration
J'ai apprécié de te lire
C'est doux !

Écrit par : Rose63 | lundi, 03 juin 2019

Répondre à ce commentaire

un galant homme.... pas comme le mien...hum.. j'ai encore fait fort...

Écrit par : ang/col | lundi, 03 juin 2019

Répondre à ce commentaire

Si tout cela n'était pas parisien, on dirait que c'était au temps où Bruxelles Bruxellait !
Mais bon, il faudra de la patience, si elle a peur des petites bêtes… qu'est-ce que cela va donner quand elle verra le loup ?

Écrit par : alainx | lundi, 03 juin 2019

Répondre à ce commentaire

Jolie pastorale romantique...

A la prochaine promenade peut-être ???

Écrit par : Sophie | lundi, 03 juin 2019

Répondre à ce commentaire

"je hais les dimanches", moi non plus et je vois que nous avons des références communes, ma foi. Ton texte est délicieux et plein de malice. Cela me fait penser à la chanson, "un dimanche au bord de l'eau," tu n'avais pas mis ta chemisette à carreaux ?

Écrit par : delia | lundi, 03 juin 2019

Répondre à ce commentaire

C'est comme jadis
Bien tournée ta narration
J'ai apprécié de te lire
C'est doux !

Écrit par : Rose63 | lundi, 03 juin 2019

Répondre à ce commentaire

C est bien d avoir du tac.... elle t'en sera reconnaissante la prochaine fois, ce n est que partie remise .... meme si tu as dû faire contre mauvaise fortune bon coeur ....ca me rappelle.........

Écrit par : Emiliacelina | lundi, 03 juin 2019

Ce n'était qu'une approche, la prochaine fois ce sera moins romantique... enfin moins... enfin plus concret !

Écrit par : Praline | lundi, 03 juin 2019

Répondre à ce commentaire

Crois-tu qu'elle a compris ?

Écrit par : Gwen | lundi, 03 juin 2019

Répondre à ce commentaire

elle lui a fait passer son premier test et il semble concluant (si j'ose dire ;-))

Écrit par : Adrienne | lundi, 03 juin 2019

Répondre à ce commentaire

Lorsque l'humour et l'amour sont réunis, la vie fait de jolies étincelles !

Écrit par : Jerry OX | lundi, 03 juin 2019

Répondre à ce commentaire

On dirait du vécu... ah oui? Il y a des bêtes dans la nature ?

Écrit par : Pivoine | mardi, 04 juin 2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire