Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 16 juin 2019

La paille et la poutre.

En lisant la note d’Adrienne je suis devenu tout à coup pensif.
Pourquoi donc, me dis-je soudain, nous ingénions nous  à faire des choses qui non seulement sont inutiles mais sont de plus stupides et dangereuses.
Après les moissons, il y a dans les champs des tonnes de paille.
Je le sais bien, je suis assez vieux pour avoir connu le moment où les mômes allaient se rouler dans la paille.
Elle était souvent élevée en monstrueuses meules grandes comme des maisons.
C’était vraiment chouette et on y jouait à plein de trucs.
Et je sais, à me rappeler certains hurlements dans mon bled de vacances, qu’il n’y avait pas que les mômes à jouer dans la paille…
Mais bon…
Quelle idée, donc, à propos de paille, de se mettre à importer du pétrole, le « cracker » pour en tirer les matières plastiques puis créer les machines adéquates pour tirer de pâles copies de ce que la nature donne à profusion.
On importe du pétrole pour boire des sodas avec un engin dispendieux et inutile.
Sans compter que « la maladie du propre » contraint le fabricant à livrer ses fausses tiges de blé enveloppées unitairement avec un papier qui, pour fin qu’il soit, nécessite l’arrachage d’arbres qui n’ont rien demandé à personne.
Ce n’est pas que j’ai la fibre écologiste particulièrement développée mais je déteste ce gaspillage qui a réussi à faire entre dans la cervelle de la plupart de nos congénères le concept de « déchet ».
Mais où est-on allé pêcher qu’il y avait des déchets dans la nature ?
À part ceux que nous y semons ?
La nature ne crée pas de déchets !
Tout est recyclé sans qu’il soit fait appel à une machine autre que biologique elle-même alimentée par les déjections d’autres machines biologiques !
Il n’y a quand même que nous pour trouver que nos déjections sont trop bien pour être abandonnées à l’appétit d’insectes divers ou servir de terreau à des fleurs.
En plus, en y réfléchissant un peu plus, nous avons quand même une vague lueur d’intelligence : Nous sommes sûrement la seule espèce capable de créer des machines pour prouver que nous ne servons à rien.
Je connais même un géant du Net qui pense que nous serions tellement mieux sous forme de données et que ce serait l’immortalité.
Encore un qui ne s’est jamais aperçu que la description du parfum d’une fleur n’est pas le parfum de la fleur.
Il me vient à l’esprit une image rigolotte.
L’âme selon ce géant se fabrique.
C’est un tas de choses comme ça.

20190616_111849.jpg

Ça ne se crée pas comme ça.

20190616_111835.jpg

Ni comme ça :

20190616_113751.jpg

C’est pourtant ce qui donne tout son charme à la fabrication des êtres vivants…
Je pense que nous sommes menés en bateau par une poignée de cinglés.
Et je suis sûr que quand il apparaîtra que ça ne fonctionne pas, ils nous affirmeront, du haut de cet oxymore qu’est « la réalité virtuelle » que ce sont les événements qui se sont trompés…
Au lieu de suçoter la paille que nous devons acheter, on ferait mieux de retirer la poutre que nous nous sommes fourrée dans l’œil.



Commentaires

Tu veux faire naitre des circuits intégrés ?

Écrit par : heure-bleue | dimanche, 16 juin 2019

Répondre à ce commentaire

Je ne dirai qu'une chose deux plutôt :"Bien vu" !

Écrit par : delia | dimanche, 16 juin 2019

Répondre à ce commentaire

Excellentes, tes illustrations...
Euh, tu es sûr que c'était dans la paille, les galipettes ? C'est pas plutôt le foin, carrément plus doux ?enfin, moins gratteux...
Cela dit tu as raison. Le bon sens est la chose du monde la moins bien partagée, je crois. Surtout par les géants de l'imbécillité consumériste.
•.¸¸.•*`*•.¸¸

Écrit par : celestine | dimanche, 16 juin 2019

Répondre à ce commentaire

je pense comme Célestine, parce que chaque fois que j'avais couru dans la paille, je revenais avec les chevilles tailladées
bref, pour les galipettes je conseillerais le foin (douceur, chaleur et parfum assurés :-))

Écrit par : Adrienne | dimanche, 16 juin 2019

Répondre à ce commentaire

Faut pas confondre les meules de paille et le chaume !
Effectivement, courir dans un champ fraîchement moissonné est une épreuve !

Écrit par : le-gout-des-autres | dimanche, 16 juin 2019

Le foin pour les galipettes,
Les pailles en guise de "chalumeau"
et nos restes pour améliorer la terre...

C'est pourtant pas si vieux tout ça... On est vite oublieux et toujours avides de nouveautés.

Écrit par : Sophie | dimanche, 16 juin 2019

Répondre à ce commentaire

la paille ....le foin .... ouais ! Peut-être ! Mais l'herbe ?????? Y a pas mieux !!!! Super tes illustrations ! Mdr !

Écrit par : emiliacelina | dimanche, 16 juin 2019

Répondre à ce commentaire

Et la mousse douce et fraîche d'un sous-bois, non ?! :-)

Écrit par : Praline | lundi, 17 juin 2019

Écrire un commentaire