Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 26 août 2019

Madame lui fit faire une paire de lunettes roses et des souliers lilas

devoir de Lakevio Lilas Manet.jpg

Ah ça ! J’ai eu une riche idée de croiser, au hasard de mes pérégrinations dans l’œuvre de Manet, cette branche de lilas blanc.
Elle m’en a fait revenir le parfum dans le nez du fond de mon enfance.
J’avais pourtant bien enfoui ce fichu lilas mauve.
Celui qui me valut des homélies maternelles quasiment chaque vacances de Pâques.
Non ! Je ne veux rien dire de ces arbrisseaux qui meublaient l’allée qui longeait la maison de mes grands-parents entre la porte d’entrée et le jardin !
Je ne vous dirai rien de cette longue plate bande plantée de narcisses, de pensées et de giroflées où quelques violettes poussaient discrètement.
Au coin du mur qui nous séparait des B. un pied de lilas au coin semait ses surgeons de façon anarchique.
Je revois le haut des arbustes toujours entortillé d’une treille qui courait sur le faîte du mur.
J’avais pourtant bien dit que je ne parlerai pas de ce fichu lilas.
C’est râpé !
Évidemment que j’en parle. Bien obligé, d’abord c’est le devoir de ce lundi.
Mais je n’aime pas.
Chaque fois c’était la même chose.
Je sortais de chez mes fous pour aller chez ma grand’ mère.
Je dis ma grand’ mère alors qu’il y avait aussi le grand-père mais il causait peu.
Il faisait attention à ce que je ne lui « pique » pas des outils pendant qu’il tissait ses « araignées », celles qu’il vendait aux pêcheurs braconniers du coin.
Un fois là-bas, j’attendais le dimanche de Pâques.
C’est le seul dimanche de l’année où la messe est obligatoire.
C’était le seul dimanche de l’année où on ne m’obligeait pas à aller à la messe.
Mais ce lilas…
Ce fut toujours la même histoire pendant quelques années.
Je cherchais dans les fleurs de cette plate-bande les petits sachets d’œufs de sucre multicolores amenés là par les cloches me disait ma mère.
Je ne la croyais pas mais je me dépêchait parce que mon grand-père se livrait à une concurrence déloyale et effrénée dès que ma mère et ma grand’ mère avaient le dos tourné.
Quand j’en avais trouvé suffisamment, je sortais le nez des giroflées rouges et de leur parfum à la fois capiteux et acidulé pour sentir le lilas qui explosait en une efflorescence  mauve et d’odeur délicate.
C’est là que ça se gâtait, je tentais d’en arracher quelques branches et ça finissait toujours par une engueulade.
J’arrivais avec une poignée de brindilles décorées de ces petites fleurs mauves en forme de croix, les jambes pleines de griffures, peu protégées qu’elles étaient par une culotte courte.
Je tendais ce misérable bouquet à ma grand’ mère.
Je crois bien que c’est la seule fois de l’année où elle m’embrassait.
Enfin… M’embrassait… Plus exactement me tendait une joue rêche pour que j’y posasse mes lèvres.
Ma mère me collait une claque sur les cuisses parce que « je-t’ai-déjà-dit-mille-fois-de-ne-pas-cueillir-de-fleurs-dans-le-jardin-tu-vas-te-défigurer-les-jambes-en-tombant-de-l’arbre ! »
Puis elle m’embrassait à son tour parce que « tu-es-quand-même-un-gentil-petit-garçon-mon-chéri ».
Voilà pourquoi je ne voulais pas parler de ce fichu lilas.
Je me suis encore piégé tout seul à regarder ce tableau d’Edouard Manet…

Commentaires

c'est trop mignon :-) et comique en plus :-)

Écrit par : Adrienne | lundi, 26 août 2019

Répondre à ce commentaire

Quel adorable enfant tu devais être !
Moi non plus je n'aime pas qu' on cueille mes fleurs sans permission.

Écrit par : Berthoise | lundi, 26 août 2019

Répondre à ce commentaire

Evidemment, comme toujours, Adrienne dit beaucoup en peu de mots.

C'est là :

https://adrienne414873722.wordpress.com/

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 26 août 2019

Répondre à ce commentaire

Berthoise aussi l'a fait.
J'espère que la cible ne lit pas son blog...
Charmant règlement de compte que vous trouverez là :

http://berthoise.canalblog.com/

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 26 août 2019

Répondre à ce commentaire

Delia vient d'être emportée par une vague de nostalgie, accrochée à un bouquet de lilas.

C'est là

https://deshirondellesetdespapillons.blogspot.com

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 26 août 2019

Répondre à ce commentaire

Emilia-Celina aussi est emportée par la même vague de nostalgie.
Elle aime le lilas et les chansons que chantait sa mère.
Elle le dit très bien ici :

http://emiliacelina.canalblog.com/

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 26 août 2019

Répondre à ce commentaire

Gwen aussi l'a fait et le lilas lui donne l'occasion d'encenser Patachou et ça, j'aime.
C'est là qu'elle le dit :

http://bourlingueuse.canalblog.com

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 26 août 2019

Répondre à ce commentaire

Heure-Bleue vient de faire un bel éloge du cynisme !
C'est là !

http://heure-bleue.blogspirit.com/

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 26 août 2019

Répondre à ce commentaire

Je ne sais pas si après la lecture du devoir de la lumière de tes jours tu vas lui offrir un bouquet de lilas... ;)
Pour les enfants cueillir des fleurs dans le jardin pour les donner à des grandes personnes, c'est une preuve d'amour.
Ma petite puce, fait toujours des bouquets en partant de chez moi, mais je veille, sinon il n'y aurait plus aucune fleurs dans le jardin.

Écrit par : Fabie | lundi, 26 août 2019

Répondre à ce commentaire

Cest vraiment mignon, tu ne m'as jamais raconté que tu cueillais du lilas pour ta grand'mère.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 26 août 2019

Répondre à ce commentaire

C'est une très jolie histoire... je comprends que pudiquement tu hésitais à l'évoquer ;-)

Écrit par : Ambre Neige | lundi, 26 août 2019

Répondre à ce commentaire

C'est ben vrai ça ! Comme toi, j'aurais dû évoquer autre chose ou imaginer un récit moins fade que celui que je t'ai souis... Tu étais un garçon sensible et facétieux (je n'oublie pas "vive la mariée" ! )

Écrit par : Gwen | lundi, 26 août 2019

Répondre à ce commentaire

Ambre-Neige l'a fait et il est touchant et douloureux.

Mais il est à lire et c'est là :

http://enviededouceur.canalblog.com

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 26 août 2019

Répondre à ce commentaire

Mais oui! Il est quand même un gentil garçon notre Goût national..elle avait raison sa maman !

Écrit par : Emiliacelina | lundi, 26 août 2019

Répondre à ce commentaire

Pourquoi le lilas ravive les souvenirs ? Ta grand-mère me fait penser à ma grand-mère...Je les aime bien tes souvenirs berrichons !!! - elle était bien berrichonne ta grand-mère ?-
Bizarre de raviver nos souvenirs au mois d'août ; l'approche de la rentrée scolaire et de nos petits "triplés" qui vont entrer à la grande école !!! Dans 8 jours, ce sera fait..Ma fille, elle, entre vendredi...Elle aussi voit le temps qui a passé et qui va voir son ainé entrer à la fac...Je la sens stressée...Elle lui remplit les placards de tas de conserves, lui fait 1000 recommandations..
Moi, malgré les souvenirs pas marrants de ma mère, ce n'est pas du lilas que je lui offrais, mais des fleurs des champs..
Ah oui, malgré ton devoir "bizarre" de lilas au mois d'août, j'ai aussi ouvert ma boite à souvenirs..

Écrit par : julie | lundi, 26 août 2019

Répondre à ce commentaire

Je n'ai pas pu poster mon commentaire qui te disait simplement "Le Goût nous fait ouvrir la boîte aux souvenirs !"

Écrit par : Gwen | lundi, 26 août 2019

Heureusement que je ne suis pas tenu par ce devoir-là (j'en ai bien d'autres qui attendent d'ailleurs)! En plus, je n'ai aucun souvenir lié à du lilas - malgré le nom de mon blog.

Aïe, était-ce une manière subtile de me suggérer d'alimenter mon blog?

Écrit par : livfourmi | lundi, 26 août 2019

Répondre à ce commentaire

Je suis désagréablement "surprise" par le commentaire de "berlin dad" ou plutôt qu'on puisse dire ce genre de choses

Écrit par : Ambre Neige | lundi, 26 août 2019

Répondre à ce commentaire

Juliette aussi l'a fait !
Comme Emilia-Celina elle a sacrifié à la chanson réaliste du début du XXèmpe siècle.

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 26 août 2019

Répondre à ce commentaire

« Te défigurer les jambes », j'adore !
Et aussi le titre de ton billet, qui me rappelle une chanson que j'apprenais à mes élèves...
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : celestine | mardi, 27 août 2019

Répondre à ce commentaire

Il a bien fallu que j'associe le lilas (j'aime surtout le lilas mauve - tous les mauves et cela passe trop vite...) à une fiction que je balade en moi depuis très longtemps... Sinon, mon texte n'aurait pas été très fun.

Contrairement au tien, si poétique o;)

Je suis en retard. Hier, il faisait trop chaud pour ouvrir l'ordinateur ....................

http://uerbauolant.canalblog.com/archives/2019/08/28/37596672.html

Écrit par : Pivoine | mercredi, 28 août 2019

Répondre à ce commentaire

Finalement, Pivoine l'a fait.
Il est là :

http://uerbauolant.canalblog.com

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 28 août 2019

C'est plein de tendre pudeur tout ça. Ah les bons moments avec les grands parents !

Écrit par : delia | jeudi, 29 août 2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire