Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 27 octobre 2019

Journée de rêve...

Hier, je suis allé livrer la « bidouille » que j’ai faite pour mon ami, celui avec qui je ne m’entends sur rien.
La « bidouille » fonctionne selon le plan prévu.
On a donc pu n’être pas d’accord sur des tas d’autres sujets en déjeunant tranquillement d’un morceau de vache « pas de bœuf, tu comprends c’est moins bon, et mon boucher le choisit pour moi parfaitement maturé… »
C’était bon, même pour moi qui n’ai plus de goût pour la viande rouge depuis 1973 à cause d’un mauvais souvenir de tournedos bien trop tendre à mon goût.
Puis je suis allé retrouver mes trois merveilles place des Abbesses.
Arrivé quasiment mort après avoir gravi le pont qui surplombe le cimetière de Montmartre, je les ai trouvées toutes trois, Merveille, Heure-Bleue et P’tite Sœur, au manège.
P’tite Sœur, à peine descendue du manège a voulu quelque chose.
Elle veut toujours quelque chose, que dis-je elle veut toujours « quelques choses »…
Bon, de fait elle veut tout, on ne sait pas quoi exactement mais quelque chose d’autre qu’elle n’a pas.
Pour tenter de calmer cette « soif de choses » inextinguible, on est allé au café qu’on connaît.
En sortant, on est allé chez « Pain Pain » chercher… le pain.
J’ai toujours un petit pincement de souvenirs quand j’arrive rue d’Orsel mais P’tite Sœur  m’a coupé raide l’accès de vague à l’âme.
J’ai songé à la pousser sous un bus malgré les objurgations de la lumière de mes jours et de Merveille qui m’ont dit qu’avec l’Ours et JJF ça ferait des histoires.
En plus, il n’y a pas de bus, que des piétons et ils hésitent toujours à cause d’une sensiblerie mal contrôlée à piétiner les petites filles.
Surtout quand elles ont de si jolis yeux, de si beaux cheveux et les mains magnifiques que je vous ai montrées hier.
Bref, pas moyen de s’en débarrasser, heureusement que si elle est capricieuse, elle n’est pas rancunière.
On la dispute, elle tape du pied puis te fait des bisous en papillotant des cils.
Alors, même quand il n’y a pas de témoins, je ne la gifle pas…
Une fois calmée après que j’aie lancé à la cantonade « Il n’y aurait pas un trafiquant d’organes dans le coin ? J’ai devant moi des organes tout neufs à céder ! », le premier moment de stupeur passé chez les passants, elle m’a fait un bisou et nous sommes allés prendre le « Petit train de Montmartre » pour revenir à la maison.
Le problème ? Aller du début de la rue d’Orsel à la rue Azaïs en passant par la place du Tertre, eh bien… Comment dire… L’absence de la moitié des éponges se fait cruellement sentir…
Ça nous a permis, à Heure-Bleue et moi, d’être scandalisés par le remplacement d’une douzaine de chevalets et de trois caricaturistes par une gigantesque terrasse aux noms connus depuis Aristide Bruant mais pleine de néons et de faux quinquets électriques.
Même les amoureux ne s’aiment plus, ils n’ont pas le temps, ils s’aiment eux-mêmes, ça se voit bien : Ils font des « selfies », ce symbole de « l’egocratie ».
Nous avons tout de même admiré Paris.
P’tite Sœur a dit, émerveillée « Ooohhh !!! On voit toute la ville, c’est bôôôô !!! »
C’était bien, comme dit une nana que je connais.
Enfin, que je connais un peu…

rue d Orsel.jpg

C'est une chouette rue que la rue dOrsel, non ?
Et la place qui change de nom au gré des célébrités théâtrales.

Commentaires

Ah, elle est comme ça, Petite Soeur ? elle est pas parfaite et elle met ta patience à rude épreuve ?
Apparemment, elle a quand même compris jusqu'où elle peut aller et un bisou arrange tout.

Et puis, elle doit savoir que Merveille elle est, Merveille elle restera

---
Tiens, il y a peu, j'ai pensé à vous en regardant un "concours" de boulangeries : y participait une boulangerie située à Montmartre,tenue par des très jeunes à un angle "aigu" de rue : du bio, du bio, encore du bio, et un bel assortiment pâtissier. J'ai pensé que, peut-être, ils faisaient les crêpes préférées d'Heure Bleue ???

Écrit par : Sophie | dimanche, 27 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Tu es philosophe dis-donc ! Bon, je suppose que Petite Sœur a compris depuis longtemps qu’elle pouvait agir ainsi, et qu’elle s'arrête juste à temps ! J’ai toujours été surprise par les enfants qui réclament sans cesse quelque chose et ne sont jamais satisfaits, ils sont déçus mais de quoi ?

Profitez bien du séjour de vos petites filles. Grâce à vous ce seront des Parisiennes qui apprécient Paris.

Écrit par : Anita | dimanche, 27 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Elle réclame, on dit "non", elle passe à autre chose...

Écrit par : le-gout-des-autres | dimanche, 27 octobre 2019

La mienne (même âge) passe à autre chose jusqu'à la fois suivante (grande mémoire, cela peut être 2 mois après).
Son frère ne passe jamais à autre chose...et c'est très compliqué !
Continuez à bien profiter.

Écrit par : Fabie | dimanche, 27 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Si c'est beau la rue d'Orsel ? C'est pas moi qui dirai le contraire ! Quand à P'tie soeur, elle a la boulimie de ce qu'elle trouve à son goût, surement. Déçue ? Sans doute parce que l'artificiel ne compense pas le rêve et que ce qu'elle imagine est tellement plus beau que ce qui lui est proposé.

Écrit par : delia | lundi, 28 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

tiens ça me rappelle quand un des tits- gamins de mon ami , passait son temps à me demander ce qu'il n'y avait Pas , avec grande fréquence et insistance , et prévoyant ensuite ce qu'il avait demandé , c'était autre chose...........

Écrit par : epalobe | lundi, 28 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

J'aime beaucoup quand vous racontez des histoires de vos petites filles...

Écrit par : Pivoine | lundi, 28 octobre 2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire