Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 11 novembre 2019

Devoir de Lakevio du Goût N° 15

Vous m’avez forcé à travailler, lectrices chéries, et je déteste ça.
Mais bon... Au boulot, donc ...

*
***

Degas_toilette_Met.jpg

J’admirais cette beauté.
Avec envie je la contemplais, jaloux aussi de sa souplesse.
Pas seulement de sa souplesse et pas seulement parce qu’à mon âge j’aurais été bien en peine, assis sur le pouf du cabinet de toilette,  de poser le pied sur le bord du meuble.
Je regardais ébloui, ce dos, et ce sein hélas en partie masqué par une jambe dont la peau pâle donnait envie de croquer dedans.
Enfin… Croquer… Oh ! Pas mordre, oh non !
Seulement croquer à la façon dont les chats vous mordillent pour vous montrer qu’ils vous aiment.
Je l’admirais donc, trouvant la suggestion plus excitante elle-même que la vision de ce qu’on devine…
C’est à ce moment qu’elle m’a dit :
- Ah ! Au fait, je m’en vais ! 
- Mêêêê…
Bêlai-je, abasourdi.
Tout en finissant calmement d’essuyer son pied, bon sang que de beauté, elle a ajouté :
- Ah ! Au fait, tu sais, le garçon avec qui tu m’as vue au café…
- Euh… Non.
Je ne l’avais pas remarqué, tout occupé en la regardant à rêver à des choses qu’on ne dit pas mais qu’on fait et qui me semblaient tout à coup compromises.
- Eh bien, c’est lui que j’aime !
J’ai sursauté :
- Mais enfin ! Cette nuit… Tout de même… 
- Eh bien c’était la dernière !
- Mais pourquoi ?
- Parce que lui au moins il est jeune ! 
Elle me l’a expliqué, se cachant vaguement cette fois-ci en se relevant du pouf, contrairement aux autres matins où elle prenait un malin plaisir à me tenter de ce qui me serait interdit jusqu’au soir.
J’en ai retiré que non seulement je craquais du dos la nuit, ronflais mais que lui au moins se préoccupait de protéger la Terre.
En plus il l’avait convaincue que non seulement manger de la viande c’était mal mais que même porter des chaussures cuir ne se faisait pas.
J’ai surtout compris qu’il avait un futur que je n’avais plus et que mon avenir, contrairement au sien, était derrière moi…
Quand elle fut habillée, elle me planta deux baisers sur les joues, remplit ses deux sacs et, avec un culot de commissaire  me dit « Tu m’accompagnes à la gare ? Il habite la campagne… »
Je suis donc descendu, « bien élevé » malgré tout.
J’ai même porté les sacs…
Pendant le trajet j’eus droit à tous les poncifs sur l’exploitation des animaux, le confort des chaussures à semelles de bois et autres billevesées comme les loups qui devraient discuter avec les agneaux plutôt que sauter dessus pour les bouffer...
Je l’ai abandonnée sur le quai et ai une dernière fois admiré sa démarche et le balancement de hanches que je savais si accueillantes…

Rembrandt,_bue_squartato,_1655,_02.jpg

Je suis ressorti de la gare, plutôt triste mais la surprise du lever et la beauté à sa toilette m’avaient empêché de prendre mon petit déjeuner.
La vie ne perdant jamais ses droits, je fus tiré de ce cauchemar par la faim.
Rien que la constatation de mon appétit me consola de la perte de ma camarade de jeux.
Peu porté au sentiment élégiaque, au lieu d’un immense chagrin j’éprouvai soudain un sentiment de liberté qui me gonfla aussitôt la poitrine.
Je me rendis compte alors que j’étais non seulement un peu vexé de m’être fait jeter mais surtout affamé.
Mon estomac commençait à gronder et je me mis à rêvasser à quelque repas pantagruélique.
Je me suis rappelé qu’il y avait une excellente boucherie sur le boulevard.
Je m’y suis arrêté et j’ai bien fait.
Derrière la vitrine, un bœuf était accroché qu’on venait de livrer et qui attendait d’être débité avant de rejoindre l’armoire réfrigérée.
Cette grande carcasse que je voyais, pleine de filet, de côtes, d’entrecôtes, de poire, d’aloyau, de merlan, de bavette, me faisait saliver d’avance.
Même, en haut de la carcasse, je discernais un morceau oublié là par le boucher.
De l’araignée que je n’appréciais que modérément car j’en trouvais le goût trop marqué.
Tout en maugréant quand même après ce jeanfoutre jeune, plein de dents blanches, de muscles et de cheveux, j’ai poussé la porte.
En entrant m’échappa « Je t’en foutrais, moi du véganisme ! Connard ! »
Je pensais avoir dit ça in petto aussi je fus surpris d’entendre le boucher me dire « Bonjour Monsieur ! Ah vous avez bien raison Monsieur ! » 
Je me suis rappelé alors que pour le boucher j’étais censé être un intellectuel alors j’ai tempéré mon propos d’un sentencieux :
- Tout de même, ce n’est pas parce qu’on les bouffe qu’on doit en plus maltraiter les animaux… 
- Vous avez bien raison, Monsieur, vous savez que je viens de recevoir du veau de Galice ? Une pure merveille…
- Il est comment ?
- Parfait, une maturation de trente jours pile !
- Une côte alors, s’il vous plaît.
- Une dizaine de minute au gril à pas plus de 55°C à cœur.
Le boucher m’a délesté d’une fortune…
Plein d’enthousiasme, je me suis alors lancé à la recherche de quelqu’une qui partagerait mon goût pour la vie à deux, les crus de Bourgogne et le veau de Galice…

Commentaires

Moi, c'est l'onglet qui me fait saliver.
Bravo, le Goût, j'aime beaucoup ce morceau de choix.

Écrit par : Berthoise | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

et tu as trouvé :-)
(moi aussi c'est l'onglet, avec ou sans échalotes ;-))
mon devoir est fait
https://adrienne414873722.wordpress.com/2019/11/11/i-comme-intimite/

Écrit par : Adrienne | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

C'est là: http://leeloo11.over-blog.com/2019/11/a-fleur-de-peau.html

Écrit par : livfourmi | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Adrienne nous rappelle que le cabinet de toilette n'était pas si souvent disponible quand Degas courait après les danseuses.

C'est là :

https://adrienne414873722.wordpress.com/2019/11/11/i-comme-intimite/

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Livfourmi vous rappelle, lectrices chéries que les suites d'un câlin ne sont pas toujours faciles à gérer...

C'est là :

http://leeloo11.over-blog.com/2019/11/a-fleur-de-peau.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Alainx nous raconte un détail à propos de Marat.
Imprudent, il oublie de parle de Charlotte Corday mais il nous renseigne sur les confusions dues aux prénoms...

C'est là :

https://alainx3.blogspot.com/2019/11/speculations.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Ou comment faire d'une pierre deux coups...
Bravo, Le Goût!

Écrit par : Ambre Neige | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Berthoise me ramène plus de 60 ans en arrière avec son histoire de douche et de toilette.
J'ai aimé.
C'est là :

http://berthoise.canalblog.com/archives/2019/11/11/37778619.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Coumarine nous avertit des risques de l'abus de câlin et de poses en des positions mauvaises pour les articulations.
C'est bien vu et c'est là :

https://coumarine.blogspot.com/2019/11/cest-la-faute-dedgard.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Delia semble avoir passé un délicieux week-end.
Elle le raconte là :

https://deshirondellesetdespapillons.blogspot.com/2019/11/et-vlan-passe-moi-leponge.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Les changements de sujets du devoir ont rendu Fabie perplexe.

C'est là :

http://monparcourscancerdusein.eklablog.com/la-valse-des-tableaux-a175558432

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Heure-Bleue nous rappelle des choses basiques.
D'abord qu'avant de pleurer sur la vache en regardant un steak on devrait s'aviser qu'on maltraite les humains un peu partout dans le monde.

C'est là :

http://heure-bleue.blogspirit.com/archive/2019/11/10/fais-moi-mal-johnny-3143536.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Sylvie de L nous rappelle que le boeuf est tué avant de finir dans notre assiette et nous raconte l'enfance du veau.

C'est là :

http://etcaeteraet.canalblog.com/archives/2019/11/09/37774938.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Tu as réuni les deux textes. Bien joué pour ce coup.

J’ai rendu un devoir aussi . Un pour chaque consigne, d’ailleurs.

Écrit par : Val | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

J'ai planché sur le bœuf.

Écrit par : Yvanne | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

"lui il est jeune"... et paf prends ça, mon pauvre ! c'est une ingrate...
Elle t'a excité, alors que moi pas du tout :-)
Je me suis forcée, pour toi, mais j'ai fait un seul devoir (enfin... si on peut dire, un peu détourné) (voilà que maintenant on nous colle deux interros, ça va plus du tout !)
http://prali.canalblog.com/archives/2019/11/11/37779829.html#comments

Écrit par : Praline | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Je passerai lire les textes en fin de journée ...

Écrit par : Praline | lundi, 11 novembre 2019

Finalement, Val ne s'est pas suicidée et à vu chez Degas quelque chose qui ne me serait jamais venu à l'idée.
On voit bien que ces temps ci elle a un moral d'enfer, rien qu'à lire la nouvelle précédente, qui traite "Le bœuf écorché"...

C'est là pour Degas :
http://motsdeval.canalblog.com/archives/2019/11/11/37778482.html
Et là pour Rembrandt :

http://motsdeval.canalblog.com/archives/2019/11/08/37773828.html

Une autre vision du bonheur, en somme...

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Praline n'aime pas qu'on la regarde sous la douche.
Elle a peur de rester coincée du dos si elle lève la jambe...

Cest là :
http://prali.canalblog.com/

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Yvanne m'a ramené chez ma grand' mère maternelle en deux phrases.
Elle sait aussi bien que moi (probablement mieux que moi) comment on estourbit puis dépiaute un lapin...
Et comme Heure-Bleue elle stigmatise l'hypocrisie de l'Homme...

C'est là :

http://yvanne19.canalblog.com/archives/2019/11/09/37775518.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Il est là ! A l'arrache mais il est là…

http://etcaeteraet.canalblog.com/archives/2019/11/11/37779904.html

Le Goût, compenser sur la bouffe n'est pas approprié !

Écrit par : SdL | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Sylvie de L a aussi fait le devoir -que j'adore- sur Degas.
Hélas on ne peut commenter.
Dommage, j'avais des tonnes de compliments à faire...
C'est là :

http://etcaeteraet.canalblog.com/archives/2019/11/11/37779904.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Tu as drôlement bien bossé, 2 devoirs c'est beaucoup !
Et l'araignée, c'est bon l'araignée, enfin c'était bon, c'est un souvenir d'enfance !

Écrit par : Fabie | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

A force de vous lire ici et là cela m'a donné envie de participer :-)

Écrit par : Ambre Neige | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Deux en un, c'est Byzance pour toi, et plein de saveur, en plus. Avec ton veau de malice, tu as donc dégoté une perle rare ? Une qui ne t'enverra pas paître, et qui n'ira pas voir ailleurs si l'herbe est plus verte, Une qui aimera le boeuf bien mature ?
Je n'ai pas fais aussi bien que toi, mon devoir est ici : http://deshirondellesetdespapillons.blogspot.com/

Écrit par : delia | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Avis aux blogueurs de Canalblog, la plateforme "déconne", on peut vous lire (et encore pas toujours) mais pas commenter...

Écrit par : Fabie | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Si canalblog fonctionnait correctement, j'aurais pu lire le devoir d'Ambre-Neige.
Hélas, comme souvent canalblog, comme toujours est riche surtout de bugs...

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Colombine nous peint les sombres pensées d'une fille de maison close.
Et un rêve qui hélas ne sera réalisé qu'à moitié parce qu’une fois chez elle, elle se trompe, il passera des hommes : Un maçon, un plombier, un électricien, un peintre, un plâtrier, un tapissier, etc.
Car que ce n’est pas avec son expérience professionnelle qu’elle aménagera la maison.
Hélas, l’homme reste parfois utile…


http://demainestunautrejour.eklablog.com/c-est-pas-tous-les-jours-qu-elles-rigolent-parole-parole-a175734100

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

tu as fait d'une pierre deux coups !

Écrit par : ang/col | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Et? L'as-tu trouvée, cette personne qui partage ton goût pour la vie à deux, les crus de Bourgogne et le veau de Galice?

Écrit par : livfourmi | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Oui, pour les crus de Bourgogne on s'est calmé (le Bordeaux est plus digeste) et nous ne mangeons maintenant que très peu de viande.

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 novembre 2019

Pour info Julie a fait son devoir :
http://cearriveenfrance.over-blog.com/2019/11/devoir-du-gout-devoir-de-memoire.html

Et sur canalblog les devoirs de Praline et Ambre ont disparu...

Écrit par : Fabie | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Juliette l'a fait.
Elle nous parle de plein de choses, dont la toilette, justement.
Elle en dit ça "frotte moi le dos chéri et n'en profite pas, hein !"

Je ne peux que dire que s'il en a profité, il a eu raison, la vie est trop courte pour rater des occasions comme ça...

Son devoir est là :

http://cearriveenfrance.over-blog.com/2019/11/devoir-du-gout-devoir-de-memoire.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Mon dieu !!!! Comme elle lève bien la jambe!!!!! Dire que j'ai été aussi souple..... mais je n'ai jamais posé le pied si haut.....j 'aurai été fichue de me casser la binette !!!!!
Normal que tu te sois fait des idées ...c'est bien une rousse qui t'jeté" ? et u es resté gentleman jusqu'au bout ? Chapeau !!!!!
Qia,d même : gonflée la nana !

Pour les "vegans" c'est comme toujours ....poussé à l'extrême c'est ridicule et hypocrite !

Écrit par : emiliacelina | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Et tu l'as trouvée, non ?
J'espère ne pas être punie pour avoir différé mon devoir...

Écrit par : Gwen | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Je constate que tu as su faire d'une pierre deux coups !
Pour ce qui est de la demoiselle, si elle se met « à la colle » (j'ai gardé une vieille tendresse pour cette ancienne expression de nos jeunesses…) avec un végan, c'est certain, elle va perdre les rondeurs qui la caractérisaient.
Quand elle aura les seins en gants de toilette, peut-être qu'elle reviendra vers toi ! En disant : mon chéri c'est vraiment toi qui en « veau » la peine…

Pour ma part, je m'en suis tenu à des faits historiquement avérés par Alain Decaux !
https://alainx3.blogspot.com/2019/11/speculations.html

Écrit par : alainx | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Passant à table, j'en avais oublié de commenter ici et de mettre ton lien at me...oubli réparé..
Trop fort et trop drôle d'avoir 2 devoirs pour le prix d'un...concilier une femme à sa toilette et une carcasse de bête, on est trop fort, nous les vieux...J'aime ton devoir positif, malgré le coup vache qu'a fait la demoiselle au vieux monsieur, mais bon, il a eu droit à un dernier cadeau. Comme tu dis, rien ne veau un bon steak...J'aime la viande saignante et j'aime aussi les veaux..Vraiment, l'être humain a 1000 facettes...

Écrit par : julie | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Trop mal fichue pour rester devant l'écran, j'irai lire les textes quand je le pourrai.

Écrit par : Praline | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Ouf ! Vite fait, bien (ou mal) fait j'ai pondu un texte sur la toile de Degas. C'est ici :
Yvanne19@canalblog.com
Pas eu le temps de lire tous les textes. J'y reviendrai.

Écrit par : Yvanne | lundi, 11 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Navré, on ne peut pas commenter chez toi.
Tu es la seconde à avoir décrété que cette jeune femme à sa toilette gagnait sa croûte dans un bordel.

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 11 novembre 2019

Canalblog débloque que depuis plusieurs jours.
Je n'ai pas eu le temps de lire encore tous les textes. Effectivement, ayant regardé vite fait, je vois que Colombine a aussi pensé que la fille à la toilette était une fille de joie. Mais une différence entre les deux textes : j'ai écrit un dialogue entre le peintre et son modèle et nous sommes dans l'atelier. ;-)

Écrit par : Yvanne | mardi, 12 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Bien d'accord avec Yvanne : Canalblog débloque ! J'ai posté en retard lundi... mais j'ai dû re-publier il y a dix minutes...

Écrit par : Gwen | mardi, 12 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

D
Non, je lis petit à petit,
mais hélas, je ne peux rester longtemps devant l'ordi (le fichu temps !!!) et je commenterai dès que je le pourrai.

Écrit par : Sophie | mardi, 12 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Ah, tu t'es très vite consolé mais tu as bien raison. Qu'est-ce qu'ils (elles) ont tous (tes) à vouloir de la chair fraîche ? C'est dans les vieilles marmites...etc...etc...
Hé ami le Goût et le veau du Limousin alors ? Elevé sous la mère et tendre et goûteux comme les pommes du même coin; les pommes de Chirac naturellement !
Je dis bravo pour tes deux textes conjugués. Ça c'est une riche idée. Chapeau bas M'sieur. ;-)

Écrit par : Yvanne | mardi, 12 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire