Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 18 novembre 2019

Devoir de Lakevio N° 16

vélo.jpg

Dites moi, lectrices chéries, vous ai-je déjà parlé de ma grande sœur ?
Elle s’appelle Anne, Colette, Marie, Florence  et non Anne, Françoise, Marie, Florence comme je l’avais écrit il y a peu.
Pris d’un doute, je l’ai appelée hier et elle a corrigé ce que je pensais.
Je peux toujours avancer une excuse du genre « ouais mais les autres prénoms on s’en sert pas, c’est normal qu’on oublie… »
Mais nom, bien que je l’ai appris il y a plus de soixante-cinq ans et ne me sois servi que de « Anne », je n’aurai pas dû oublier.
Mais pourquoi diable vous parlé-je de ça ?
Ah oui… Cette histoire de vélo…
Ma grande sœur –si ça continue je vais devenir Fernand Raynaud…- ma grande sœur, donc, quand elle eut environ quinze ou seize ans, « tapa » nos parents, « Le cousin François », « La cousine Beline », son parrain fils du cousin François, sa marraine lointaine que je n’ai jamais vue, le grand-père qui n’avait jamais une thune mais planquait des sous partout dans des boîtes, la grand’mère, mon père qui a dû claquer la moitié de ses « heures sup’ » dans l’affaire, bref tout le monde.
Elle finit, grâce à je ne sais quelle fête ou occasion, par pouvoir acheter « Le vélo ».
Un vrai ! Un « vélo de fille » avec le cadre qui permettait de se mettre en selle sans trop dévoiler d’anatomie.
Il fut acheté au maréchal-ferrant de la place, en face de l’épicerie-graines-maison de la presse de notre cousine, celle qui habitait près de notre grand’mère.
Mon dieu que ce vélo était beau et suscitait de convoitise !
Il était blanc et neuf et fut équipé plus tard de deux sacoches qui ne servirent jamais à autre chose que le décorer.
Il était si beau qu’il en fallait absolument un à ma sœur cadette et moi.
C’était un magnifique vélo Peugeot avec même de quoi protéger les chevilles et les mollets de la graisse grâce à un carter de tôle laquée blanc ouvragée.
Ma sœur cadette et moi avions beau être promenés sur le porte-bagage, c’était insuffisant.
Mus par la jalousie, nous convînmes qu’il nous fallait à nous aussi un vélo.
La chance nous servit.
En allant près du canal en direction de l’étang, tout près du déversoir nous aperçûmes un vélo appuyé contre un arbre.
Vélo vieux mais seul et, nous parut-il, surtout abandonné.
Nous savions que le vol c’était mal et la propriété privée sacrée.
Mais nous savions aussi que ce qui était abandonné appartenait au premier qui le trouve.
Passant et repassant sur le chemin de halage, moi tenant ma sœur cadette par la main car ma mère m’aurait tué après une semaine de torture si « Souricette » était tombée dans le canal, nous attendîmes.
Pour nous un temps long n’était que celui qui usait notre patience.
Ce temps long, d’après le clocher de l’église que nous regardions chaque minute, n’excédait pas une heure.
Cette heure écoulée, nous nous appropriâmes donc le vélo noir et vieux avec la bonne conscience qui sied aux âmes pures et je pédalai jusque chez la grand’mère, « Souricette » sur le porte-bagage et m’enserrant la taille de ses bras.
Taraudé par un scrupule tardif sans doute, nous laissâmes le vélo contre le muret de la maison qui donnait sur la rue…
« MON GARÇOOOON !!! » hurla la grand’mère.
Je me précipitai à pas aussi petits que possible et eus droit à une claque sur la cuisse.
« Le père V. n’est pas content ! Il est revenu de la pêche à pied et a vu son vélo contre la maison ! Petit voleur ! »
Je n’ai plus jamais eu de vélo.
Cette affaire m’avait guéri du cyclisme…

vélo ancien femme.jpg

Commentaires

Avant de chaparder le vélo du voisin - ouh, que c'est mal - tu avais certainement taxé le vélo de la grande sœur pour savoir piloter jusque chez mère-grand avec la petiote sur le porte-bagage. Ou alors, tu avais la science infuse.
Parce que moi, vois-tu, quand j'ai piqué la première fois - il y en a eu bien d'autres - le vélo de mon grand-père, le garde champêtre, je suis directement allée dans le fossé le plus proche de la maison familiale. Pas glorieux !

Si vous voulez aller faire un tour - pas de vélo évidemment - chez moi, c'est ici :
yvanne19@canalblog.com

Écrit par : Yvanne | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

J'aime bien ton histoire. Pour ma part, le vélo n'a jamais été mon ami, je ne me souviens que des chutes les rares fois où je me suis hasardée à essayer... je n'ai donc pas fait le "devoir" mais j'ai saisi l'occasion de parler vélo en racontant l'exploit d'autres personnes, merci de m'en avoir donné l'occasion.

Écrit par : tanette2 | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Quand j'ai lu que tu évoquais Fernand Raynaud, j'ai de suite pensé à une histoire d'éléphant... ah mais non, l'éléphant c'était sur la 2CV :-)
Le père V. n'était quand même pas sympa, il n'avait qu'à reprendre son vélo sans rien dire, pfff.
J'ai également évoqué un souvenir, bien moins étoffé que le tien mais j'ai passé tellement de temps à chercher cette fichue photo !
http://prali.canalblog.com/archives/2019/11/18/37797523.html#comments

Écrit par : Praline | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

tu as quand même refait un deuxième devoir :-)
c'est une chouette histoire!
mon p'tit vélo est ici: https://adrienne414873722.wordpress.com/2019/11/18/p-comme-poulidor/

Écrit par : Adrienne | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Durant l'Occupation que mon grand âge me permet d'avoir subie, le vol de vélo était devenu un sport national... mais il n'était pas possible d'en acheter de neufs, sauf à avoir des ''bons'' de métaux, comme il en fallait aussi pour les pneus... et tant d'autres choses !
J'ai bien aimé ton récit, qui t'a guéri du cyclisme. Mais suis-tu le Tour de France ? Pas à vélo, bien sûr, mais à la TV ? J'en connais qui, pour ne pas avouer leur passion, disent que c'est pour voir comme la France est belle...
Je ne sais pas, parce que je n'en ai rien à faire du vélo, et la France, je préfère la visiter ''de visu'' !
Mon decoir est ici : http://bourlingueuse.canalblog.com

Écrit par : Gwen | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Adrienne nous parle d'un terrible concurrent de Poupou !

C'est là :

https://adrienne414873722.wordpress.com/2019/11/18/p-comme-poulidor/

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Yvanne me chipote sur une affaire de Bourganeuf mais elle a fait un devoir qui nous apprend des choses.

C'est ici :
http://yvanne19.canalblog.com/archives/2019/11/17/37797625.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Tu m'en veux ? J'écris très souvent second degré. Mais il est vrai que l'on peut ne pas aimer.

Écrit par : Yvanne | lundi, 18 novembre 2019

@Yvanne
Mais je n'ai rien dit (ni pensé) de tel !

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 18 novembre 2019

...parce que je te chipote, tiens ! C'est sans malice mais tu ne m'as pas dit ce que tu en pensais en définitive. :-)

Écrit par : Yvonne | lundi, 18 novembre 2019

Tanette nous parle de vélo sans avoir fait le devoir mais il faut le lire quand même.

C'est là :

http://tanette2.blogspot.com/2019/11/ou-lon-parle-de-velo.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Praline cherche encore une photo où elle est sur un vélo bleu, jeune et en pleine forme.
Elle cherche encore et ne trouve pas mais nous montre quelques vélos...

C'est là que vous verrez ces vélos mais ans elle :

http://prali.canalblog.com/archives/2019/11/18/37797523.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Tu dois pouvoir te rattraper, dans Paris à vélo, c'est plus en vogue que les transports en commun à notre époque !
J'ai eu le mien tardivement et je me souviens de ma première chute, un virage en épingle à cheveu mal négocié au bas d'une courte descente et me voilà dans les orties. J'ai fais des progrés depuis, surtout en écriture et mon devoir est ici : http://deshirondellesetdespapillons.blogspot.com/

Écrit par : delia | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Alainx suit Yves Montand, il court après Paulette et l'a "pécho" !

C'est là :

https://alainx3.blogspot.com/2019/11/ce-lundi-ca-se-passe-comme-ca-pour-la.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Gwen a modifié quelque peu la destinée du Raymond auquel je pensais.
Mais elle fait ça très bien et clos sur des nouvelles de son garage.

Vous pourrez la lire ici :

http://bourlingueuse.canalblog.com/archives/2019/11/17/37796624.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Graine de délinquant va !
Quand on est un vieux monsieur sérieux, on attache son vélo, d'abord.
Mais tu avais de la chance, une tape sur la cuisse...

Écrit par : SdL | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Heure-Bleue viens de finr de tomber de vélo, elle n'a jamais ét douée pour le vélo et le raconte très bien ici :

http://heure-bleue.blogspirit.com/archive/2019/11/16/devoir-de-lakevio-du-gout-n-16-3143741.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Délia nous fait partager une connaissance encyclopédique du cyclisme français.
Et elle le fait là avec talent :

https://deshirondellesetdespapillons.blogspot.com/2019/11/raymond-tout-simplement.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Vous auriez pu finir dans le canal petits vauriens, ton fils suivant tes traces a également emprunté un vélo à Groix, je sais d'où vient l'exemple.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

SdL nous raconte quelque chose qui remue chez moi d'autres souvenirs.
Elle dit une histoire que je trouve émouvante à cause des souvenirs qu'elle ravive chez moi.
C'est égoïste je sais, mais que voulez-vous, elle raconte de si chouettes histoires, Sylvie.

Lisez la ici :

http://etcaeteraet.canalblog.com/archives/2019/11/15/37791238.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Pivoine nous parle de sa brève expérience de la "petite reine".
C'est la seule, avec Heure-Bleue à avoir oublié comment "on fait du vélo".

C'est là :

http://uerbauolant.canalblog.com/archives/2019/11/18/37796736.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Tes histoires sont toujours aussi drôles, et tu me fais beaucoup plus rire que Raymond Devos... effectivement il y a quelque chose de Fernand Raynaud dans ta manière de raconter.

Lol... petits vauriens...

Chez moi c'est là, http://uerbauolant.canalblog.com.

Écrit par : Pivoine | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

On peut apprécier à sa juste valeur l'échelle du temps de ta rigueur morale naissante !
Un vélo une heure contre un arbre = un vélo abandonné…
un truc à écrire dans le code pénal pour faciliter le partage des richesses !

Écrit par : alainx | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Emilia nous raconte un échec retentissant.
Polo n'a réussi qu'à tomber, jamais à avancer en vélo.
Le vélo ne lui a servi qu'à tomber.

C'est là :

http://emiliacelina.canalblog.com/archives/2019/11/18/37791877.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Ah, là convoitise!

Est-ce que ça t’a aussi vacciné non pas du vol, mais du fait de récupérer ce qui se trouve abandonné ?

Écrit par : Val | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Val semble avoir des problèmes avec le vélo et pas qu'avec le vélo...

C'est là :

http://motsdeval.canalblog.com/archives/2019/11/18/37794112.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Tu étais un chenapan Le Goût, mais un gentil chenapan que ne pensait pas à mal et qui prenait soin de sa petite sœur.
Voilà, je viens de poster enfin mon devoir...Quand même, ne pas faire un devoir qui parle de vélo quand demain, on va enterrer Poupou, ce n'eusse pas été bien de ma part. Moi, je parle d'un qui a gagné un Tour mais qui a été oublié dans l'histoire du Tour, celui qui a gagné le Tour 56. Qui se rappelle de lui, à part mon mari et moi ! Je me demande qui serait capable ici de dire son nom sans aller faire un tour chez moi. Avouez ?

Écrit par : julie | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Juju nous rappelle un oubli scandaleux ici :

http://cearriveenfrance.over-blog.com/2019/11/parlez-moi-de-velo-a-dit-le-gout.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Il y a erreur sur le lien pour venir me lire, mais ce n'st pas grave, voici le bon :
http://tanette2.blogspot.com/2019/11/ou-lon-parle-de-velo.html

Écrit par : tanette2 | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

C'est là:
http://leeloo11.over-blog.com/2019/11/debranche.html

Écrit par : livfourmi | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Livfourmi, malgré sa répugnance, a trouvé quelque chose à dire sur le vélo.
Bon, elle explique surtout comment ça endort bien le téléspectateur qui espère toujours que quelqu'un n'aura pas sombré dans la sieste...
Manifestement, elle n'aime pas le vélo...

C'est là, c'est succinct mais très clair :

http://leeloo11.over-blog.com/2019/11/debranche.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Colombine nous donne une leçon de sportivité imparable.
On sent bien là sa confiance dans l'humanité.

Vous pourrez profiter de la leçon ici :

http://demainestunautrejour.eklablog.com/sabotage-a177560768

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Écrit par : Berthoise | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Drôlement concise, Berthoise...

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 18 novembre 2019

chenapan peut-être mais sans malice..... même pas l'idée de poser le velo ailleurs que contre le mur de la maison !!!

Écrit par : emiliacelina | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

qui vole un vélo, vole un boeuf !

Écrit par : ang/col | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

C'est la raison pour laquelle tu n'aimes pas le vélo ou c'est à cause de l'effort à fournir?

Écrit par : Livfourmi | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

L'effort, Liv, l'effort...
Mais je me débrouillais très bien en vélo.
Quasiment acrobate, sans tenir le guidon, tout ça, même dans les virages.
Ouais m'dame !
Mais ça m'a passé quand on a cessé d'aller à la maison de campagne .

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 18 novembre 2019

Toc, Toc,
J'apporte mon devoir. Le devoir du lundi soir !
C'est ici:
http://www.jeanjacques666.eu/archives/2019/11/18/37800404.html

Écrit par : jeanjacques666 | lundi, 18 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

JeanJacques666 nous trace un chemin intéressant, un chemin parcouru à bicyclette sur des routes champêtres.

J'ai trouvé ce cheminement qui passe par Venise et sa destruction inévitable à cause de nos comportements à tous, tout à fait passionnant.
C'est là :

http://www.jeanjacques666.eu/archives/2019/11/18/37800404.html

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 19 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Lers membres divers et variés du corps médical me prennent beaucoup trop de temps, et je grappille de ci - de là quand j'ai une minute de tranquillité. Pour commenter c'est plus difficile.

Bon, ton devoir, que je pensais n'avoir qu'à relire, a bien changé depuis la semaine dernière. J'aime bien celui - ci et je dois t'avouer que je n'ai aucune difficulté à t'imaginer en petit gredin !

J'ai aussi une petite histoire de vélo. Entre les années où les trains se sont raréfiés pour disparaître et l'arrivée de lignes de bus fiables, mes soeurs ont eu successivement le même vélo pour aller en cours puis pour commencer leur vie professionnelle dans la ville voisine.

Elles sont parties. Le vélo est resté. Pourquoi ne l'aurais-je pas emprunté ??? Parce que ma mère me l'avait interdit - parce qu'elle ne voulait pas que je m'éloigne en compagnie de "copines" plus âgées (il n'y en avait pas de mon âge) et qu'elle voulait que je sois à portée de son oeil vigilant et surtout qu'elle voulait que, ce dimanche-là, je l'accompagne chez ma soeur aînée ....

Mais voilà à la campagne, les réjouissances sont rares, et il y avait une kermesse à un joli endroit "la source d'eau chaude" (l'eau ferrugineuse....) dans le village voisin après la traversée de la forêt domaniale - et ça c'est pour faire bien, parce que ça n'a aucune incidence sur mon histoire.

Bref, j'avais "tanné" ma mère pour avoir un beau pantalon noir et je l'étrennais ce jour-là.
J'empruntais donc le vélo et nous voilà parties.... oh pas très loin, car ô rage ô désespoir, j'avais oublié de serrer le bas des jambes du pantalon qui mirent un malin plaisir à se coincer dans le dérailleur et moi de chuter cul par-dessus tête avec une blessure à la jambe et un superbe accroc au pantalon.....

Chute et fin de mon histoire d'amour avec le vélo.

Écrit par : Sophie | mercredi, 20 novembre 2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire