Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 13 janvier 2020

Devoir de Lakevio du Goût No 22

devoir de lakevio du gout_22.jpg

L’après-midi s’éteignait doucement tandis que je regardais la voiture s’éloigner vers le sud.
Je savais que c’était le sud.
Quand c’est le début de l’été et que la lumière de fin d’après-midi « à la Monet » frappe la maison en face, je sais qu’elle vient de l’ouest  et que la route mène vers le sud.
Et ça ne me console pas car « elle » s’en va.
Pour une fois qu’elle avait bien voulu venir déjeuner chez moi, j’avais tout fichu par terre.
Encore un de ces mots débiles et malvenus qui m’échappent toujours au moment où je devrais me taire.
La journée était pourtant une de ces journées ou tout semble prévu pour donner une idée du paradis.
L’apéritif que j’avais préparé fut léger, d’autant plus léger qu’elle aimait plutôt les sirops à l’eau que les alcools.
Je n’avais pas même osé boire le « baby » dont je me délectais par avance.
J’avais reposé dans le placard la bouteille de « Lagavulin » avec quelque regret mais je m’étais même senti gêné et il m’aurait semblé audacieux,  presque déplacé, de boire de l’alcool alors qu’elle semblait si sage avec son envie discrète d’une simple menthe à l’eau.
Elle avait, m’avait-elle dit « peur des alcools qui risquaient de lui faire perdre de la retenue ».
En homme bien élevé, du moins le pensais-je, j’avais obéi et lui avait servi la menthe qu’elle avait réclamée.
Une chance qu’il y en ait eu, réservée aux rares enfants de la famille qui venaient parfois me rendre visite.
Je l’avais servie, puis étais retourné vers le placard et j’avais trouvé une bouteille de sirop de grenadine.
Je préférais nettement ça à la menthe…
Je la regardais un peu à la dérobée tandis que nous parlions à bâtons rompus, de choses et d’autres.
Surtout d’autres pour ne pas avoir à aborder de sujet trop personnels.
Quand j’ai dit « On passe à table ? » elle a souri, détendue puis s’est levée d’un mouvement élégant de danseuse.
J’ai fait semblant de ne pas voir l’éclair pâle de sa jambe découverte un instant et l’ai précédée pour tirer sa chaise, troublé au-delà du raisonnable.
Au moment du dessert il y eut un bref instant de gêne dans la conversation quand je l’ai fait rire et qu’à pouffer elle a échappé une miette de gâteau qui s’est envolée par-dessus la table.
Je l’ai rattrapée au vol et la lui ai rendue posée sur le bout de l’index.
« Vous pouvez la reprendre, si vous voulez… »
Elle m’a seulement jeté un regard indécis puis s’est lancée et m’a pris le doigt d’une main douce et récupérée « sa » miette d’un petit coup de langue tout en me regardant.
C’est exactement là que j’aurais dû chuchoter un « merci » discret puis me taire et simplement goûter l’instant, profiter de son charme et de la douceur du moment.
Mais non… J’ai dit bêtement « c’est tout ? » avec un petit rire assez vulgaire je le reconnais.
Elle a lâché ma main, jeté sa serviette sur son assiette, s’est levée, a attrapé sa veste et s’est enfuie sans un mot.
Et je suis là, comme une andouille, à regarder sa voiture s’en aller vers le sud…

Commentaires

Adrienne nous raconte une aventure, édulcorée certes, mais aventure tout de même.
C'est là :

https://adrienne414873722.wordpress.com/2020/01/13/k-comme-kilimandjaro/

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 13 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

Alainx raconte quelque chose de bien fichu.
Une aventure terrible.
Il a été trop pressé et a pris pour une invitation ce qui n'était que le résultat d'un mouvement involontaire.

C'est là :

https://alainx3.blogspot.com/2020/01/la-beaute-brune.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 13 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

Coumarine nous raconte une histoire de quête.

C'est ici :

https://coumarine.blogspot.com/2020/01/conte-pour-rien.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 13 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

un homme pressé, un mot mal placé et tout le jeu de cartes s'écroule ;-)

Écrit par : Adrienne | lundi, 13 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

La vie de Fabie est parcourue de drames que cette maison lui rappelle.

Lisez la ici :

http://monparcourscancerdusein.eklablog.com/lorsque-la-vie-bascule-a179908812

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 13 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

Heure-Bleue a fait un devoir dont j'espère qu'il ne fut pas qu'un devoir...

C'est là :

http://heure-bleue.blogspirit.com/archive/2020/01/10/devoir-de-lakevio-du-gout-n-22-3145785.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 13 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

Tu as manqué de délicatesse, dommage pour toi.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 13 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

oh! Elle aurait dû t'envoyer une réponse peut-être un peu vache...mais ficher le camp comme si tu avais dit que tu voulais la violer...... je trouve que finalement sa façon de récupérer sa miette pouvait prêter à confusion... c'était une hypocrite !

Écrit par : emiliacelina | lundi, 13 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

Ambre-Neige nous réveille en fanfare ce matin.
Qui aurait pensé que cette maison aurait un tel effet ?
Allez vite en prendre de la graine ici :

http://enviededouceur.canalblog.com/archives/2020/01/13/37936835.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 13 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

Houla !
Passionculture me rappelle une aventure voisine...
J'ai beaucoup aimé son récit.
C'est là :

http://passionculture.be/2020/01/06/cest-la-rentree/

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 13 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

A la lourdeur des sentiments ! En fait tu l'as peut être échappé belle, quelqu'un de si discret, presque mijoré est rarement de bonne compagnie, et puis tu ne t'imagines pas ta vie durant mesurer tes propos, faire attention aux miettes, ne pas boire d'alcool tout de même !
Pour ma part ce décor ne m'a pas paru enchanteur du tout mais m'a plutôt fait penser à une réalité bien concrète ces derniers temps.
http://deshirondellesetdespapillons.blogspot.com/

Écrit par : delia | lundi, 13 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

Excellent ton texte !
Parfaitement mis en scène.
On dirait du Philippe Djian… ce n'est pas peu dire !

Écrit par : alainx | lundi, 13 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

Delia nous rappelle durement la genèse de ce que nous vivons maintenant.

C'est là et c'est à lire attentivement.

https://deshirondellesetdespapillons.blogspot.com/2020/01/savez-vous-pourquoi-je-suis-venue-ici.htm

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 13 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

En fin de compte, elle a bien fait de partir... Sans cela, tu ne serais pas avec HB ! Bénis ta balourdise

Écrit par : Gwen | lundi, 13 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

Colombine nous rappelle (efficacement comme toujours) que certaines choses marquent profondément, pas que la chair et empêchent de grandir.

C'est là :

http://demainestunautrejour.eklablog.com/

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 13 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

Elle est bien susceptible la ptite dame..S'offusquer d'un mot, sommes toute gentil, t'as pas de regrets à avoir...T'as trouvé mieux...Ha, ha.
Voilà, mon devoir est à ta disposition...

Écrit par : julie | lundi, 13 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

Juliette nous rappelle, comme Délia mais sous un autre angle, la genèse de ce que nous vivons maintenant.

C'est là

http://cearriveenfrance.over-blog.com/2020/01/devoir-du-lundi-ces-villages-abandonnes-par-l-etat.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 13 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

pas de regrets : c'était une mijaurée (et probablement une hypocrite), bon vent !

Écrit par : ang/col | lundi, 13 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

N'ayant pas encore lu les autres devoirs, je vais seulement commenter le tien: ben dis donc, j'en reviens pas que tu aies pris autant de rateaux dans ta jeunesse.
Je crois bien qu'avec celle-ci, bien qu'elle ait eu la jambe appétissante, je crois bien que tu ne peux que te féliciter de son départ.

Écrit par : Sophie | lundi, 13 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

Certes, j'ai pris des râteaux mais pas plus que la moyenne des gens de mon âge à l'époque.
(plutôt moins parce que j'ai vu assez tôt qu'il vaut mieux être patient et attendre que courir.)
C'était la rançon de l'adolescence des sixties.
Là, il s'agit simplement d'une histoire pour le "devoir de Lakevio du Goût"

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 13 janvier 2020

Merci pour ton appréciation. Voilà toutefois le lien correct : http://passionculture.be/2020/01/13/le-garcon-de-74/

Écrit par : Passion Culture | lundi, 13 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

Nous allons pouvoir constituer un recueil d'occasions manquées ;-) !

Écrit par : Passion Culture | lundi, 13 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

Ce sera probablement une des œuvres les plus longues de la littérature contemporaine...

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 14 janvier 2020

---> Le Goût : mais bien sûr. J'ai remarqué, et je le fais moi-même, que les commentaires sont souvent une réponse aux textes et non pas à une réalité .

Écrit par : Sophie | lundi, 13 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

Ta chute m'a fait penser à l'excellent dialogue de la Cité de la Peur.
-Vous prendrez bien un whisky ?
-Juste un doigt...
-Mais vous ne voulez pas un whisky d'abord ? :-)

•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : celestine | lundi, 13 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

Aïe, effectivement, le merci passait mieux.

Écrit par : livfourmi | mardi, 14 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

Gwen nous conte avec beaucoup de retard un amour déçu et avec une semaine de retard la débâcle de l'armée allemande.
J'ai beaucoup aimé.
C'est là :

http://bourlingueuse.canalblog.com/archives/2020/01/15/37944288.html

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 16 janvier 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire