Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 23 février 2020

La traversée du dessert…

Ouais, bon… C’est dimanche…
Hier nous sommes allés traîner.
D’abord chez « notre » Turc manger un « döner », le meilleur que nous connaissons.
Puis nous avons parcouru quatre kilomètres de trottoirs.
Tous trottoirs pleins de choses déjà vues mais que nous aimons revoir.
Nous y avons tous deux des souvenirs, parfois les mêmes, parfois différents…
Nous avons croisé ainsi la cité de Trévise.
Nous la connaissons bien.
L’amie d’enfance d’Heure-Bleue y habita un moment un studio minuscule.
Heure-Bleue et moi y avons le même souvenir d’un après-midi délicieux.
Nous écoutions tous trois un disque de Barbara, l’album orange « L’aigle noir ».
Elle y chantait, si mes souvenirs sont exacts, et ils le sont, « Hop là ! »
Pendant la chanson, l’amie d’enfance s’en est allée faire quelques courses pour le dîner.
Nous étions jeunes, assis sur la moquette grise.
La chanson suivante était, je l’ai encore dans l’oreille, « Je serais douce ».
C’est une chanson qui donnait plein d’idées à commettre en privé.
Las, l’amie d’enfance est revenue à temps…
Barbara a commencé à chanter « Amoureuse » mais l’instant était passé.
Nous avons parlé d’autre chose…
Nos pérégrinations nous ont ensuite fait passer devant le « Bouillon Chartier », bénédiction de la jeunesse désargentée des années soixante et soixante-dix.
Il y a maintenant chaque jour, une queue digne d’une boucherie soviétique des années cinquante.
Hier c’était une queue de Parisiens en veine de sortie pour profiter de l’absence de touristes chinois…
Nous sommes évidemment passés rue Vivienne, devant le café où la lumière de mes jours allait manger « le meilleur croissant de Paris » avant d’aller faire croire à son patron qu’elle ne volait pas l’argent qu’il lui versait.
Puis devant « La Une » bistrot aujourd’hui disparu où nous déjeunions parfois pour une somme si modique qu’on ne pouvait pas appeler ça une somme.
Nous avons continué vers la Bourse pour aller ensuite vers l’ancienne Bibliothèque Nationale, dans « notre » café du passage Vivienne.
Nous avons fini notre périple à l’Opéra pour y attendre le 95 qui nous ramènerait chez nous.
Comme « Elle » dit : C’était bien.
Très bien même…
Le « Bouillon Chartier » ?
C’est ça, sauf qu’avant les serveurs étaient tous habillés comme Charlot  :

bouillon Chartier.jpg

 

Commentaires

Quand on arpente des souvenirs heureux,
on perd quelques années !
Fût-ce le cas ??

Écrit par : Sophie | dimanche, 23 février 2020

Répondre à ce commentaire

j'y ai mangé un jour, c'était carrément... euh... pas bon (je reste polie ;-))

Écrit par : Adrienne | dimanche, 23 février 2020

Répondre à ce commentaire

Merci pour cette note bien rafraîchissante, les souvenirs heureux font un bien fou au moral ! vos promenades journalières vont reprendre avec la venue du printemps... vous allez nous régaler de vos récits qui se terminent par : "c'était bien" ! bonne soirée les amoureux !

Écrit par : Francelyne | dimanche, 23 février 2020

Répondre à ce commentaire

Ah oui, cela devait être très bien !

Écrit par : Anita | dimanche, 23 février 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire