Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 15 mars 2020

Tendre jeudi. Enfin presque...

ONSV3151__04.jpg     

Ambre-Neige disait vendredi dernier être allée se promener dans la forêt de Montmorency.
Plus précisément faire le tour de l’étang qui borde le « Château de la Chasse ».
Ce « Château de la Chasse » a ravivé chez moi un souvenir qui eut pu être un souvenir pénible.
Que je vous dise, lectrices chéries.
Ce château, sis à Montlignon n’est qu’à une encâblure de Domont.
Or, à deux stations de train de là, à Sarcelles, j’avais un copain. B.
C’était mon copain quand j’étais dans ma première cinquième.
Il prenait le train tous les matins pour se rendre au lycée.
Je dis « tous les matins » car il lui arrivait de me rejoindre aussi le jeudi…
Il traversait ainsi de bonne heure des villes aussi étranges et inconnues de moi que Groslay ou Deuil-la-Barre.
J’allais de temps en temps chez lui le jeudi.
Il habitait un appartement qui me semblait immense, avec plus de deux pièces, avec « les cabinets » dans la maison et pas dans l’escalier, il y avait aussi une salle de bains avec l’eau chaude qui coule du robinet et pas de la bassine sur le gaz, il avait aussi une chambre séparée de celle de ses parents.
Le luxe total en somme.
En plus de cette habitation luxueuse il avait aussi des idées moins luxueuses.
Et une propension à faire autant de bêtises que moi.
Il me proposa un jeudi du troisième trimestre d’aller chez lui.
Il avait une idée géniale.
C’était de fait une idée absolument géniale.
J’allais donc chez lui.
Dans le train, les passagers regardaient avec commisération ce petit garçon qui avait encore sur l’œil droit un pansement assez gros pour envelopper un genou adulte, résultat de l’expérience aérospatiale malheureuse de la fin du premier trimestre.
Je descendis à Sarcelles, allai chez B. qui me dit « attends-moi, je prends un truc important ! »
Il revint de la cuisine -grande la cuisine, j’en bavais d’envie- avec une grosse pelote de ficelle.
« Tu vas voir. » m’affirma-t-il.
Je le suivis jusqu’à la gare, il me demanda si j’avais un peu de sous.
J’avais.
Peu mais largement assez pour acheter un aller-retour Sarcelles-Domont.
Arrivés à Domont il me demanda « Tu connais pas le Fort de Domont ? »
Non… Je ne connaissais pas. Alors je le suivis jusqu’à une forêt pleine d’écriteaux proclamant « Danger ! Munitions enterrées ! Ne pas s’éloigner des sentiers ! »
Évidemment, quelques centaines de mètres parcourus, la première chose que nous fîmes fut de sortir du sentier.
« Te tracasse pas, je connais » me dit B.
Dans un coin plein de buissons, il m’entraîna et nous commençâmes à fureter.
Il cria soudain « Ça y est ! J’en ai une ! »
Une grenade ! Une vraie, une avec la goupille encore dedans.
Nous cherchâmes parmi les noisetiers ce qui conviendrait le mieux à la réalisation de notre brillant projet : Un noisetier dont deux branches adjacentes seraient assez basses pour éviter les éclats.
Nous trouvâmes.
Je tins la grenade pendant qu’il liait la ficelle à la goupille de la grenade.
À l’époque nous ne savions évidemment pas que ça s’appelait une goupille et notre science nous parvenait d’illustrés comme « Battler Britton », célèbre pilote de chasse anglais.
Nous coinçâmes la grenade dans le « lance-pierre » formé par les branches et déroulâmes la pelote de ficelle jusqu’à atteindre une distance qui nous sembla assez grande.
Nous nous mîmes à plat-ventre et B. me donna la pelote et tendit la ficelle.
Il tira d’un coup la ficelle et nous mîmes nos mains sur les oreilles.
Rien…
Pendant plusieurs secondes.
Alors que nous allions nous relever pour voir, l’explosion retentit et nous fûmes couverts de débris de branches et de feuilles de noisetier.
Nos genoux s'entrechoquèrent restrospectivement, nous poussâmes un soupir de soulagement et jurâmes de ne pas recommencer l’expérience…
Mais ce fut un jeudi super chouette !

Commentaires

En lisant trop vite, j'ai cru que la grenade lui avait fait partir l'oeil...
Mais non, c'est de toi que tu parlais, garnement !
Un chouette jeudi qui aurait pu tourner au tragique...
Bises
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : celestine | dimanche, 15 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Oh purée! c'est donc une anecdote authentiquement DANGEREUSE! D'ailleurs, arrivée au terme "fort de Domont" (que je connais très bien, j'ai habité pas loin dans mes tendres années) j'ai commencé à ne plus sourire du tout.........

Purée....

Écrit par : Ambre | dimanche, 15 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Ah... Je vois que tu connais...

Écrit par : le-gout-des-autres | dimanche, 15 mars 2020

Tu n'en a pas raté beaucoup, pas étonnant qu'il te manque des pièces

Écrit par : heure-bleue | dimanche, 15 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Tu faisais une collection de ... bêtises pour nous les raconter plus tard ???

Écrit par : Sophie | dimanche, 15 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Ah ah j'adore ce commentaire!

Écrit par : Ambre | dimanche, 15 mars 2020

Ca me rappelle... Ah oui, je ne tiens plus de blog ! Dommage.

Bises.
Restez bien à la maison !

Écrit par : lakevio | dimanche, 15 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Rallume ton blog !

Écrit par : le-gout-des-autres | dimanche, 15 mars 2020

Oui, oui rallume le !

Écrit par : Fabie | dimanche, 15 mars 2020

Tu faisais fort quand même !!!
Heureusement que mes fils ont été plus sages...
Leur père, du même âge que toi, a fait exploser, je ne sais plus quoi, et a eu les cheveux brûlés, puis il a joué à Guillaume Tell avec un copain, c'est votre génération qui veut çà ;)

Écrit par : Fabie | dimanche, 15 mars 2020

Répondre à ce commentaire

c'est fou, j'en ai la chair de poule...

Écrit par : Adrienne | dimanche, 15 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Mes trois enfants ont fait des choses à peu près du même tonneau... mais ma fille Hélène m'a dit il y a peu que je ne saurais jamais tout ce à quoi ils ont échappé, car mon coeur ne le supporterait pas... même si je n'ai pas le coeur malade.
Hervé a disparu, mais même Pierre ne veut pas parler !
Les gosses ont parfois beaucoup de chance !

Écrit par : Gwen | dimanche, 15 mars 2020

Répondre à ce commentaire

....et tu avais encore le pansement sur un œil! .... tu aurais vraiment mérité des baffes ! Tiens! Je t'en colle une rétrospectivement !

Écrit par : emiliacelina | lundi, 16 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Psst, psst, tout va bien ? J'ai vu que plusieurs avaient fait des devoirs fort intéressants...alors, je me pose des questions vu que ni toi, ni HB n'avez posté...Moi, je vais m'y coller tout de suite..

Écrit par : julie | lundi, 16 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire