Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 18 mars 2020

Je vais redevenir beatnik.

beatnik.jpg

 

Hier, premier jour de « résidence surveillée avec permission de sortie pour raison impérieuse.»
Nous avons toujours, Heure-Bleue et moi une « raison impérieuse » pour aller traîner mais là, c’était plus difficile.
Notre santé est assez bonne pour sortir et assez chancelante pour que la pharmacie soit une « raison impérieuse » alors nous sommes descendus.
Nous n’avons rien trouvé.
Il paraît, d’après les dires de la boulangère, que « le Carrouf d’en bas » a été livré, que cinq camions ont rempli le magasin.
Comme nous ne manquons pas encore de papier toilette nous avons remonté la rue Lamarck jusqu’à la rue Damrémont.
La tentative d’acheter des légumes se solda par un échec retentissant.
Le marchand de légumes, un Chinois, m’a confié :
- Je n’ai presque plus rien à vendre, pas de livraisons, alors je ferme et pars en vacances.
- En Chine ?
Il s’est départi de son calme.
- Ça va pas, non ?
Alors j’ai laissé tomber.
Je n’ai pas toujours envie de sortir mais ce qui me gêne le plus, c’est qu’on me l’interdise..
Ce matin, en faisant ma toilette, je me suis rendu compte que je commençais à ressembler à Hagrid, le gardien hirsute de Pudlard, le pote de Harry Potter.
Après m’être lavé les cheveux j’ai eu la surprise désagréable de voir mon rasoir les accrocher dès qu’il approchait des oreilles.
Ce confinement a quelque chose de rafraîchissant : La mode « Hippy » est de retour !
Du moins dans la coiffure…
Un autre détail rappelle les années soixante, le silence des rues.
Un peu plus prononcé toutefois car s’il y a la même circulation modérée, il y a peu de monde dans les rues.
Nous, qui habitons contre le cimetière de Montmartre, constatons le même silence de part et d’autre du mur qui nous en sépare.
Même les corbeaux semblent retenir leurs croassements.
La radio diffuse tout de même des nouvelles qui sont par moment réjouissantes.
Il semblerait que les populations européennes aient trouvé une occupation pour combler l’ennui du confinement.
J’ai ainsi appris incidemment qu’il n’y avait pas que le papier toilette qui avait contribué à l’augmentation du PIB.
La radio m’a annoncé le plus sérieusement dumonde que les ventes de la version moderne de la machine du bon docteur Mortimer Granville avaient explosé.
Heure-Bleue, toujours pragmatique a soulevé une question d’importance en ces temps de livraisons compromises.
« Mais comment diable se sont-ils procuré ces sex-toys ? »
Nous savons tous deux ce qu’il convient d’en faire mais la question est là : Comment sont-ils arrivés chez les clients ?
Cela dit, en période de confinement, leur usage peut faire partie « des raisons impérieuses »…

Vibro.jpg

 

Commentaires

Bonjour camarade confiné…
La mode « Hippy » est de retour !
Ha, ha, que je te raconte, tout pareil chez nous...Ce matin, j'ai dit à mon mari "t'as vu à quoi tu ressembles, dès que tu auras pris ta douche, je vais essayer de te couper les cheveux ? " Il devait aller chez le coiffeur cette semaine...3 mois qu'il n'y est pas allé..Il m'a dit
"je vais d'abord chercher le pain, je ne veux pas qu'on voit ma tête esquintée"...Donc, toujours pas d'actualité, car en rentrant, il a dit "un autre jour".
Sinon, je viens d'éteindre la radio, je n'en peux plus des mauvaises nouvelles, je n'en peux plus d'entendre les auditeurs égrener leurs emmerds, leurs malheurs, le président des scientifiques nous annoncer l'apocalypse, nous menacer de dire au gouvernement d'être encore plus dur si, d'ici 2 ou 3 jours, les gens ne sont pas plus responsables (à cause des connards qui se croient tout permis dans la rue, en bord de mer par exemple ou sur certains marchés. Ce matin, entendu à la radio, un qui a dit hier après-midi à la Baule "demain, on va aller pique-niquer avec les enfants sur la plage, je fais ce que je veux.....Pas que lui d'ailleurs, des dizaines de gens qui se croient déjà en vacances d'été sur les plages...A cause d'eux, notre petit moment de promenade va être supprimé…Pour nous qui avons un jardin, c'est moins grave, mais je pense à ceux qui vivent dans des logements riquiquis, dans des rues où le soleil ne pénètre pas…D'ailleurs, je me demande comment la police va réussir à faire obéir les gens dans certains quartiers, cités. J'aimerais bien voir à quoi ressemblent certains quartiers dans les grandes villes.
Bonne journée...

Hélas, la radio éteinte, c'est le silence total...pas de voiture comme hier matin, plus de "Jean s'en Foutre" au bord de l'eau, mon mari m'a dit "le boulanger a quand même pris des précautions, traits au sol, pas plus de 3 personnes dans le magasin...vendeuse avec gants et masque..le mari était tout seul..Il a acheté du pain pour 2 jours..
Bon confinement...Cet après-midi, j'irai au soleil sur la terrasse, je suppose que j'entendrai les petites filles d'à côté jouer dans leur cour, là, silence radio, elles doivent être à l'école avec maman ou papa (école maison)...pas un chien qui aboie…
Ouf, j'ouvre la fenêtre, les oiseaux sont là..

Écrit par : Julie | mercredi, 18 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Je n’ai presque plus rien à vendre, pas de livraisons, alors je ferme et pars en vacances.
- En Chine ?

Ha, ha, je ris jaune.

Écrit par : Julie | mercredi, 18 mars 2020

Répondre à ce commentaire

si je comprends bien après l'Ausweis, ça va être la carte de rationnement ;-)

Écrit par : Adrienne | mercredi, 18 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Tout comme toi, je ressens l'exaspération d'être "obligée" de rester à la maison alors qu'il m'est facile en temps ordinaire de me confiner (ou presque) volontairement. Et puis le silence pesant... Contente ce matin d'entendre perceuse chez le voisin ou tondeuse sur la pelouse. Ah la bonne odeur d'herbe !
Nous avons constaté que dans notre rue les queues collécollé étaient de mise... Nous allons réduire nos sorties.

Bonnes bises. L'arbre de votre cour doit avoir ses bourgeons. Contemplation...

Écrit par : lakevio | mercredi, 18 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Lakévio ! Bonjour à vous ! Le Goût a repris courageusement le flambeau... Mais vous nous manquez...

Écrit par : Pivoine | jeudi, 19 mars 2020

Je pense, en ce qui me concerne, que cela va être l'occasion de tester les cheveux gris...

Écrit par : Fabie | mercredi, 18 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Chez nous la tondeuse a repris du service. Sauf notre fils, frisé hirsute qui attendait que les cheveux soient longs pour aller chez le coiffeur. Le moment venu, il ne va plus oser sortir….
Quant au Chinois, pourquoi pas des vacances en Italie ou en Espagne ?

Écrit par : SdL | mercredi, 18 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Alors là, le silence des rues dans les années soixante à Paris, tu es sûr ? Dans ton quartier peut-être mais certainement pas au coin de la rue de Liège et de la rue d'Amsterdam où habitaient mes grands-parents. Il y avait tout le temps des embouteillages et ça klaxonnait, tout le monde klaxonnait, c'était l'enfer. J'ai vu ma grand-mère, qui ressemblait à une vieille dame de Faizant, taper avec son parapluie sur le capot d'une voiture en intimant au chauffeur l'ordre d'arrêter. Ce jour là, je suis passée d'un sentiment de peur (elle va se faire taper dessus) à un sentiment d'admiration mitigée (elle est folle mais j'adore son caractère).
Je vais sortir promener mon chien (je n'ai pas de chien), une promenade d'une heure dans la nature, c'est chouette ! Mon fils et son fils (5 ans) ont construit hier un moulin à eau (on a vu les photos du gamin à l'oeuvre avec marteau et pinces), ce matin il a emmené les deux (la seconde va avoir 2 ans) voir les moutons et, tout à l'heure, il nous a envoyé une photo de sa femme en plein télétravail (allongée dans le grand hamac avec son fils, apparemment ils dorment) !
Bref, on n'est pas égaux devant ce cataclysme (même si mon fils va perdre toutes ses primes qui font une partie non négligeable de ses revenus).
Depuis hier, je pense beaucoup à un copain d'Amnesty qui dirige un supermarché, aux SDF qui trouveront encore moins de places au 115, aux personnes âgées très isolées et aux familles à l'étroit dans un HLM sans possibilité d'aller se dégourdir les jambes et fatiguer les enfants.

Écrit par : GM | mercredi, 18 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Je parle de 1960 à 1967.
Il y avait encore des heures de calme dans la circulation.
Evidemment, du côté de Saint Lazare ou de l'Opéra, c'était klaxonnant...
Après 1968, ce fut le b..del 24/24...

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 18 mars 2020

Elle fait drôle d'usage de son joujou, la dame sur la photo.

Écrit par : Berthoise | mercredi, 18 mars 2020

Répondre à ce commentaire

La loi interdit la publication d'autres usages.
Et mon blog n'est pas sponsorisé par Jaquie ni Michel.
Sinon le Web me proposait des images beaucoup plus explicites.

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 18 mars 2020

— « Vibre Ô ma sœur ! » supplie le moine.
— « Je branle, je branle ! » répondit-elle en sonnant la cloche à toute volée.
(Extrait des riches heures du couvent de la place des Abbesses — 1412)

Écrit par : alainx | mercredi, 18 mars 2020

Répondre à ce commentaire

aucune pénurie alimentaire ici, le carrefour est plein à part les pâtes et le papier toilette. Mon vieux voisins m'a vendu des oeufs et offert une salade de son jardin.

Écrit par : ang/col | mercredi, 18 mars 2020

Répondre à ce commentaire

dommage qu'il ne fasse pas pousser le papier-toilette. ;-)

Écrit par : le-gout-des-autres | mercredi, 18 mars 2020

M'est avis qu'ils ont commande les sextoys sur Internet!

Écrit par : val | jeudi, 19 mars 2020

Répondre à ce commentaire

J'allais répondre comme Val, sur internet, les sextoys (ce mot-là va faire grimper tes statistiques en flèche, on va croire que tu fais du marché noir o;)
d'ailleurs, le marché noir a très vite fait sa réapparition aussi. Le PQ se vend sur facebook market, parfois, c'est pour rire, contre une Audi, mais bon... Quand même.

Nous n'en sommes qu'à 24 heures de confinement ... A partir de samedi minuit, c'était à moitié... Et encore, ce n'est pas aussi drastique que chez vous, apparemment, il ne faut pas encore d'ausweis, encore que, ça viendra peut-être - parce qu'il y en a qui s'obstinent à ne pas comprendre...

Écrit par : Pivoine | jeudi, 19 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Je n'oserais jamais en acheter (que se passerait-il si je mourais et que mon fils trouvait ça dans mes affaires après? Que penserait-il de sa mère ??? Tu me diras que ça n'aurait pas beaucoup d'importance, puisque je ne serais pas là pour le voir...)

Écrit par : Pivoine | jeudi, 19 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Tu ne crois pas que ton fils a une idée de la façon dont il est arrivé et qu'il a joué à des trucs avec sa petite camarade ?

Écrit par : le-gout-des-autres | jeudi, 19 mars 2020

J'adore le commentaire de Pivoine... ;-)
Et je me suis bidonnée à lire ton billet, mais ça, c'est rituel...
•.¸¸.•*`*•.¸¸☆

Écrit par : celestine | jeudi, 19 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire