Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 17 mars 2020

Confinement... Finement c'est pas sûr...

Monop vide.jpg

Que je vous dise, lectrices chéries.
Nous allons maigrir.
Et pour cause, il est quasiment impossible de faire les courses à pied -ah ah ah !- et absolument impossible de les faire en ligne avec un espoir d’être livré dans un délai raisonnable, sauf à avoir l’appétit rôdé d’un Biafrais des années soixante.
« On » voulait bien nous livrer mais dans une semaine au plus tôt alors nous nous sommes déplacés.
On est allé au Monop’ de notre coin.
En entrant, à considérer les gondoles, je me suis dit « Tiens ! Ma mère est ressuscitée ou bien la métempsycose, ça marche ! »
Vides les gondoles, même les conserves avaient disparu !
Curieux, j’ai regardé d’un peu plus près.
La panique avait dû être sévère parce que pour pousser le chaland à acheter des boîtes de salsifis et d’épinards hachés, faut avoir drôlement peur de manquer !
Nous avons fini par trouver un peu à manger.
Nous avons été sages tout de même parce que les rayons les mieux garnis restant ceux du foie gras et des whiskies, on s’est abstenu de les vider…
J’ai néanmoins fait une constatation digne de figurer dans les ouvrages d’anthropologie : Le piéton peut, dans certaines conditions, être aussi con que l’automobiliste dans toutes les conditions.
J’en eus la preuve hier à l’une des caisses de Monop’.
Vous avez sûrement fait l’expérience, au volant de votre charrette, de la pluie qui commence à tomber tandis que la file de voitures avance.
Vous avez dû constater que dès que vous levez le pied pour augmenter la distance qui vous sépare de la voiture qui vous précède il se trouve toujours une andouille pour se glisser dans l’espace que vous venez de libérer.
Eh bien dans la queue à la caisse, c’est pareil.
Vous augmentez la distance de sécurité, suivant par là les consignes de la Santé Publique.
Eh bien il se trouve toujours une andouille pour venir se placer entre vous et votre prédécesseur.
Alors que j’étais resté muet -ce qui est rare- devant tant de bêtise, Heure-Bleue s’est emparée de ma « carte de bancal » et est allée trouver un employé qui s’est empressé de faire tout le boulot à notre place, y compris mettre nos achats dans notre caddy.
Puis nous sommes revenus à la maison, surpris de voir le square totalement silencieux, vide d’enfants, d’adultes, de chiens…
Nous avons ensuite écouté notre président nous dire que nous pouvions « malgré tout sortir pour  prendre de l’exercice » tandis que peu après, le ministre de l’Intérieur nous précisait qu’on allait risquer une amende salée si nous sortions pour autre chose que travailler, se soigner ou acheter à manger.
Bref, le train-train habituel.
Tout de même, les pépiements des petits, les piaillements des filles et les grognements des garçons manquent le matin devant l’école fermée…

Commentaires

Bonjour Patrice
dis moi vite où tu as vu des boîtes de whiskies, parce que ma fille ne trouve plus à manger pour son chat depuis déjà quinze jours!

Par ailleurs, on peut sortir du moment qu'on est seul, sans trop s'éloigner du domicile, et muni d'un papier qu'il faut imprimer et avoir sur soi, disant la raison pour laquelle on est dehors
j'ai trouvé ça ici:

https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Attestation-de-deplacement-derogatoire

Bon courage!

Écrit par : Ambre | mardi, 17 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Ah ah ! Ambre qui veut donner des boites de whiskies à son chat ! il va être complètement pompette le Pompon ! Pauvre bête !

Écrit par : delia | mardi, 17 mars 2020

ah ah ah!!!!
j'ai fait un lapsus de lecture!
ça s'appelle comment un lapsus de lecture?

Écrit par : Ambre | mardi, 17 mars 2020

Répondre à ce commentaire

je dirais "lapsus lectionis"
le Gaffiot semble d'accord.

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 17 mars 2020

"déplacements brefs, à proximité du domicile, liés à l’activité physique individuelle
des personnes, à l’exclusion de toute pratique sportive collective, et aux besoins
des animaux de compagnie."

Écrit par : Ambre | mardi, 17 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Ici, on peut sortir dans le parc du centre, seul.
Seul soit, mais ça fait du bien de prendre l'air.

Écrit par : Berthoise | mardi, 17 mars 2020

Répondre à ce commentaire

tout ça me rend de plus en plus impatiente de découvrir ce qui se passera demain au marché hebdomadaire en plein air :-)
(on vit une époque formidable :-))

Écrit par : Adrienne | mardi, 17 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Si on avait besoin de preuve de la connerie humaine, voilà qui est fait ! Même comportement au volant d'un caddy que d'une voiture, même pas honte ! Je te li aurait fichu la misère à l'autre moi, elle a eu bien raison la lumière de tes jours !

Écrit par : delia | mardi, 17 mars 2020

Répondre à ce commentaire

C'est vraiment la fête en ce moment... et c'est surtout la tienne, alors une biiiiise !

Écrit par : Praline | mardi, 17 mars 2020

Répondre à ce commentaire

La connerie humaine est désespérante !
Comme Délia j'aurais réagi vertement...

Une fois quelqu'un m'est passé devant à la caisse, j'ai râlé, elle m'a regardé dédaigneuse en disant : "en plus je suis sûre que vous êtes en vacances"...
Ce à quoi j'ai répondu que non (c'était vrai), et que quand bien même je le serais, cela ne l'autorisait pas à me passer devant !

Écrit par : Fabie | mardi, 17 mars 2020

Répondre à ce commentaire

mais non on a le droit de se promener mais dans des endroits déserts

Écrit par : ang/col | mardi, 17 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire