Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 23 mars 2020

Devoir de Lakevio du Goût N° 31

devoir de Lakevio du Goût_31.jpg

Elle est comme nous.
Elle est à sa fenêtre.
Que souhaite-t-elle ? Que pense-t-elle ?
Dites lundi ce que vous pensez à partir de cette toile de Salvador Dali.

Quelle andouille !
Non mais quelle andouille !
Quelle idée aussi d’aller au bord de la mer !
Ah ça, c’était une riche idée !
Et la suite s’annonce particulièrement pénible.
Nerveusement surtout…
Je n’avais pas eu grand mal à l’intéresser tant elle s’ennuyait.
Que ce soit dans son travail ou dans sa vie.
Triste et étriquée, telle était sa vie.
Entre un travail sans intérêt et un appartement où elle s’ennuyait faute de compagnie, pas même celle d’un chat, sa vie se contentait de s’écouler.
La seule fois où, faute de cantine pour une raison inconnue, elle avait osé entrer dans le café où je prenais mes repas, c’était un de ces vendredis rares où la chaise qui me faisait face était libre.
Elle était entrée, jetant autour d’elle des regards inquiets.
Elle arrêta son regard sur la chaise vide face à moi.
La seule place libre du café en ce midi.
Elle s’y dirigea comme si elle allait au supplice, d’un pas hésitant, apparemment torturée à l’idée de prendre un repas face à un inconnu.
J’inclinai la têt en guise de salut et tendis la main, l’invitant à prendre place face à moi.
Elle s’assit comme uns jeune fille timide, les genoux serrés et les ployant à peine puis, sa chaise rapprochée de la table, elle posa ses petites mains serrées sur la table, de part et d’autre du couvert et fixa son regard sur l’assiette qui lui faisait face.
Je l’avais vue arriver vers ma table de son pas hésitant et l’avais trouvée plutôt quelconque, du moins je n’avais pas été sensible à ce qu’elle présentait d’elle.
Elle me semblait trop brune, trop replète et d’un teint trop proche du mien pour qu’elle m’attirât en aucune façon.
De toute façon, je n’étais là que pour prendre mon déjeuner, pas pour entamer une romance…
Le mastroquet vint jusqu’à nous avec la feuille plastifiée qui faisait office de menu.
Les deux fentes accueillant la bande de bristol représentaient la seule possibilité de variation d’un menu par ailleurs immuable avec sa litanie habituelle des quatre hors-d’œuvre, trois garnitures et « fromage ou dessert »…
La fille n’osa pas bouger, pas un geste pour prendre la feuille.
« Vous allez tout de même manger. » lui dis-je en lui tendant la feuille.
Elle la pris timidement, la lut sans réaction et la reposa sans un mot, seulement un soupir.
- Vous n’avez pas faim ? 
- Si mais…
- Mais ?
- Je ne sais pas quoi prendre, en plus je ne savais pas…
- Quoi donc ?
Elle a chuchoté :
- C’est cher…
- Ne vous en faites pas pour ça, où mangez-vous d’habitude ?
- À la cantine et le soir à la maison mais le soir pas beaucoup…
Nous avons continué à parler à bâtons rompus jusqu’au dessert.
J’appris qu’elle était seule, s’ennuyait et n’était allée en vacances qu’enfant, à la campagne.
Ça, ça m’avait surpris ! Jamais de vacances ! Ça me dépassait.
Sans réfléchir plus qu’un piaf je lui demandai :
- Vous avez déjà vu la mer ?
- Non…
C’est comme ça que nous nous sommes retrouvés à Trouville, coincés par la directive de confinement pour lutter contre le Covid-19.
Elle, de son côté, déçue de l’expérience, regardait la mer en pensant « Il m’a fait mal ! Depuis le temps que j’en entendais parler, si j’avais su que c’était ça, j’aurais dormi sur la descente de lit. »
Puis, considérant le temps maussade, elle se dit « Pourvu qu’il n’essaie pas de recommencer tout de suite… Pas deux fois le même jour sinon je vais le tuer… Je me demande comment on peut trouver ça agréable, ce truc... »

 

Commentaires

pénible expérience...
mais bonne histoire :-)
mon devoir est là: https://adrienne414873722.wordpress.com/2020/03/23/stupeur-et-tremblements-69/
merci et bonne semaine!

Écrit par : Adrienne | lundi, 23 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Adirenne nous prouve que pour les gouvernements il en va de « L’immunité collective » comme du travail : « rien n’est impossible à celui qui n’a pas à le faire lui-même. »

Elle le dit là :

https://adrienne414873722.wordpress.com/2020/03/23/stupeur-et-tremblements-69/

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 23 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Alainx nous parle de l'espoir et de sa possible inaité comme de sa possible utilité.

C'est là :

https://alainx3.blogspot.com/2020/03/ana-et-salvador.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 23 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Coumarine nous donne un espoir, peut-être démesuré, mais en attendant, une idée de ce que pourrait être le reour à une normalité moins féroce que celle qui prévalait:

C'est là :

https://coumarine.blogspot.com/2020/03/journal-dun-confinement-8.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 23 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Delia en a marre de faire les carreaux et de regarder les mêmes choses à la télé.

C'est là :

https://deshirondellesetdespapillons.blogspot.com/2020/03/une-femme-sa-fenetre.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 23 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Si ils sont confinés dans une chambre d'hôtel, cela va leur paraître long, très long...

Écrit par : Fabie | lundi, 23 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Emilia-Celina est forte mais elle nous dit que les larmes peuvent être utiles voire salvatrices.

C'est là :

http://emiliacelina.canalblog.com/archives/2020/03/23/38115835.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 23 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Fabie a pensé au personnel hospitalier.

C'est là :

http://monparcourscancerdusein.eklablog.com/dur-metier-a183781940

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 23 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Heure-Bleue est pleine d'espoir pour la planète.
Juse la planète...

C'est là :

http://heure-bleue.blogspirit.com/archive/2020/03/23/soeur-anne-ne-vois-tu-rien-venir-3148259.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 23 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Tu me faire rire, confiner à Trouville à regarder la mer de loin, c'est tentant.

Écrit par : heure-bleue | lundi, 23 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Gwen nous dit comment on change le plan d'occupation des nuits d'une demoiselle...

C'est là :

http://bourlingueuse.canalblog.com/archives/2020/03/23/38124510.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 23 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Expérience à ne pas faire en période confinée ! elle aurait dû attendre ou refuser, qu'est ce qui l'a pris aussi cette dinde ?

Écrit par : delia | lundi, 23 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Val nous écrit un remake d'une scène des Galettes de Pont Aven.

C'est très chouette, c'est là :

http://motsdeval.canalblog.com/archives/2020/03/23/38122103.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 23 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Une histoire qui commence dans un troquet d'une consigne précédente… qui finit à Trouville… avec des allures de Trousse Chemise…
la pauvre, qui n'avait pas beaucoup envie de manger, finit par passer à la casserole… elle n'a plus qu'à espérer qu'il lui a refilé le coronavirus pour pouvoir s'échapper vers l'hôpital…
va falloir réécouter Dutronc : « les gens sont fous, les temps sont flous »

Écrit par : alainx | lundi, 23 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Comme quoi le pire n'est pas toujours où on l'imagine :-( ! Triste histoire, mais joliment racontée :-) .
Quant à moi, à l'occasion de mon retour dans la blogosphère, je ne me montre guère optimiste : http://le-gout-des-autres.blogspirit.com/archive/2020/03/23/devoir-de-lakevio-du-gout-n-31-3148260.html

Écrit par : Passion Culture | lundi, 23 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Correction de lien : http://passionculture.be/2020/03/23/que-de-regrets/

Écrit par : Passion Culture | lundi, 23 mars 2020

Je me disais, "tiens, il ne va pas nous parler du Corona..Et ben si..En plus confiné avec une inconnue dans un hôtel...C'est pas drôle, ça, t'aurais du choisir une rousse ! Heureusement, y'a la vue, avec les mouettes…
Je vois que beaucoup, tous !!!, vu que t'es le 1er devoir que je lis, ne pensent qu'à LUI….
Moi-aussi...

Écrit par : Julie | lundi, 23 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Passion Culture nous donne un récit qui n'incite pas à l'optimisme mais c'est bien dit et à lire...

C'est là :

http://passionculture.be/2020/03/23/que-de-regrets

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 23 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Ce tableau a poussé Juliette à nous conter un chouette souvenir.
Et elle a bien fait.

C'est ici :

http://cearriveenfrance.over-blog.com/2020/03/corona-ou-pas-faut-faire-le-devoir-du-lundi.html

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 23 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Comment as-tu pu être aussi peu délicat avec cette demoiselle ? Bien sûr, on sait que tu préfères les rousses au teint clair mais quand même...
Ondit qu'il n'y a pas de femmes frigides, seulement des hommes maladroits.
A méditer !

Écrit par : Gwen | lundi, 23 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Bien sûr qu'il y a des hommes maladroits, c'est même assez courant.
Mais que veux-tu, je ne peux quand même pas avoir toujours le beau rôle... ;-)
(et puis les filles, c'est comme les antibiotiques, "c'est pas automatique".)

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 23 mars 2020

Re-bonjour...Est-ce que tu pourrais me dire si ça vient de moi ou d'Overblog que je ne peux aller sur mon blog, ni dans mon administration...Pourrais-tu aller voir ? Merci

Écrit par : Julie | lundi, 23 mars 2020

Répondre à ce commentaire

J'y suis allé, ça fonctionne mais bien qu'il y ait "la fibre" Orange à la maison, ça se traîne.
Trop de monde sur les blogs et trop en train de regarder Netflix et autres sites de TV Internet.

Écrit par : le-gout-des-autres | lundi, 23 mars 2020

au début tu la dis hesitante .... mais elle n'a pas résisté longtemps: le temps d'un repas !
En plus elle était "neuve"... je crois que c'était une petite curieuse ....

Écrit par : emiliacelina | lundi, 23 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Ambre-Neige nous dit des trucs incroyables.
On dirait moi en colo quand j'avais douze ans !
Elle est étonnament jeune, ergo étonnamment infernale...

Elle nous dit de cest trucs, là :

http://enviededouceur.canalblog.com/archives/2020/03/24/38128618.html

Écrit par : le-gout-des-autres | mardi, 24 mars 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire