Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 07 avril 2020

La valeur de sabre...

Aujourd’hui je n’ai rien à vous écrire, lectrices chéries.
Habituellement je n’ai pas grand’ chose à vous dire mais je me force à vous raconter une histoire quelconque.
C’est une affaire de discipline.
Quand on doit faire quelque chose on le fait.
Même si on n’a rien à faire.
On doit ne rien faire avec application sinon c’est un manque d’assiduité inexcusable.
Aujourd’hui donc, « rien » comme écrivait Louis XVI qui ne regardait pas assez souvent par la fenêtre.
Moi qui regarde par la fenêtre plusieurs fois par jour je peux vous dire, comme Louis XVI, « rien ».
Pas un chat, même les pompiers de la caserne Carpeaux ne descendent plus la rue Lamarck en « sirènant » comme des fous.
Tout fout le camp ! Les élèves du collège en face sont encouragés à « sécher » les cours par ceux-là mêmes censés les leur dispenser !
Les grognements des garçons qui se transforment en mâles en essayant de « faire mec » et les piaillements des filles qui tentent de transformer le « mâle grogneur » en chaton ronronnant manquent cruellement.
Le calme de la rue n’est troublé que chaque soir vers vingt heures.
C’est mieux maintenant qu’au début.
Ces jours-ci, un trompettiste accompagne nos applaudissements d’un concert accompagné par d’autres instruments qui sortent de fenêtres inconnues.
Nos voisins n’applaudissent pas, le batteur et sa camarade de jeux ne peuvent pas, les mains occupées à tenir leur verre de vin à la fenêtre.
Ils se contentent de tenir compagnie à la rue qui se presse, chacun à sa fenêtre.
J’admets que si ça occupe, ça fait peu de choses à dire.
Si ce n’est que, depuis la parution du « Manifeste du Parti Communiste » en 1848, l’année même où la France promulgua « L’abolition de l’esclavage », c’est la première fois qu’on semble s’apercevoir que fois les soutiers de la « machine France » sont reconnus pour leur valeur.
Il était temps que l’on s’aperçût qu’ils sont non seulement utiles mais plus encore, indispensables.
L’humour dont fait preuve parfois la réalité va jusqu’à montrer qu’ils sont indispensables à la survie même de ceux qui les tiennent habituellement pour quantité négligeable, quand ce n’est pas de trublions, de « privilégiés ».
Ceux qui les pensaient « déconnectés des réalités économiques » leur doivent aujourd’hui la vie et je me demande si être vivant grâce à ces va-de-la-gueule les a aidé à comprendre que non seulement « les linceuls n’ont pas de poche » mais que « les morts ne paient jamais leur ardoise »…
Je n’avais rien à vous dire, lectrices chéries.
Je pense que je l’ai fait.
Mais avec des mots…

Commentaires

Prends garde avec le mot "rien" et Louis le 16ème ! :-)
Les soutiers sont aussi des "rien" en temps normal pour beaucoup. Mais là, tout à coup, on les voit. Et on les applaudit ! Comme c'est beau ! :-(

Écrit par : Yvanne | mardi, 07 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Ben dis donc, qu'est-ce que ça donne quand tu as quelque chose à raconter ;-)

Bonne journée à toi!

Écrit par : Ambre | mardi, 07 avril 2020

Répondre à ce commentaire

J'aime quand tu n'as rien à dire..comme aujourd'hui et de mon fauteuil je t'applaudis.

Écrit par : tanette2 | mardi, 07 avril 2020

Répondre à ce commentaire

moi aussi j'aime bien quand tu n'as rien à dire… je me demande d'ailleurs souvent comment u fais !

Écrit par : emiliacelina | mardi, 07 avril 2020

Répondre à ce commentaire

je viens de faire un tit coucou
j'admire ta persévérance et ton sens du devoir (écrire quasi tous les jours!)

Écrit par : Coumarine | mardi, 07 avril 2020

Répondre à ce commentaire

mon commentaire n'apparaît pas... zut alors!

Écrit par : Coumarine | mardi, 07 avril 2020

Répondre à ce commentaire

on n'applaudit pas ici, les maisons sont trop éloignées les unes des autres. La seule musique c'est un hibou, houuu houuu

Écrit par : ang/col | mardi, 07 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Tu m'as fait penser au texte de Raymond Devos, Parler pour ne rien dire ! Ah, que de souvenirs ! https://greatsong.net/PAROLES-RAYMOND-DEVOS,PARLER-POUR-NE-RIEN-DIRE,104628035.html Et dans le contexte actuel, c'est absolument à réécouter, ce texte n'a pas pris une ride. Malheureusement...

Écrit par : Passion Culture | mardi, 07 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Je t’admire d’en dire tant et si bien quand tu n’as rien à dire !!!!

Écrit par : Manoudanslaforet | mercredi, 08 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Ne sont ce pas ceux qui n'ont rien à dire qui disent le mieux les choses ? Tu en es un bel exemple, bravo !

Écrit par : delia | mercredi, 08 avril 2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire